20 mai 2015

Marxism 2015 à Londres

After the election: Why did Labour lose and how can we win now?

downingst2
After the shattering General Election result we need to understand how it happened and think how we organise resistance to the Tories
Marxism 2015 is a five day political festival in central London. It will host over 150 meetings bringing together thousands of activists, trade unionists, students, writers and academics from across the globe. It also poses huge questions about what sort of left we need in Britain and how we challenge the racism and scapegoating of UKIP
It will be a crucial place for debate, analysis and discussion
Meetings include:
  • Why did Labour lose the election?
  • Is England more reactionary than Scotland?
  • The unions, resistance and fighting the Tories
  • How do we challenge UKIP?
  • Is the SNP a radical alternative?
  • What sort of left do we need?
  • Are the Greens a left alternative?
  • Islamophobia: the “othering” of Britain’s Muslims
  • What are there so few strikes?
Plus activist forums on: 
  • Disability and resistance after the election
  • The fight to save the NHS
  • From testing to academies: is the school system failing our children
  • Organising the "unorganised" 

26 avril 2015

Irlande du Nord: Sinn Fein, l'austérité et le néolibéralisme



En Irlande du Nord, le parti nationaliste irlandais Sinn Fein participe depuis 2011 à un gouvernement de coalition composé de 6 ministres de droite et unionistes (soutenant l'Union avec la Grande-Bretagne), 2 centristes de l'Alliance Party, 1 social-démocrate nationaliste (SDLP) et 4 Sinn Fein. Il détient le poste de vice-premier ministre (le premier ministre est Peter Robinson du DUP, le parti fondé par le démagogue anti-Catholique, le révérend Ian Paisley). 

En décembre 2014, SF a signé le Stormont House Agreement dont le volet social et fiscal est calqué sur la politique austéritaire poursuivie par le gouvernement britannique de droite de David Cameron. Cet accord prévoit entre autres le vote d'un budget en équilibre en 2015, un programme de 'réforme' et restructuration du secteur public qui sera soumis à une revue par l'OECD fin 2015, et une 'réforme' du système de sécurité sociale sur le même base que celle appliquée dans le reste du Royaume-Uni depuis une loi de 2012. Suivant la signature de cet accord, l'exécutif dont fait partie Sinn Fein a décide la réduction du taux de l'impôt sur les sociétes afin de l'aligner sur celui en vigueur dans la République d'Irlande. (Le taux de l'impôt sur les sociétés est actuellement de 21% en Grande-Bretagne et de 12,5% en République d'Irlande.)




Comme dit très justement les camarades du SWP irlandais, cet accord "est l'équivalent dans le Nord du memorandum de l'UE et du FMI qui a été appliqué dans le Sud du pays depuis quelque années déjà". 

Dans cet article, le SWP répond à une vive attaque contre lui qui a été publié dans le journal de SF, sur fond de grèves dans le secteur public contre les effets de l'austérité et de la dénonciation de l'accord par la centrale syndicale, l'Irish Congress of Trade Unions. 


L'auteur de la polémique accuse le SWP de souffrir d'une "pathologie trotskiste" et d'agir "dans l'intérêt de la révolution permanente de Trotsky" (!) et du gouvernement de droite dans le Sud. 


Le SWP pour sa part, accuse SF d'un double langage - contre l'austérité dans l'opposition dans le Sud, soutien actif à l'austérité quand il est au pouvoir, dans le Nord.


SWP reply to Eoin O Broin



Authors: Michael Collins and Shaun Harkin
A recent article by Eoin Ó Broin in Sinn Féin’s An Phoblacht criticised the SWP for condemning the Stormont House Agreement, claiming socialists who put forward any arguments against their role in the North were “shouting in the service of the system”.

Ó Broin’s attack on Eamonn McCann is in many ways reflective of the ever growing contradictions in Sinn Féin itself. Presenting itself as a radical opponent to austerity in the South, they now face the worrying prospect of a resurgent anti-austerity movement in the North, with 50,000 workers taking strike action against the impact of the Stormont House Agreement. This is a deal agreed by Sinn Féin and the DUP, which proposes unprecedented levels of austerity, and in its own words seeks to “reduce the size of the Northern Ireland Civil Service and the wider public sector”.

Yet Ó Broin is as patronising in his dismissal of the thousands of striking workers, as he is of veteran socialist Eamonn McCann for highlighting their cause. The strike, Ó Broin claims, was not against austerity per se, but only focused on two aspects of the Agreement. According to him these were; 1. The plans to reduce corporation tax to levels of the South, and 2. The 20,000 redundancies being pushed through the civil service.

It is a lazy and dishonest assessment from Ó Broin, but even more so, an insult to the thousands of workers who took part. Ó Broin has, in fact, got the elementary facts of the situation wrong. First and foremost, it is legally impossible for Trade Unions to come out on the basis that the Assembly will reduce corporation tax alone. Thatcher’s anti-trade Union laws of the 1980’s seen to that, and Stormont hasn’t lifted a finger to try and remove these laws. There is widespread revulsion amongst Trade Unionists about Stormont’s plans to reduce corporation tax, but no one was specifically balloted on it.

As for his second claim: the 20,000 civil service redundancies (which the Assembly have borrowed £700 million for) affect only one section of workers balloted. Trade Unions are correct to condemn this scheme, which will see thousands of jobs go at the cost of hundreds of millions. But it was only one aspect of why people were striking. If the strike focused solely on voluntary redundancies, how does Ó Broin explain the fact that health workers were out, INTO teachers were out, Classroom assistants were out and transport workers were out? All of these groups of workers are facing redundancies, not just civil servants.

The Stormont House Agreement is the North’s equivalent to the EU-IMF Troika memorandum implemented in the South over the last few years. For that reason it has received widespread condemnation across the labour movement. The truth is Trade Unions were explicit in their reasons for taking strike action. The Irish Congress of Trade Unions took full page advertisements in every newspaper across the North stating clearly, “No-one voted for our elected politicians to do a deal like this. The Trade Unions reject the Stormont House deal. It is bad for workers, for all communities, for society, and for equality.’
Ó Broin argues that McCann and the SWP should give Sinn Féin ‘tactical’ support. When Sinn Féin speak against austerity, and oppose it by deed, they should be supported. But the deal agreed by Sinn Féin and the Democratic Unionist Party is an anti-working class deal. It will deepen austerity in the North. It will lay the basis for further privatisation of public services and the selling off of public assets. It will reduce the public sector so that the private sector can flourish, meaning a low wage, low tax economy for big business. The reduction of the Corporate Tax rate is not a demand of the labour movement but is a demand of profit hungry corporations.
In the North, there are daily reports on the impact of the cuts. Bus and rail services are to be reduced; library hours will be reduced; funding for arts, environment and poverty programs is being cut; student places and hundreds of teaching positions in our universities will disappear; education will suffer when teaching assistants are taken out of the classroom. This is why there is outrage. This explains why there has been mass resistance through strikes, protests, petitions and demonstrations. This explains why the resistance will continue, with Translink workers calling a day’s strike action
The reason why Ó Broin has lashed out at McCann and the Socialist Workers Party is because Sinn Féin is on the wrong side of this austerity budget, and are now coming under real pressure from social movements north of the border, which expose their inherent contradictions North and South. His claims that the SWP are ‘shouting in the service of the system’ fail to acknowledge one crucial point: in the North Sinn Féin are part of the system, and have presided over a power sharing government since 2007, of which public sector job losses, pay freezes, PFI schemes and privatisation have all been common features.

The SWP believe that we need to develop a Left, organised on both sides of the border, with a consistent opposition to austerity across Ireland.

21 avril 2015

Child-care facilities and universities : say no to stigmatising laws

Voici une traduction que j'ai faite d'une déclaration d l'EAN (Equipe d'Animation Nationale) d'Ensemble! Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire.  Elle peut aider nos camarades dans d'autres pays à comprendre l'évolution des débats sur cette question dans la gauche française, et à apprécier les positions des uns et des autres. Quoique toujours en dessous de ce que j'aurais souhaité, cette prise de position représente un pas en avant important.
Il y est dit clairement, par exemple, que l'interdiction des signes religieux chez les usagers des services publics n'est pas acceptable, tout comme l'exclusion des femmes voilées travailant dans les crèches privées. A d'autres occasions, nous avons exprimé notre soutien aux mères voulant participer aux sorties scolaires - qui ne sont en aucun cas à assimiler à des agents du service public. Un autre cas, plus difficile pour certain-e-s camarades, est celui des élèves se formant au métier d'enseignant. 
Mais à l'exception de quelques individus comme Edwy Plenel (que j'ai entendu personnellement s'exprimer sur ce sujet dans un débat public), personne ne remet en cause l'interdiction des signes religieux - il s'agit bien sûr essentiellement du foulard dit 'islamique' - chez les enseignantes et les autres fonctionnaires. Alors que dans un pays comme la Grande-Bretagne cela ne pose aucun problème, par exemple, de se faire contrôler par  une policière ou une douanière portant le hijab ou par un collègue portant le turban des Sikhs. Au Canada également, ce droit allait jusqu'à une époque récente de soi. Mais, si j'ai bien compris, il est actuellement menacé non seulement par des conservateurs de droite mais aussi par les nationalistes québecois du PNQ. 
Les camarades qui ont validé ce texte d'Ensemble! reprennent explicitement à leur compte l'idée discriminatoire que le port d'un signe religieux implique automatiquement le non-respect du principe de l'égalité de traitement des usagers. Comme si un agent d'un service public - disons une employée travaillant au guichet de la Sécurité sociale ou une institutrice - était incapable de faire la distinction entre ses convictions personnelles et les besoins des usagers. Il y a dans cette notion une présomption de culpabilité inacceptable qu'on doit rejeter. 
Je pense au contraire qu'un service public qui n'est pas à l'image de la diversité de la société est un service qui envoie le message que tous les publics n'ont pas les mêmes droits. Et en l'occurrence que les femmes 'voilées' n'y ont pas leur place - ce qui est exactement le message envoyé par Nicolas Sarkozy qui est dénoncé dans ce même texte. 
Cette question soulève également le problème de l'idée que la gauche française (qu'elle le revendique sous une forme 'national-républicaine' ou pas) se fait de l'Etat et de la Fonction Publique. Au minimum, faut-il sacraliser à ce point un Etat qui au fond représente les intérêts de la classe dominante ? Faut-il considérer chaque salarié-e d'un organisme étatique comme un-e 'représentant-e de l'Etat républicain' ? Pourquoi ces salariés auraient-ils moins de droits que les salariés du secteur privé (à moins de considérer qu'un employeur privé a raison de discriminer les femmes voilées et autres croyant-e-s) ? Et si on est pour l'égalité politique et donc le droit des Musulman-e-s de se présenter aux élections à tous les niveaux (ce qui signifie la possibilité d'élire une femme voilée présidente de la République), comment justifier la discrimination des fonctionnaires même les plus modestes ?
Il est grand temps que ces questions soient débattues.

Statement by Ensemble! (France)
As French society goes through a major economic and political crisis, the hunt for scapegoats and rejection of people who are ‘different’ appear to many as an easy way out, in particular to those political forces which avoid taking on the root causes of the problems we are faced with. 
Marine Le Pen’s Front National has made a speciality of pointing to immigrants and Muslims as threats needing to be fought against. Holding up the danger of ‘Islamisation’ has become an ‘acceptable’ form of racism for most of the European far right. The French right-wing parties have been trying to compete with the FN on its own terms. Nicolas Sarkozy, in particular, on his return to leading the UMP has multiplied statements against alternative menus in school canteens and Islamophobic outbursts, such as when he declared : « We do not want veiled women in the Republic ». (1)
On the left, certain organisations, including the Socialist Party and the Left Radicals, are tempted to follow the Right on this question. So the minister for women’s rights, Pascale Boistard, recently came out against the wearing of religious head-coverings in the universities, following a proposal made by some UMP members of parliament. The Left Radicals have tabled a bill (which is now due to be debated in May 2015) which would ban the wearing of the headscarf or veil in private child-minding facilities (crèches, day-nurseries)..
Such new legislative measures can only reinforce the stigmatisation of Muslims and encourage Islamophobic acts, which are today mainly aimed at women who wear the headscarf or veil. Banning the wearing of religious headdress in universities is a discriminatory measure targeting a group of people on the basis of their religion and would deprive many women of access to education – and thus to a greater autonomy. A similar measure aimed at the personnel of private crèches represents an extension of the stigmatisation of Muslims and would only lead to further conflicts in the associations involved in managing them. Furthermore, one consequence of such a ban would be to encourage the setting-up of Muslim religious crèches and so weaken the system of public child care provision. This would be the exact opposite of what is claimed ! Rather than legislate on this question, public policy should be based on the capacity of staff in private child care facilities to provide for the needs of the children in their care. To achieve this, the government would be better advised to make sufficient resources available for staff training, and to create a  genuine public service in the field of child care (as activists have long been demanding). That of course would mean breaking out of the stranglehold of austerity – which would require a little more political courage than it takes to agitate the ‘Muslim threat’. It is, moreover, notable that political agitation and physical or symbolic violence both target Muslim women. These proposals are not only Islamophobic, they are in reality sexist and discriminatory towards women.
These Islamophobic projects claim to uphold the principle of secularism, which in France has its basis in the Act of 1905 which aimed to ensure freedom of conscience and the peaceful coexistence of believers and non-believers. This principle is a necessary condition for creating a genuinely egalitarian society. It contributes towards defeating attempts to set different groups of oppressed and exploited people against others. It supposes that the State and public services are neutral and so guarantee equality of treatment between all citizens and users, but it should not be used to exclude religions from the public sphere. Teachers and other employees of public services are duty-bound to remain neutral on religious questions, which implies that they do not wear religious symbols. They must treat all citizens equally, irrespective of the religious opinions of the public they deal with.
It is essential to break the mortal spiral which in France has poisoned debates on these questions for years. We need to pacify the debates on religion in order to restore social and democratic issues to their rightful place. The pressure on women to wear the veil coming from social groups and religious institutions helps perpetuate the relations of domination between men and women which we fight against. But it is far from being the only cause of such oppression, in a period in which the rights of women are under threat from sexism and unashamed male chauvinism, the rise of a reactionary discourse and the commodification of women’s bodies. Stigmatising women who wear religious head coverings is not a way to encourage the necessary fightback.
Ensemble ! as an anti-racist and feminist movement fights for the emancipation of all women and opposes policies designed to exclude and segregate, opposes exploitation, patriarchy and gender stereotyping and intends to contribute to a broad front against Homophobia and all forms of racism.
The Equipe d’Animation Nationale (national coordinating team) of Ensemble, Monday 20 April 2015
Le texte en français sur le site d'Ensemble!
Note
(1)  The term ‘voile’ (veil) is often used in France to refer to all forms of religious head covering, including hijab or headscarf.

15 avril 2015

Elections législatives en Grande-Bretagne


Des élections législatives générales auront lieu en Grande-Bretagne le 7 mai 2015. L’actuelle majorité de coalition, composée de la droite conservatrice (Conservatives ou Tories) de David Cameron et du parti Liberal Democrat (centre-droite) du vice-premier ministre Nick Clegg, est fragilisée par son propre bilan, bien sûr. Mais surtout par l’émergence d’un concurrent ‘sérieux’ à sa droite (sérieux seulement par la dimension qu’il a prise et sa couverture médiatique), l’United Kingdom Independence Party (UKIP), dont le dirigeant est un clown sinistre nommé Nigel Farage.

Quant au parti naturel de l’alternance, le parti travailliste (à peu près l’équivalent de notre propre Parti Socialiste, quelques références idéologiques en moins), il est affaibli par son refus de s’opposer frontalement à la coalition au pouvoir sur des questions aussi importantes que l’austérité, l’immigration et le droit syndical. Son dirigeant, Ed Miliband, est allé jusqu’à s’excuser pour les liens supposés trop étroits du parti avec les syndicats et son action trop ‘laxiste’ contre l’immigration quand il était au pouvoir. Il est aussi menacé par un possible ‘meltdown’ (par analogie avec la fusion du cœur d’un réacteur nucléaire lors d’une catastrophe) dans son bastion écossais, au profit du Scottish National Party (SNP) – malgré la défaite des nationalistes lors du récent référendum sur l’indépendance.

TUSC candidates on 21 March anti-racist protest in Glasgow

Une fois n’est pas coutume, la gauche radicale tente sérieusement de se regrouper et de mener une campagne crédible. Elle ne bénéficie d'aucune couverture médiatique, mis à part l’obligatoire message téléviséofficiel. Mais pour une fois plusieurs de ses composantes se sont au moins mis d‘accord pour éviter des candidatures concurrentielles fratricides. La plus importante de celle-ci, en termes de candidatures, est la TUSC (Trade Unionist and Socialist Coalition), qui présente 136 candidat-e-s. Il s’agit d’une coalition électorale, et non d’un parti. Left Unity, qui est un vrai parti, a connu des divergences sur l’opportunité de présenter des candidatures, et sera présente dans une dizaine de circonscriptions seulement.

L’article suivant représente le point de vue du Socialist Workers Party (extrême-gauche), qui est partie prenante de la TUSC. Il insiste sur les points de convergence et la nécessité d’unir la gauche radicale. Comme explique son auteur, il ne s‘agit pas d’avoir un impact significatif le 7 mai, mais de construire l’unité sur le long terme. C’est donc un point de vue qui peut être partagé par une grande partie des militants la gauche radicale en dehors du SWP, indépendamment des divergences réelles qu’ils peuvent avoir avec ce parti ou du sectarisme qui existe de part et d’autre.

L’article s’oppose et répond, sans polémiquer, à deux tendances qui existent dans la gauche radicale et sa périphérie large. La première est la tentation du ‘vote utile’ – de voter travailliste avec ou sans illusions pour évincer la droite, ou en Ecosse à voter, pour des raisons de principe ou purement tactiques, pour le SNP. Ces pressions sont fortes, et compréhensibles, et risquent de priver la gauche radicale d’une partie de sa très faible base électorale. La deuxième est la celle de voter pour les Verts, qui pour la première fois ont droit à une certaine bienveillance de la part des médias, et se situent indéniablement à gauche du parti travailliste, en paroles au moins.

Utiliser le bulletin de vote pour renforcer la (vraie) gauche

Par Charlie Kimber (secrétaire national du SWP). Publié dans Socialist Worker, le 14 avril 2015.

Nous avons besoin d’une alternative claire et franche aux politiques d’austérité et au racisme. Pour que cela ne reste pas un vœu pieux il nous faut adresser sérieusement les questions pratiques qui en découlent.

Voilà pourquoi le SWP soutient les 136 candidat-e-s aux élections législatives et les plus de 600 candidat-e-s aux élections locales de la Trade Unionist and Socialist Coalition (TUSC). Nous voterons aussi pour Left Unity et (le parti) Respect. (1)

C’est un fait extrêmement positif que 7 des 10 candidat-e-s aux législatives de Left Unity sont présenté-e-s conjointement par LU et TUSC.

stand up to ukip rally

Cela devrait permettre une coopération pratique pendant la campagne électorale, mais aussi favoriser l’émergence d’une gauche radicale plus forte, plus unie et plus crédible par la suite.

Nous reconnaissons qu’il est hautement improbable que cette gauche réalise une percée importante lors de ces élections. Le système électoral et les médias encouragent l’idée que choisir un-e candidat-e qui n’a aucune chance d’être élu-e, selon les sondages, est une pure perte de temps. (2)

Mais chaque voix gagnée aujourd’hui nous renforcera pour les luttes à venir et aidera à unir les forces de gauche. Elle représentera un choix positif contre le maintien du statu quo et pour une autre société, pour plus de démocratie, pour de l’action contre le changement climatique, pour mettre fin au racisme et à l’islamophobie.

Des millions de travailleurs qui n’ont pas une opinion très positive du dirigeant travailliste Ed Miliband voteront néanmoins pour son parti afin de se débarrasser des Tories et faire barrage à l’UKIP. De façon déformée et diluée, le Labour Party garde des liens avec la classe ouvrière organisée, à travers les directions syndicales. En l’absence d’un-e candidat-e de la gauche radicale, nous sommes pour voter travailliste.

Si le parti travailliste forme le prochain gouvernement, l’électorat populaire retiendra la notion que des avancées sont possibles, et que les travailleurs auront la possibilité de revendiquer la fin de l’austérité, du racisme et de la guerre – même si Miliband lui-même ne la jamais promise.

TUSC candidates and supporters launch the TUSC manifesto at Canary Wharf

Les partis réformistes comme le Labour avaient toujours l’habitude de décevoir leur base après avoir été élus. Aujourd’hui les travaillistes réduisent les espoirs les plus modestes au néant avant même le dépouillement des bulletins de vote.

Mais si les Tories gagnent, ce seront les patrons, les racistes, les chefs de la police et les médias bourgeois qui seront encouragés à continuer et à aggraver l’austérité et les attaques contre les organisations ouvrières.

Beaucoup de ceux et celles qui voteront pour les Verts sont d’accord avec une grande partie des analyses de la coalition de la gauche radicale, TUSC. Mais les Verts ont un meilleur profil médiatique et semblent proposer un choix plus ‘réaliste’.

Cependant, tout en soutenant des candidat-e-s de l’aile gauche des Verts, comme Caroline Lucas, nous affirmons que le Green Party n’essaie pas de construire une alternative de gauche basée sur la classe ouvrière.

En Ecosse, nous soutenons les candidat-e-s de TUSC, du Scottish Socialist Party (SSP) et de Left Unity. Ces candidat-e-s pensent que la tâche de construire une alternative anticapitaliste authentique ne doit pas attendre l’élection d’un gouvernement nationaliste ou être reportée indéfiniment. Se mettre à la remorque du Scottish National Party (SNP) rendra plus difficile une campagne indépendante et vraiment socialiste lors de l’élection du parlement écossais en 2016.

Louer de façon acritique le SNP maintenant pour ensuite en prendre ses distances pendant les 12 mois qui resteront n’est pas une stratégie efficace. Dans les faits, ceux qui disent qu’ils ‘prêtent’ leur soutien au SNP s’engagent à un prêt à très longue durée.

Dans les circonscriptions écossaises où il n’y aucun-e candidat-e de gauche nous ne pouvons pas simplement appeler à voter pour les travaillistes ou le SNP.

L’alliance du Labour Party écossais avec le Conservateurs pendant la campagne pour le référendum sur l’indépendance a fait des ravages énormes dans son électorat ouvrier traditionnel.

Le SNP en récoltera probablement les fruits en gagnant des sièges tenus jusqu’ici par les travaillistes, en profitant de son profil plus à gauche sur des questions importantes comme le maintien des sous-marins nucléaires Trident [qui sont basés en Ecosse], le service national de la santé et l’austérité.

Mais les nationalistes appliquent des mesures d’austérité là où ils sont au pouvoir, prônent des réductions d’impôt pour les grandes entreprises, et s’opposent souvent aux grèves. Ils ne sont pas l’alternative dont nous avons besoin.

Nous devons donc travailler pour pouvoir présenter nos propres candidat-e-s de gauche partout. En Ecosse comme dans toutes les parties du Royaume-Uni, l’impératif stratégique pour la gauche radicale est de créer un outil authentique de représentation politique de la classe ouvrière – une force capable de confronter les riches et leur système plutôt que de les embrasser.

Nous avons besoin d’une alternative de classe aux Tories, au Labour, au SNP et aux Verts. Soutenez la campagne de la coalition TUSC !

Traduction de Colin Falconer (Ensemble ! St Denis)

Notes du traducteur

(1)    La coalition TUSC est composée, outre le SWP, de la deuxième composante importante de la gauche révolutionnaire, le Socialist Party (trotskiste), d’autres plus petites organisations, des syndicalistes et des militant-e-s non-encarté-e-s (dont certain-e-s sont regroupé-e-s au sein de l’Independent Socialist Network). Des 136 candidat-e-s aux législatives, 15 (seulement) sont membres du SWP. Left Unity est un parti multi-tendances fondé suite à un appel du réalisateur Ken Loach. Il regroupe des militant-e-s allant d’anciens travaillistes à l’extrême gauche, notamment d’ex-militants du SWP et d’autres formations plus classiques et centralisées. Respect est le parti fondé entre autres par le député George Galloway avec le soutien initial du SWP et d’une grande partie de l’extrême-gauche. Il s’est considérablement affaibli, tout en conservant quelques bases locales et bien sûr l’’avantage’ (contesté par beaucoup) de la notoriété de Galloway.

(2)    Le 7 mai 2015, les électeurs des 650 circonscriptions du Royaume-Uni choisiront leurs députés, selon le fameux système ‘first past the post’ (l’analogie est celle d’une course de chevaux) qui signifie que, quelques soient le pourcentage obtenu et l’avance en voix, celui ou celle qui arrive en tête est élu-e.
Ce système à un seul tour, simple et transparent quand il s’agit de choisir uniquement entre deux grandes formations, produit des résultats assez aléatoires quand il y a, comme c’est le cas depuis quelques décennies, trois partis nationaux dits ‘de gouvernement’ en lice.
La nature imprévisible de l’élection est accentuée par la présence sur le bulletin de vote non seulement de candidats de formations minoritaires et d’indépendants sérieux, mais aussi de personnalités plus ou moins loufoques se présentant sous des étiquettes délibérément provocatrices dans le seul but de faire parler d’elles (il existe même un ‘Parti loufoque’).
Malgré tout, le pays a connu pendant de longues décennies une grande stabilité politique, avec une alternance tranquille entre des partis hégémoniques à droite (les Tories) et à gauche (le Labour), et ce, en dépit de l’élection dans les pays ‘périphériques’ du Royaume de quelques députés nationalistes (Scottish National Party en Ecosse, Plaid Cymru ou Parti du pays de Galles et Sinn Fein en Irlande du Nord) et de quelques ‘indépendants’.
En 2010, cependant, une majorité ne fut trouvée au parlement que grâce à un accord de gouvernement entre les conservateurs de David Cameron et les centristes du vice-premier ministre Nick Clegg.
Depuis quelques années, comme dans de nombreux autres pays, pour des raisons qui sont aujourd’hui analysées et connues (crises économiques et de légitimité des institutions, entre autres), l’électorat est devenu plus volatile, le ‘centre’ a de plus en plus de mal à tenir, et la montée fulgurante de forces politiques anciennes (le SNP en Ecosse) ou relativement nouvelles (l’UKIP – le parti ‘pour l’indépendance du Royaume-Uni’) sont venues bouleverser l’ordre quasi naturel des choses et rendre problématique la formation d’un gouvernement disposant d’une claire majorité.
Dans ce jeu électoral aux résultats aléatoires, la gauche radicale, à quelques très rares exceptions individuelles près (Bernadette MacAliskey dans les années 60/70, George Galloway aujourd’hui …), qu’elle se présente en ordre dispersé ou pas, a généralement obtenu des résultats dérisoires pour ne pas dire pitoyables (comme par exemple faire moins bien que le Parti loufoque !). Tout comme l’extrême droite d’ailleurs.

Pour approfondir: Elections britanniques: les enjeux du 7 mai

26 janvier 2015

Victoire de SYRIZA en Grèce: Et maintenant ?


Myriam Martin: 

L'espoir a gagné!


(...) L'arrivée au pouvoir de Syriza en Grèce, c'est un gros caillou dans les rouages du rouleau-compresseur libéral européen. Cela rend crédible à une large échelle pour tous les peuples d'Europe qu'une alternative politique et économique au libéralisme est possible. 
Il va nous falloir construire un mouvement de solidarité qui exige des dirigeants de l'UE (notamment Merkel et Hollande...) le respect des choix du peuple grec.
Plus que jamais doivent s'exprimer, dès ce soir, cette solidarité avec les Grecs, mais aussi la coopération de toutes les forces politiques de la gauche radicale et de transformation sociale.

Eric Fassin:


(...) Bien sûr, en Grèce comme ailleurs, la gauche peut échouer. Soit qu’elle cède devant les chantages européens, soit, si d’aventure elle refusait de capituler, qu’elle en paie le prix fort. Mais puisque l’avenir de l’Europe se joue désormais à Athènes, c’est à nous qu’il appartient de faire pression, en France et ailleurs, sur ceux qui exercent des pressions contre la volonté populaire des Grecs. Car il ne faut pas laisser tuer l’espoir : la victoire de Syriza, c’est un démenti opposé au mantra de Margaret Thatcher que reprennent à leur compte les dirigeants socialistes convertis à son néolibéralisme : « il n’y a pas d’alternative ». Si, il y a encore une alternative ! Et oui, la gauche peut vivre, elle veut vivre, en Grèce aujourd’hui et en Europe demain !

Stathis Kouvelakis

Grèce: lendemain(s) de victoire

(...) Le nouveau gouvernement, dont la composition n’est pas connue à l’heure où j’écris ces lignes, se trouvera confronté à des difficultés proprement hallucinantes. Les caisses sont vides, plus que prévu, les recettes de l’Etat s’effondrent. Il apparaitra très vite que le financement prévu du « programme de Thessalonique » reposaient sur des estimations largement surévaluées, ou fausses, dont le but était de laisser croire qu’il était réalisable en réorientant (pour moitié) des crédits européens (qui sont fléchés, pour une part déjà attribués et dont le versement dépend de toute façon du bon vouloir de l’UE), et pour l’autre moitié par une meilleure collecte de recettes fiscales, sans réforme de la fiscalité et sans avoir recours à des déficits. L’orientation stratégique du gouvernement par rapport à l’UE reste également floue. Tsipras hier soir a voulu rassuré l’UE et les marchés, il a parlé de « dialogue sincère » et de « solution mutuellement avantageuse ». Le mot « dette » n’a pas été prononcé.

(...) La marge de manoeuvre est donc étroite mais les ambigüités n’ont qu’un temps. La société reste pour l’instant passive, mais les attentes sont très concrètes et très fortes. Une tâche redoutable attend les forces qui sont conscientes des dangers et déterminées à défendre les points clé du programme de rupture avec l’austérité qui est celui de Syriza. Plus que jamais il deviendra clair qu’entre la confrontation et le reniement l’espace est proprement inexistant.

Le moment de vérité est imminent.

19 janvier 2015

Sommes-nous tous des Charlots ?



Charlie Hebdo: Vallaud-Belkacem ne veut pas entendre les questions des élèves
par Guillaume Liégard

Manifestation du 11 janvier 2015 à Paris: la réaction du NPA (France):
Une marée humaine d'indignation mais une énorme manipulation d'Etat au nom de l'union nationale

Un article d'Alex Callinicos qui est l'objet de quelques critiques, mais qu'une camarade a qualifié de "salutaire"
Les attentats de Paris sont un produit de l'impérialisme
Ce qui s'est passé à Paris la semaine dernière s'est déjà produit en Europe par le passé – à Madrid en mars 2004 et à Londres en juillet 2005. Le cycle infernal de l'intervention impérialiste dans le monde musulman et du terrorisme islamiste continue.
Mais il semble que la spirale soit aujourd'hui descendante. D'un côté, la droite raciste et islamophobe française se renforce, alors que le mouvement antiguerre est plus faible. De l'autre, les effets abrutissants de la guerre et de la contre-révolution au Moyen-orient ont renforcé les zélotes réactionnaires de Daech.
Cette situation fait peser une responsabilité particulièrement lourde sur les épaules de la gauche anti-impérialiste européenne.
Quelles que soient les déficiences de George Galloway, il faut mettre à son crédit perpétuel de s'être levé à la Chambre des Communes, après les attentats de Londres, accusant le gouvernement de Tony Blair d'avoir créé les conditions de l'attentat par son rôle dans l'occupation de l'Afghanistant et de l'Iran. Il est regrettable qu'aucune voix semblable ne soit audible en France aujourd'hui. Le plus proche équivalent français du SWP, le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), a publié une déclaration condamnant le massacre de Charlie-Hebdo sous le titre « Folie barbare et réactionnaire ».
Bien sûr il avait raison de condamner le massacre, mais le NPA a tort d'appeler l'attentat barbare (et même, dans une autre déclaration, de traiter ses auteurs de fascistes). C'est là exactement la manière dont les classes dirigeantes justifient leurs guerres contre le monde musulman.
Après le 11 septembre, George W Bush a parlé d'une lutte entre la civilisation et la barbarie. L'ancien président de droite Nicolas Sarkozy lui a fait écho sur les marches de l'Elysée la semaine dernière.
Ce discours justifie implicitement le droit de l'impérialisme occidental d'apporter l'ordre et la liberté aux sociétés « arriérées » et de combattre les « islamofascistes » dans le monde entier.
La déclaration du NPA poursuit en accusant les terroristes de « semer la terreur, contre la liberté d'expression, la liberté de la presse au nom de préjugés réactionnaires et obscurantistes ». Voilà qui en vérité assume l'identification dominante avec Charlie Hebdo - « Je suis Charlie » - [en français dans le texte], avec un magazine qui s'est glorifié de publier d'horribles caricatures racistes de Musulmans.
Satire
Il s'agit d'une espèce étrange de magazine amusant, subversif et anticonformiste, auquel le gouvernement français a promis un million d'euros. Mais ce passage à la satire subventionnée par l'Etat symbolise ce qui est en train de se cristalliser en France. Les politiciens cherchent d'une façon de plus en plus agressive à renforcer une définition de l'Etat français comme « laïque » et « républicain », unissant tous ses citoyens sans considération de classe, de sexe, de race et de religion.
Mais la laïcité est comprise d'une manière qui, dans la réalité, inclut certaines confessions mais exclut l'Islam.
Les foulards ont été interdits dans les écoles publiques françaises en 2004 et le port du voile dans les lieux publics en 2011. La défense du droit de Charlie-Hebdo d'insulter les Musulmans est enveloppée dans cette idéologie « républicaine ».
La marche de dimanche représente un sommet dans le développement de cette forme raciste et excluante de laïcité – une « marche républicaine » en tête de laquelle défilaient François Hollande, son prédécesseur Sarkozy et, entre autres dirigeants mondiaux, le boucher Nétanyahou.
A de nombreux égards elle est évocatrice de l'Union sacrée [en fr.] dans laquelle la classe dirigeante française a cherché à unir les travailleurs et les patrons dans le soutien à la Première Guerre mondiale.
Il faut dire au crédit du NPA qu'il a condamné cette « union nationale » et refusé de participer à la manifestation. Mais ses concessions à l'idéologie dominante signifient qu'il est bloqué dans la position décrite par un des fondateurs du NPA, le regretté Daniel Bensaïd, comme « ni-nisme » - dans ce cas ni l'Etat français ni les islamistes - ce qui implique d'établir ce que Bensaïd appelait une « fausse symétrie entre deux dangers ».
L'Etat français et ses alliés comme les USA et l'Angleterre ont un pouvoir destructeur incomparablement plus puissant que les islamistes, aussi détestables que soient ces derniers. La violence qu'ils infligent, directement ou indirectement, provoque des représailles qui reflètent cette violence.
L'Europe est confrontée à un déferlement de racisme et d'islamophobie. C'est le devoir de tous les socialistes révolutionnaires de se dresser fermement et de tout leur coeur contre cette horreur. Nous devons montrer que les travailleurs, quelles que soient leurs identités religieuses et ethniques, peuvent s'unir contre le racisme, la guerre et l'austérité.
Alex Callinicos, Socialist Worker
(traduit de l'anglais - sans relecture - par Jamal John-Rayne) 


(...) L’expression « notre 11 septembre à nous », afin de justifier une politique sécuritaire et militaire qui bat déjà son plein et qui risque d’empirer, au nom de la lutte contre le terrorisme, l’opposition des termes « civilisation » et « barbarie », l’expression récurrente du mot « guerre », la justification a posteriori des interventions militaires françaises dans le Sahel et au Proche-Orient, sont autant de dérives qui se sont manifestées ces derniers jours. Dans son combat contre la Françafrique et l’idéologie néocoloniale et raciste qui la sous-tend, Survie ne peut que se sentir concernée par la montée en puissance de ces discours néo-conservateurs.
Par ailleurs, la présence au défilé du 11 janvier à Paris de dictateurs africains tels qu’Ali Bongo (Gabon) et Faure Gnassingbé (Togo) et d’un représentant du président tchadien Idriss Déby nous est apparue particulièrement indécente. Plus que la liberté d’expression, , que ceux-ci bafouent régulièrement, on devine que leur présence, aux côtés des présidents malien et nigérien, avait pour objectif de légitimer les interventions militaires françaises récentes en Afrique, au Sahel en particulier.

Plus que jamais il faut combattre l'islamophobie
Tribune publiée dans le Monde, de Said Bouamama, Denis Sieffert, Ismahane Chouder et al

13 janvier 2015

Charlie Hebdo et l'islamophobie: communiqué

Communiqué
HALTE A L’INSTRUMENTALISATION DE L’EMOTION :
REFUSONS LA MASCARADE DE L’UNITE NATIONALE
Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires

Samedi 10 janvier 2015

Le FUIQP a condamné immédiatement les attentats de cette semaine. L’assassinat n’est pas pour notre organisation une forme d’action politique souhaitable, légitime ou justifiable. Nous condamnons tout aussi fermement la multiplication des actes islamophobes (plus de 20 actions contre des lieux de cultes ou des personnes ces trois derniers jours) et l’instrumentalisation de l’émotion en cours, qui prend comme nom « appel à l’unité nationale » et comme slogan « nous sommes tous Charlie ». 
Nous ne pouvons pas et ne voulons pas être Charlie
L’instrumentalisation de l’émotion conduit à « mettre de l’huile sur le feu », à multiplier les victimes d’actes islamophobes, à soutenir ceux qui par leurs politiques internationales (participation à des guerres impérialistes d’agression), leurs politiques économiques (fragilisation sans précédent des classes populaires) et leurs politiques sociales (depuis la loi sur le foulard de 2004, les mesures islamophobes d’Etat se sont succédées).
 L’unité nationale, pour sa part, vise à offrir une caution aux choix politiques qui se prendront en « notre nom » au prétexte de nous protéger. Des appels à un Patriot Act à la française se font déjà entendre. Il s’agit ni plus ni moins que d’obtenir un consentement à la restriction de nos libertés démocratiques, d’une part, et à rendre légitime une répression ouverte contre les récalcitrants. L’interdiction de manifester son soutien au peuple palestinien que le gouvernement socialiste a prise cet été doit nous servir d’avertissement. Les lourdes condamnations qui ont suivi, dans un silence médiatique assourdissant et sans réaction importante des grandes formations politiques, sont un autre signal d’alerte que nous devons entendre.  Enfin, au nom de l’unité nationale, on voudrait nous faire défiler avec des dirigeants israéliens d’extrême droite coupables de crimes de masses en Palestine.
Malgré l’atrocité de l’attentat à Charlie Hebdo, nous ne pouvons pas oublier tout ce qui nous sépare de ce journal. Le faire serait autoriser le déploiement encore plus fort des idées de l’hebdomadaire que nous payons déjà chèrement quotidiennement.  Le slogan « nous sommes Charlie » exige de nous, en effet, de nous solidariser avec des propos qui ont contribué à créer la situation dangereuse actuelle. Nous ne voulons pas être Charlie parce que nous combattons et continuerons de combattre l’islamophobie qu’a véhiculée cet hebdomadaire. Nous ne voulons pas être Charlie parce que nous nous sommes toujours opposés, et nous continuerons à le faire, aux guerres impérialistes, alors que cet hebdomadaire a soutenu toutes les guerres de l’OTAN. Nous ne voulons pas être Charlie parce que nous apprécions l’œuvre salutaire de Noam Chomsky sur la contribution des grands médias aux dominations contemporaines et que l’ancien directeur de l’hebdomadaire pense lui que « Chomsky et Ben Laden : même combat ».  Sans parler des propos sexistes, homophobes et de mépris des classes populaires réduites à l’image du « beauf », que véhicule l’hebdomadaire.
Nous refusons les politiques de la peur
La violence qui a tué aujourd’hui est le résultat de plusieurs causes cumulées qui ont déjà fait des millions de victimes, victimes des guerres pour le pétrole et le minerai, de l’islamophobie d’Etat, de la précarisation et la paupérisation des classes populaires, des discriminations racistes, etc. C’est pourquoi nous condamnons toutes celles et ceux (classes dominantes en tête, médias, politiques, « experts ») qui, plutôt que de pousser à la réflexion sur les causes, suscitent une « politique de la peur » en amplifiant la panique émotionnelle qui a suivi l’attentat. Refusons ces logiques qui (volontairement pour certains pyromanes et inconsciemment pour d’autres) conduisent à une « stratégie du choc » par les classes dominantes qui ont appris à tirer profit de tous les drames. Tant de commentaires, de directs, de discours et de réactions, sans contribuer à augmenter notre compréhension de la situation, des causes et des effets. La condamnation d’un acte barbare ne nous contraint pas à nous soumettre à des idéologies qui nous détruisent.
Refuser la politique de la peur, c’est aujourd’hui refuser l’unanimisme national que l’on nous propose/impose politiquement et médiatiquement. Il n’y a pas de « communauté nationale » qui réunirait toutes les classes, pas plus avant l’assassinat à Charlie Hebdo qu’après (pas plus qu’il n’existe de « communauté musulmane » unie et homogène d’ailleurs). L’unité nationale est un mythe visant à unir ceux qui devraient être divisés (les classes sociales aux intérêts divergents) et à diviser ceux qui devraient être unis (les classes populaires quelles que soient leurs croyances ou non croyance). On ne peut pas faire communauté nationale lorsque la nation est divisée, fracturée par des rapports inégalitaires et des rapports de domination. La société française ne créera jamais d’appartenance ou de sentiment à la nation à marche forcée sans poser la question de la justice sociale et des inégalités racistes, sexistes et de classe.
 Serrons-nous les coudes
Nous adressons enfin notre soutien à celles et ceux qui, de toutes origines et de toutes religions, tout en condamnant l’acte terroriste, « ne sont pas Charlie », n’ont pas participé à la minute de silence, ni aux défilés, et qui ont une boule au ventre depuis l’attentat, extrêmement inquiets pour eux ou leurs enfants, ou en colère, à la fois contre les auteurs de l’attentat et contre une mobilisation nationale impulsée par en haut qui ne peut avoir pour résultat que d’initier encore plus une logique de « guerre civile » dont les premiers résultats sont la vingtaine d’agressions contre des lieux de culte ou des concitoyens musulmans réels ou supposés.
Nous appelons ceux qui ont sincèrement été défiler pour défendre la « liberté d’expression » ou pour refuser la violence meurtrière, à prendre rapidement du recul et à réfléchir aux causes, conséquences et enjeux du contexte actuel.  Nous les appelons à s’interroger sur les bénéficiaires de la stratégie de la tension qui se met en place et sur ses conséquences : banaliser l’islamophobie, produire une tension permanente entre deux composantes de notre société, limiter nos droits et nos libertés « pour nous protéger », pénaliser l’antisionisme en le présentant comme antisémitisme, empêcher le développement de la contestation sociale qu’appelle la fragilisation sociale et économique des classes populaires (et même des couches moyennes). 


N’ayons pas peur. Regroupons-nous. Organisons-nous.

9 janvier 2015

Après l'attentat contre Charlie hebdo: Contre le terrorisme, la haine et les amalgames Plus de démocratie, de liberté, d’égalité et de justice !

Communiqué  d'Ensemble! Mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire

Contre le terrorisme, la haine et les amalgames

Plus de démocratie, de liberté, d’égalité et de justice !

L’attentat meurtrier du mercredi 7 janvier 2015 qui a frappé la rédaction du journal Charlie Hebdo et provoqué la mort de 12 personnes constitue un véritable choc. Aucune cause ne peut justifier un tel acte aussi barbare.  Pour nous comme pour des millions de citoyens, c’est avant tout un attentat contre la liberté d’expression, qui plus est contre un journal de gauche, libertaire et anti autoritaire.

Les rassemblements spontanés ou à l’appel de syndicats et de partis de gauche qui se sont déroulés partout en France dès mercredi soir, avec la participation de centaines de milliers de personnes en hommage aux victimes témoignent d’un sursaut profond de dignité et d’humanité. Ces rassemblements démontrent qu’il existe des énergies déterminées à défendre le vivre ensemble contre la haine et la stigmatisation. Il faut amplifier ce mouvement !

« Ensemble ! » appelle, avec les organisations du Front de gauche, les syndicats, les associations antiracistes, les forces politiques de gauche à participer aux rassemblements et manifestations qui ont lieu le week end prochain. « Ensemble ! » participera sur la base de cette déclaration à la manifestation appelée à Paris dimanche 11 janvier, à 15 heures, Place de la République.

Développer ce mouvement de solidarité est la réponse nécessaire aux menaces qui pèse sur notre société. Il est d’autant plus important que l’attentat qui s’est produit risque d’accentuer les peurs et jeter de l’huile sur le feu, dans un climat marqué ces derniers mois par une recrudescence des discours racistes, antisémites et de stigmatisation des musulmans. Grenade ou coups de feu contre des lieux de culte musulman ou un Kebab, un lycéen tabassé,… toutes ces violences racistes sont intolérables.  Des organisations fascistes appellent à organiser des manifestations. Il faut refuser tout amalgame entre « Islam » et « terrorisme ». Le soupçon que toute personne de confession musulmane serait potentiellement favorable au terrorisme est insupportable.

Dans ce mouvement de solidarité, le Front National de Marine Le Pen, qui multiplie les discours xénophobes et de stigmatisation des musulmans, n’a évidemment pas sa place. Pour « Ensemble ! », contrairement à ce que proposent François Hollande et Manuel Valls, il n’y a pas d’union possible non plus avec Nicolas Sarkozy et les forces de droite qui depuis des années n’ont cessé d’attiser les haines par leurs politiques d’exclusion et de discrimination, allant jusqu’à reprendre le discours irresponsable du « choc des civilisations » entre « Islam » et « Occident ».

Ne laissons pas l’indignation et la révolte qui animent les millions de gens aujourd'hui mobilisés être dévoyées dans la logique d'une « guerre contre le terrorisme » qui au nom de la peur, ferait régresser, comme ce fut le cas aux USA après le 11 septembre, la démocratie, les libertés individuelles et les droits démocratiques.

Notre réponse au terrorisme, c’est plus de démocratie, plus de liberté, plus d’égalité et plus de justice.


Le 9 janvier 2015.

8 janvier 2015

Sur la tuerie aux locaux du magazine Charlie Hebdo à Paris

Moi (sur Facebook): Charlie Hebdo: condamnation absolue de cet attentat abominable; solidarité avec les victimes (mais pas avec leur torchon islamophobe); refus de tout amalgame, donc solidarité avec les Musulmans de France, qui seront pris comme cible; refus de l'"unité natonale".

Julien Salingue (sur Facebook): 

Non, rien ne peut justifier l'attaque contre Charlie Hebdo. Quelle que soit la guerre que l'on mène, les journalistes ne peuvent être des cibles légitimes.
Non, Charlie Hebdo ne l'avait pas "bien cherché". Quelles que soient les saloperies que l'on raconte, on ne mérite pas d'être tué pour ça.
Non, et ce quand bien même les auteurs de l'attaque se revendiqueraient de l'Islam, les Musulmans n'ont rien à voir, individuellement ou collectivement, avec ce qui s'est passé, et n'ont pas à s'excuser d'être musulmans ou à être contraints de se "désolidariser".
Non, ceux qui ont dénoncé avec raison l'islamophobie de Charlie Hebdo et d'autres médias ne portent aucune responsabilité dans ce qui s'est passé, et n'ont aucune raison de cesser de le faire à l'avenir.
Non, le "modèle français du vivre-ensemble" n'est pas "attaqué". Ce "modèle" est un mythe destiné à couvrir le racisme structurel à l'oeuvre en France, et personne ne me forcera à le défendre face à la "barbarie" qui le menacerait.
Non, "l'unité républicaine" aux côtés de racistes aux indignations sélectives n'est pas une réponse, et personne ne me forcera à mêler ma voix aux professionnels de la récupération politique et aux amalgameurs en tout genre.
Oui, depuis ce midi j'ai envie de pleurer. De colère et de dépit.
Mais on lâche rien.

Déclaration du Socialist Workers Party (Grande-Bretagne) sur la tuerie de Paris
 par le Comité Central du SWP, jeudi 8 janvier 2014
Des racistes et des gens de droite essaient d'utiliser la tuerie horrible de Paris, mercredi 7 janvier, afin de diviser les travailleurs, justifier des interventions impérialistes et attiser l'islamophobie.
Presque tout le monde reconnaîtra que ceux qui ont commis les meutres ont tort et que ceux-ci sont complètement inacceptables. Nous ne devons permettre qu'ils soient exploités pour encourager le racisme, justifier de nouvelles guerres ou aider l'extrême droite.
L'attentat a eu lieu en même temps qu'une offensive des islamophobes, des racistes et des fascistes en Europe. En France, le Front National nazi cherche le pouvoir en faisant des Musulmans et d'autres minorités un bouc-émissaire. En Allemagne, le mouvement Pegida est descendu nombreux dans la rue pour protester contre les Musulmans et les immigrés.
En Grande-Bretagne, des politiciens - et l'UKIP en particulier - essaient de profiter du racisme.
Les médias présentent Charlie Hebdo comme simplement un 'magazine satirique'. Mais il n'est pas l'équivalent de Private Eye en Grande-Bretagne comme cela a été suggéré. Cela a pu être le cas dans le temps, mais il est devenu un spécialiste d'attaques provocatrices et racistes contre l'islam. Ceci ne justifie pas la tuerie, mais c'est indispensable pour comprendre le contexte.
Nous ne devrions pas oublier non plus que, année après année, l'impérialisme a lancé des guerres, des assassinats, des bombardements par drone, et a pratiqué la torture au Moyen Orient et ailleurs. De telles horreurs ont créé une haine profonde. Ne nous laissons pas dupés - nous ne devrons pas soutenir une guerre contre les Musulmans se déguisant en un combat pour la liberté d'expression.
Unissons-nous contre le racisme et l'islamophobie !
(Translation: CF)

Ma propre organisation, Ensemble! a publié un communiqué qui ne dit malheureusement pas un mot sur notre opposition à l'amalgame, à la récupération islamophobe, et ne dit pas qu'il faut défendre les Musulmans contre la stigmatisation dont ils seront de nouveau les victimes. Un 'oubli' qui n'est sans doute pas un pur hasard.

Le NPA, dont le bilan sur la question de l'islamophobie est assez mauvais (notamment lors du débat sur la loi de 2004 interdisant les signnes religieux à l'école ou de l'affaire de la candidature d'une militante voilée qu'il n'a pas défendue comme il fallait) a publé le communiqué suivant : Une folie barbare et réactionnaire qui précise: "Le NPA adresse sa solidarité aux proches et familles des victimes, aux journalistes, aux salariés de Charlie Hebdo.
Mais nous ne serons d'aucune union nationale avec les apprentis sorciers qui jouent avec le racisme, attisent les haines contre les musulmans, les étrangers, ou se servent de cette affaire pour mettre en place de nouvelles lois liberticides. Ils portent une lourde responsabilité dans le climat xénophobe et délétère que nous connaissons aujourd’hui."