30 octobre 2014

'Exhibit B' : De quel antiracisme avons-nous besoin ?

Exhibit B est programmé au Théâtre G Philipe à Saint-Denis. du 14 au 16 novembre. Ce spectacle met en scène, sous forme de 'tableaux', l'humiliation qu'ont subie des millions d'Africain-e-s et d'Afro-descendant-e-s à l'époque de la traite négrière, de l'esclavage, du colonialisme, de la ségrégation raciale et de l'apartheid. 

Comme dit Laurent, militant d'Ensemble, dans ce texte, on peut accepter que les intentions de l'auteur du spectacle sont bonnes. Mais cela ne change rien sur le fond. 






Toussaint L'Ouverture











Le fait que quelques acteurs ou intermittents noirs vont toucher un cachet pour y 'jouer' pendant quelques jours (ils ont comme consigne de ne pas bouger et ne rien dire), non plus. (Le TGP dit que ils le font "de leur plein gré" - ce qui est bien la moindre de choses dans le 'pays des Droits de l'Homme' !) Ni le fait que certaines associations ou mouvements antiracistes ou de sans-papiers ont cru bon de le valider. 

Le fait est que la conception même de ce spectacle est dangereuse et crée chez moi un sentiment de dégoût. Le message subliminal, le 'sous-texte', il me semble, est que les Noirs sont et ont toujours été des 'figurants', des victimes passives, et non des acteurs de l'histoire. 


A qui, d'ailleurs, est destiné ce spectacle ? Ceux qui savent ce que c'est le racisme parce qu'ils le vivent tous les jours n'en ont certainement pas besoin. Certains le trouveraient offensant, et on peut les comprendre (il suffit de se demander s'ils sera produit à Pointe-à-Pitre ou à Fort-de-France). 


Si c'est aux Blancs, quel est le message ? Que 'Nous' devons nous sentir coupables, alors que c'est tout un système socio-économique qu'il faut incriminer ? 


Libérez Nelson Mandela

Certes, comme dit la présentation du spectacle sur le site du TGP, l'idée est de "mieux dénoncer" cette histoire atroce. 

Mais avions-nous besoin de cela ? Cette réduction des Noirs à des objets passifs est un aspect seulement d'une réalité historique complexe. Ne fallait-il pas mettre en scène la résistance des Noirs qui a eu lieu avant, pendant et après leur enlèvement ? Une résistance qui, faut-il le rappeler, a fini dans bien de cas par réduire en silence les bourreaux, au prix certes de sacrifices inouïs. 


Les révoltes des esclaves, le mouvement pour les droits civiques, les Panthères noires et Malcolm X, la résistance armée de l'ANC et les grèves des travailleurs noirs sud-africains ont été déterminants dans l'abolition de l'esclavage, la déségrégation du Sud et la chute du régime de l'apartheid. (Je n'oublie pas, non plus, que beaucoup de Blancs y ont participé, parfois maladroitement, en pensant mieux savoir conduire la lutte que les Noirs eux-mêmes, mais souvent courageusement.) C'est sur cela qu'il faut insister. 


Mulatresse Solitude, héroïne guadeloupéenne

De ce point de vue, quelques soient les intentions, et quelque soit le mérite 'artistique' du spectacle (mais je m'en fous un peu des deux), Exhibit B est un pas en arrière pour le mouvement antiraciste. 

Je ne sais pas, donc, s'il faut déprogrammer ce spectacle, comme en Angleterre (où les associations noires et le mouvement antiraciste ont mieux intégré ies idées de la conscience et de l'auto-détermination noire), ou le boycotter, ou essayer de s'en servir pour faire passer un message plus positif. 



Mais je sais que c'est une erreur monumentale de le présenter tel quel, sans prendre en compte le fait que nous sommes nombreux à trouver l'idée, disons, de très mauvais goût. Et non, si j'ai bien lu les déclarations de l'auteur et de certains de ses partisans (notammant en Angleterre où le mouvement de protestation les a obligés de se défendre), je ne l'ai pas vu. Et je n'irai pas le voir. J'ai mieux à faire que cela.

Voir d'autres articles sur ce sujet sur le blog de John Mullen

Pétition en ligne contre la programmation de ce spectacle

Le théâtre afro-caraïbéen existe:

Monsieur Toussaint, du grand écrivain martiniquais Edouard Glissant

La Tragédie du roi Christophe, d'Aimé Césaire (qu'on ne présente pas)

Un impressionnant catalogue de pièces de théâtre écrites par des dramaturges africains en langue française

Un petit article sur le 'Théâtre africain' sur Wikipédia qui contient d la matière à réfléchir

Entretien de Sylvie Chalaye de l'Université d Paris III, sur le nouveau théâtre africain

10 octobre 2014

Montée de la droite xénophobe en Grande-Bretagne



En Grande-Bretagne, à Clacton (sud-est de l'Angleterre), l'UKIP, un parti raciste et xénophobe, a remporté un siège au parlement lors d'une élection partielle, avec une avance de 12 400 voix sur le candidat de droite et 60% des suffrages exprimés (la participation était de 51%). 

Le vote combiné des trois principaux partis représentés au parlement (conservateur, travailliste et libéral-démocrate) s'est effondré, passant de 9 votants sur 10 à moins de 4. Le cas est un peu particulier, car le candidat victorieux était le député sortant, un transfuge du parti de David Cameron. Mais le symbole est fort, car l'UKIP gagne ici son premier député national, après sa première place aux élections européennes (33% des voix, 24 sièges; la participation était de 34%). 


En même temps, son candidat dans une autre partielle a manqué d'être élu de seulement 600 voix, juste derrière le candidat travailliste, grâce à un transfert massif des voix de droite et du centre-droit.


Il existe des analyses différentes de ce phénomène. Certains tendent à minimiser le caractère raciste de l'électorat de l'UKIP, considérant que son vote exprime plutôt un ras-le-bol de la politique (l'"anti-politique") et/ou son impact sur la base électorale ouvrière du Parti travailliste.


A mon avis ce serait une grave erreur de sous-estimer le danger, même si une distinction doit être faite entre le parti de Nigel Farage et l'extrême-droite classique et souvent violente, comme le British National Party et l'English Defence League - notamment dans la manière de le combattre.


Communiqué du Socialist Workers Party

5 octobre 2014

Non au racisme, à l’islamophobie et à la guerre ! Communiqué du Front de Gauche thématique "antiracismes"


Le Front de gauche thématique « antiracismes » appelle à se mobiliser partout contre la poussée d’islamophobie constatée depuis l’assassinat, par un groupe terroriste en Algérie, du guide montagne français Hervé Gourdel, suite au lancement de la nouvelle intervention militaire, activement soutenue par la France, des Etats-Unis en IrakCe terrible évènement a aussitôt été instrumentalisé à des fins racistes. De toute part, les Français-e-s de confession musulmane ont été accusé-e-s de ne pas condamner suffisamment les actes terroristes et sommé-e-s de s’en désolidariser, comme si elles et ils en étaient a priori solidaires. Dans Le Figaro du 26 septembre, Ivan Roufiol, s’est même pris de critiquer le premier ministre Manuel Valls, non pour son soutien à la nouvelle aventure guerrière décidée par François Hollande, mais parce qu’il n’oserait pas dire clairement que ce qui est en cause c’est l’islam lui-même en tant que religion…

Dans un tel climat délétère, nous refusons d’autant plus « l’union sacrée » à laquelle nous exhorte François Hollande afin d’aller, de nouveau, bombarder la population irakienne. Comme toutes les entreprises guerrières des grandes puissances impérialistes dans la région depuis plus d’une décennie, ces bombardements, loin de mettre un terme aux exactions des groupes terroristes ou d’apporter la « paix » et la « démocratie » aux populations visées, ne font que déstabiliser encore plus ces pays, alimenter l’islamophobie et rendre le monde plus dangereux.


Nous appelons à l’unité de toutes celles et de tous ceux qui s’opposent à ces politiques bellicistes, qui font le lit de la xénophobie et du racisme et s’accompagnent de lois liberticides, pour défendre le droit de tou-te-s et de chacun-e de vivre dans l’égalité et le respect de ce qui forge nos identités, nos convictions ou nos croyances.

28 septembre 2014

Rassembler les forces progressistes pour censurer Valls et construire une alternative


Tract national d'Ensemble!
La politique de Hollande et de Valls, c’est la soumission sans fin à l’appétit sans bornes de la finance et des grands patrons.
La prime misérable de 40 euros aux retraité-e-s les plus pauvres n’y change rien. Après des dizaines de milliards déjà offerts aux patrons, c’est l’heure du « pacte de responsabilité » : 35 milliards d’euros d’allègement des cotisations sociales pour les patrons, 50 milliards de coupes budgétaires pour nous.
Le gouvernement décrète la fin de la prévention dentaire en milieu scolaire, des coupes sombres dans le budget de la CAF, le gel des aides sociales, la fermeture de services hospitaliers, la baisse des dotations pour les collectivités, des suppressions de postes dans les services publics…
Les cadeaux répétés aux patrons ne créent pas d’emplois. Les riches n’ont jamais été aussi riches, le chômage ne cesse d’augmenter.
D’élection en élection, de sondage en sondage, cette politique est désavouée par la population. Europe Ecologie a quitté le gouvernement. Désormais, avec les députés EELV ce sont 32 députés socialistes « frondeurs » qui n’ont pas accordé leur confiance à ce gouvernement. Hollande n’a plus aucune légitimité. S’appuyant sur un système politique d’un autre âge, tel un monarque, il entend pourtant poursuivre sa politique de droite et désarmer la gauche.

è Faire converger les résistances, construire l’alternative de gauche

Alors que la misère explose, et que le racisme et l’extrême droite prospèrent sur le désespoir, il faut mettre un coup d’arrêt à la politique austéritaire de Hollande et Valls.
Des mobilisations sociales et écologistes se développent : à Air France contre la création de filiales permettant d’embaucher des salarié-e-s payé-e-s au rabais, dans les hôpitaux contre les coupes budgétaires, chez les retraité-e-s, pour la santé et la protection sociale, contre les projets productivistes comme la ferme des « mille vaches » ou Europa City.
Faisons converger les résistances sociales et écologistes, les associations, syndicats, partis, les citoyen-ne-s qui, à gauche, s’opposent au gouvernement.
Avec le Collectif national « Alternative À l’Austérité » apparu lors de la manifestation contre l’austérité « Maintenant ça suffit ! » le 12 avril, censurons l’austérité dans la rue.

è Face à la crise, un pacte de solidarité, vite !

Engageons un processus de débats et d’initiative avec toutes les forces qui veulent une alternative démocratique, sociale et écologique à la politique austéritaire du gouvernement, qu’elles soient dans les mouvements sociaux, au Front de gauche, à la gauche du PS, au sein d’EELV, au NPA, et tou-te-s les citoyen-ne-s qui le souhaitent. Construisons une coalition sociale et politique qui porte une alternative politique globale et rende possible une autre majorité sociale et politique, un autre gouvernement :
8 Gagnons une augmentation du SMIC à 1700€, le droit au travail, à un logement pour tou-te-s.
8 Suspendons le pacte de responsabilité, arrêtons les coupes dans les dépenses publiques.
8 Réduisons le temps de travail, créons des emplois dans les services publics, en particulier dans la santé et la protection sociale.
8 Refusons de payer la dette publique aux banquiers et mettons en œuvre une réforme fiscale d’ampleur qui contribue à une redistribution de la richesse, produite par les salarié-e-s, au bénéfice de la population.
8 Initions un processus constituant pour rompre avec le système antidémocratique de la Ve
République.
8 Engageons la transition écologique et énergétique à partir des besoins sociaux (développement de transports collectifs gratuits, construction et rénovation de logements sociaux).

contact@ensemble-fdg.org l 20 rue Chaudron 75010 Paris l www.ensemble-fdg.org

23 septembre 2014

Un projet de loi contre le terrorisme qui met en cause les libertés publiques


Communiqué d'Ensemble!

C'est dans un climat d'union nationale, avec les inévitables surenchères, que le projet de loi présenté par le ministre de l'intérieur a été adopté par les députés le 18 septembre.

Surfant sur l'horreur suscitée par les exactions de l'EI parmi la population des territoires conquis, la décapitation de deux journalistes et d'un travailleur humanitaire, le gouvernement a fait passer un texte qui met en place une justice préventive rendue par une autorité administrative.

La confiscation du passeport pour un délai allant de 6 mois à 2 ans, sur décision administrative, sera possible à partir de l'intention de se rendre dans les territoires dominés par l'organisation terroriste.

Sachant que le Hamas est considéré comme une organisation terroriste, cette mesure concerne directement les militantEs de la solidarité avec la Palestine lorsqu'ils veulent se rendre dans la bande de Gaza.

L'apologie d'actes terroristes sera passible du code pénal, et non d'une appréciation relative à la liberté de la presse, et permettra une comparution immédiate. Outre que la notion d'apologie relève pour une grande part d'un point de vue subjectif, la logique de ce texte tend à assimiler opinion et passage à l'acte, l'apologie du terrorisme étant donc assimilé à un acte terroriste.

L'autorité administrative pourra bloquer les sites djihadistes et un nouveau délit est constitué, celui pour entreprise individuelle à visée terroriste.
Mais, ce projet de loi s'attaque également aux hackers et au piratage de systèmes informatiques en prévoyant 10 ans de prison et 1 million d'amende.
Il allonge la durée de conservation des écoutes administratives en les portant à 30 jours au lieu de 10 actuellement.

Sans débat public et presque en catimini, le gouvernement profite d'une situation internationale délétère pour s'attaquer aux libertés publiques. Le choix de la procédure en accéléré signifie qu'il n'y aura qu'un seul passage à l'Assemblée nationale et un au Sénat.

Dorénavant, c'est au Sénat qu'il faut tout faire pour mettre en échec ce projet de loi.
Pour « Ensemble! Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire », les parlementaires soucieux de l'Etat de droit, des libertés publiques, en particulier les éluEs du Front de gauche, doivent voter contre un tel texte.

Le 22 septembre 2014

31 août 2014

Valls 2… Une alternative de gauche, vite !

Pour une fois, la notion de 'rentrée politique' - les attaques contre les travailleurs, les guerres et les catastrophes sanitaires et écologiques, elles, ne prennent pas de vacances - prend tout son sens en ce mois de septembre 2014.

Le licenciement pour faute politique et lèse-majesté de deux ministres censés représenter la gauche du PS, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, la formation du gouvernement Valls 2 avec la promotion d'Emmanuel Macron, un ancien banquier d'affaires favorable à la suppression des 35 heures, les premières mesures en faveur des patrons - sous couvert d'"amour pour l'entreprise" - et des propriétaires, avec le 'détricotage' de la Loi Duflot, les divisions qui apparaissent à l'intérieur même du Parti Socialiste, représente plus qu'un simple remaniement.

Il ne s'agit pas d'une inflexion de la ligne, mais d'un virage considérable à droite. Hollande-Valls, c'est l'amour des patrons - qu'ils confondent cyniquement avec l'entreprsie en oubliant qu'une entreprise, c'est d'abord et surtout les salariés qui la font tourner - et la guerre faite aux travailleurs, aux chômeurs, aux jeunes et aux immigrés.

Voici les premières réactions d'Ensemble!, composant du Front de Gauche:

Valls 2… Une alternative de gauche, vite !



La nomination d'Emmanuel Macron, un banquier, au ministère de l'Économie symbolise la soumission du gouvernement Valls 2 aux exigences de la finance et des grands patrons.
Gattaz et le Medef n’ont plus qu’à applaudir !
Après des dizaines de milliards offerts par Hollande aux patrons avec le Crédit d’Impôt Compétitivité, avec Valls 2, ce sera « encore plus loin, encore plus fort » :
·      le « pacte de responsabilité » : 35 milliards d’allègement des cotisations sociales pour les patrons, 50 milliards de coupes budgétaires pour nous (gel des aides sociales, déremboursement de médicaments, fermeture de services hospitaliers, baisse des dotations pour les collectivités, suppressions de postes dans les services publics…).
·      la remise en cause des 35h, la suspension ou l’abaissement des seuils sociaux ouvrant des obligations aux entreprises en matière de représentation des personnels, qui priverait nombre de salarié-e-s du droit à être représenté-e-s auprès de leurs employeurs
·      le traité du Grand Marché Transatlantique Union Européenne/États-Unis : une déréglementation totale des normes sociales et environnementales au profit d’une seule norme, celle du libre-échange, et d’un seul pouvoir, celui des multinationales.
Le gouvernement Valls-Hollande en donne toujours plus au patronat pour soi-disant créer des emplois.
Pourtant, la baisse continue des cotisations depuis près de 20 ans n’a pas amélioré la situation de l’emploi mais a augmenté les dividendes offerts aux actionnaires. Le chômage ne cesse d’augmenter (3,6 à 5 millions de demandeurs d’emploi). Les riches n’ont jamais été aussi riches. La France est le pays d’Europe qui verse le plus de dividendes aux actionnaires (plus de 40 milliards en 2014).
Les parlementaires qui affirment refuser la politique d'austérité ne doivent pas accorder la confiance à ce nouveau gouvernement.
Faire converger les résistances, construire l’alternative de gauche
Alors que le racisme et l’extrême droite prospèrent sur le désespoir, il faut mettre un coup d’arrêt à l’austérité : refuser de payer la dette illégitime et mettre en œuvre une réforme fiscale d’ampleur qui permette une redistribution de la richesse produite au bénéfice de la population, développer les services publics, investir pour la transition écologique (transports collectifs, logements), et la satisfaction des besoins sociaux (salaires, protection sociale, réduction du temps de travail…).
Pour mettre en échec ce gouvernement et construire une nouvelle majorité sociale et politique, alternative et anti-austéritaire, il est décisif de faire converger les résistances sociales et écologiques, les associations, syndicats, partis, les citoyen-ne-s, qui à gauche s’opposent à l’austérité.
Il faut déployer et ancrer la bataille anti-austérité à partir du pôle de résistance sociale et politique apparu pour la manifestation « maintenant ça suffit ! » contre l’austérité le 12 avril.
Ensemble! propose aussi d’engager un processus d’Assises de la gauche de transformation sociale et écologique, qui rassembleraient toutes les forces qui veulent une alternative à la politique de Hollande et de Valls, qu’elles soient au Front de Gauche, à la gauche du PS, au sein d’EELV, au NPA, et tou-te-s les citoyen-ne-s qui le souhaitent.
Tract d'Ensemble! Saint-Denis:


En un été, le gouvernement Hollande-Valls aura achevé d’anéantir les espoirs nés de la défaite de Sarkozy. En juillet, ils soutiennent la guerre lancée par Israël et interdisent, du jamais vu, des manifestations de solidarité avec les Palestiniens. En août, on vire les ministres qui osent critiquer (un petit peu) les politiques d’austérité. Ces mêmes politiques qui mettent à genoux les peuples en Grèce, au Portugal, en Espagne, etc.
La nomination d'Emmanuel Macron, un ancien banquier favorable à la suppression des 35h, au ministère de l'Economie symbolise la soumission de ce gouvernement aux exigences de la finance et des grands patrons. Gattaz et le Medef ne peuvent qu’à applaudir Valls.
Un « gouvernement de combat » contre le Peuple
Déjà, la réforme des retraites, l’ANI (casse du code du travail) ou le pacte de responsabilité (50 milliards de cadeaux aux patrons) avaient démontré l’orientation libérale de ce gouvernement. Valls 2, ce sera encore plus fort : suppression des droits sociaux dans les entreprises, baisse des dépenses publiques et des aides sociales, etc. Avec comme conséquences de nouvelles régressions pour l’école, la santé, la culture…
Les politiques suivies par Sarkozy puis par Hollande sont un désastre : le chômage ne cesse d’augmenter (3,6 millions de demandeurs d’emploi) et la pauvreté explose (14% des français). L’Etat, disent-ils, n’a plus d’argent, les entreprises non plus, c’est pour cela qu’il faudrait les aider. Pourtant, le pays n’a jamais été aussi riche. Et les riches n’ont jamais été aussi riches. La France est le pays d’Europe qui verse le plus de dividendes aux actionnaires (plus de 40 milliards en 2014). Et ils trouvent les milliards nécessaires à leur politique guerrière.
S’opposer aux politiques d’austérité, reconstruire une alternative à gauche
La crise politique qui frappe le gouvernement témoigne qu’un changement radical d'orientation devient une urgence : il faut rompre avec les politiques d'austérité et anti-démocratiques en France et en Europe. Les députés PS et Verts qui affirment refuser la politique d'austérité ne devront pas, eux non plus, accorder la confiance à ce nouveau gouvernement qui n’a strictement rien de socialiste, ni d’écologiste.
Ce gouvernement doit être mis en échec. Il faut dans les mobilisations sociales et au plan politique que s'affirme une large alliance porteuse d'une alternative sociale, démocratique, écologique et pacifiste en réponse aux régressions qu'on veut nous imposer. Il est temps que le peuple fasse irruption sur la scène politique, pour REPRENDRE LE POUVOIR.
ENSEMBLE ! Mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire, avec le Front de Gauche, y mettra toutes ses forces.

Pour nous rejoindre ou prendre contact avec ENSEMBLE Saint-Denis : ensemblesaintdenis93@gmail.com