8 novembre 2014

Tract unitaire de Saint-Denis pour la manifestation contre les politiques d'austérité du 15 novembre 2014

NON au BUDGET D’AUSTERITÉ
A Saint-Denis, la baisse des dépenses publiques et l’austérité, ce n’est pas qu’un mauvais slogan du gouvernement Hollande-Valls ; c’est une réalité que vivent durement tous les dionysien-ne-s.
L’austérité, c’est une rentrée scolaire avec 20 classes d’écoles sans professeur-e-s ; l’absence de remplaçant-e-s titulaires et le recrutement de vacataires sans aucune formation.
L’austérité, ce sont des restrictions budgétaires à l’hôpital avec à la clé des suppressions de postes et un risque réel de dégradation de la prise en charge des patient-e-s.
L’austérité, ce sont 22 millions d’euros en moins de dotation pour la municipalité de Saint-Denis d’ici 2017. L’équivalent d’une école !
L’austérité, c’est l’Université de Paris 8 qui ne peut pas assurer la réussite d’un maximum d’étudiant-e-s : faute de moyens suffisants ce sont des cours supprimés, des cours surchargés, avec à la clé une souffrance au travail pour les personnels.
L’austérité, c’est plus de chômage et de précarité pour les dionysiens ; ce sont des familles qui voient les aides sociales diminuées et des travailleur-se-s dont le pouvoir d’achat est en berne. Les femmes sont particulièrement touchées par la diminution des prestations sociales, la casse des services publics tels que l’accueil des enfants, les services sociaux et de santé. C’est également entretenir la misère, les bidonvilles par l'exclusion délibérée des Rroms et la réduction des moyens des associations de proximité.
Les politiques d’austérité, de la droite au Parti Socialiste, échouent en France comme elles ont échoué partout en Europe. Il faut dire non à la loi de finances 2015 présentée par Manuel Valls.
Stopper ces politiques et imposer d’autres choix : c’est possible. A Saint-Denis, les parents d’élèves, les enseignant-e-s et les animateurs mobilisés montrent la voie depuis septembre. Révoltés, des parents ont occupés des écoles le 13 octobre ; d’autres occupent aujourd’hui un terrain en centre ville. Il faut amplifier et unifier ces luttes.
Nous ne sommes pas condamnés à l’austérité permanente. De l’argent il y en a : en 2015, le patronat va recevoir 23 milliards de cadeaux fiscaux (Pacte de responsabilité, CICE). De quoi faire une autre politique : embaucher 100 000 enseignant-e-s pour réduire le nombre d’élèves par classe (4,5 milliards), ouvrir 200 000 nouvelles places de crèche supplémentaires (4 milliards) ou construire 70 000 logements sociaux en région parisienne (12 milliards), etc.
Pour dire non au budget d'austérité du gouvernement VALLS !
Pour dire non aux exigences du Medef !
Pour construire des mobilisations et une alternative à la politique actuelle !

MANIFESTATION
SAMEDI 15 NOVEMBRE – 14H – DENFERT-ROCHEREAU (Paris)
DEPART DE SAINT-DENIS : 13H devant la MAIRIE

A l’appel du Collectif pour une Alternative A l’Austérité (http://www.collectif3a.org/)

Sur Saint-Denis : CGT, Femmes Solidaires, Front de Gauche (PCF, ENSEMBLE, PG), MRAP, NPA, SNUIPP-FSU, Europe-Ecologie les Verts (EELV).

7 novembre 2014

La réponse à François Hollande et au Medef : c'est dans la rue, le 15 novembre !

Communiqué du collectif Alternative A L’Austérité après l’intervention de François Hollande à l’occasion de son mi-mandat

Le bilan à mi-mandat de François Hollande est catastrophique. Elu pour faire une politique inverse à celle de Nicolas Sarkozy, Il applique à la lettre le programme du medef Les mêmes recettes ont engendré les mêmes maux : chômage à des niveaux historiques, casse industrielle, cadeaux aux actionnaires sans contrepartie, baisse des dépenses publiques… Dans ce pays les pauvres sont de plus en plus pauvres tandis que les plus riches accumulent toujours plus de richesses.

Enfin pour imposer cette politique d’austérité, François Hollande et Manuel Valls ont recours à une criminalisation accrue des mouvements sociaux, écologiques et citoyens. Pas de loi d’amnistie, syndicalistes condamnés pour leurs actions et la répression utilisée en lieu et place du dialogue jusqu’à conduire à la mort de Rémi Fraisse à Sirvens.

C’est pourquoi, le collectif 3A appelle le 15 novembre à manifester à Paris et dans plusieurs grandes villes de France. Pour refuser la politique d’austérite, pour exiger des élus qu’ils rejettent le budget Hollande-Medef, pour défendre une alternative sociale , écologique, politique.

Depuis quelques jours la mobilisation pour le 15 novembre prend de l’ampleur. A la liste des 250 premiers signataires se sont ajoutés d’autres personnalités, partis politiques, associations et un nombre important de syndicats. On recense de très nombreux appels d'organisations territoriales et de signatures de militantes et de militants syndicaux de la CGT, de la FSU, de Solidaires, de FO ...

Aux très nombreux appels de structures territoriales et de fédérations syndicales et de signatures de responsables syndicaux (de la CGT, FSU, Solidaires, FO) présents dans l’appel initial se sont notamment ajoutés des organisations de la CGT (Union régionale Ile de France, syndicat de la Culture, Fédération Finances) de Solidaires (Fédération Sud-Energie) de l’UNEF (dont l’AGE de Clermont-Ferrand).  

L’engagement de plusieurs associations (Copernic, APEIS, AC!, MNCP, CADTM, Convergences des services publics, Anecr, la Gauche par l’exemple, Féminisme enjeux, Femmes égalité, DAL, Acrimed, les ef-FRONT-é-e-s) s’accroit tous les jours.

Côté partis, Nouvelle Donne s’est ajouté aux organisations du Front de Gauche, au NPA, à la Gauche d’EELV ou au club des socialistes affligés.

 Vous retrouverez l’ensemble de ces signatures sur le site http://www.collectif3a.org

4 novembre 2014

Une révolte massive pour défendre la gratuité de l’eau en Irlande

Une vague extraordinaire de manifestations a submergé toutes les villes de la république d’Irlande samedi 1er novembre, écrit John Molyneux du Socialist Workers Party (SWP Irlande).
Dans un pays de seulement 4,5 millions d’habitants, environ 200 000 personnes sont descendues dans la rue pour s’opposer à la fin de la gratuité de l’eau (contre les « water charges »).
C’est la deuxième grande journée d’action, après la manifestation qui a réuni 100 000 personnes à Dublin en octobre.
Si ces chiffres sont impressionnants en soi, c’est dans le détail qu’on se rend compte de l’échelle massive de la révolte. Dans une ville comme Letterkenny, avec ses 20 000 habitants, il y avait 10 000 manifestants et dans de nombreuses très petites villes il y avait entre 1 000 et 5 000 participants.  
A Dublin, 30 000 manifestants ont occupé le centre-ville, mais en même temps il y avait 25 manifestations décentralisées, le plus souvent avec des milliers de participants.
Dans mon quartier de Drimnagh, quarante voisins se sont rassemblés devant ma maison derrière une banderole. Le temps d’arriver au centre commercial nous étions 600. Puis, avec quatre autres groupes nous avons occupé un rond-point important. 4 000 personnes en tout one participé à cette action.
Une caractéristique de beaucoup des manifestations était, en effet, la volonté de désobéissance civile, comme le blocage de routes et de lignes de tramway, et le nombre de participants a rendu impossible toute intervention de la police.
Cette journée d’action a eu lieu à l’appel de la campagne Right2Water (Droit à l’eau), qui fut lancée par la coalition People Before Profit (une alliance électorale à laquelle participe notamment le SWP) et soutenu entre autres par le Socialist Party (un autre groupe d’extrême-gauche), l’Alliance contre l’Austérité, Sinn Fein et des syndicats comme Unite, Mandate et le CPSU.
Mais le véritable moteur fut l’activité de groupes locaux dans chaque communauté. Toutes les actions avaient un caractère ouvrier très marqué. La base de cette réussite fut le travail dans les quartiers et les cités depuis le mois de septembre pour mobiliser contre l’installation des compteurs d’eau.
Mais en dehors de cet enjeu très concret il existe aussi une conscience politique.
On la voit dans des mots d’ordre tels « Enda in your ivory tower, this is called people’s power » (« Enda dans ta tour d’ivoire, on appelle ça le pouvoir populaire »), en référence au premier ministre Enda Kenny, ou même, en écho au slogan pro-palestinien « From the rivers to the sea, Irish water will be free ».
Des élections et des sondages récents démontrent la radicalisation de la classe ouvrière irlandaise.
Les partis de gouvernement traditionnels (Fianna Fail, Fine Gael, le parti travailliste, les Verts) sont en forte baisse, alors que l’audience de Sinn Fein et de la gauche de la gauche ne cesse de croître.  
Cette grande révolte populaire est le fruit de six années d’austérité sans répit, des taxes injustes et des coupes budgétaires qui ont mis les  travailleurs les dos au mur.
Aujourd’hui ils ont le sentiment de leur pouvoir et pensent qu’ils peuvent empêcher l’introduction des « water charges » et même faire tomber le gouvernement.
D’autres actions locales sont projetées avant une autre grande mobilisation nationale le 10 décembre – une manifestation qui aura lieu cette fois-ci en semaine et comprend un appel à la grève et à un siège du parlement.
Article paru dans Socialist Worker (Grande Bretagne), n° 2428, en ligne le 4/11/2014.



30 octobre 2014

'Exhibit B' : De quel antiracisme avons-nous besoin ?

Exhibit B est programmé au Théâtre G Philipe à Saint-Denis. du 14 au 16 novembre. Ce spectacle met en scène, sous forme de 'tableaux', l'humiliation qu'ont subie des millions d'Africain-e-s et d'Afro-descendant-e-s à l'époque de la traite négrière, de l'esclavage, du colonialisme, de la ségrégation raciale et de l'apartheid. 

Comme dit Laurent, militant d'Ensemble, dans ce texte, on peut accepter que les intentions de l'auteur du spectacle sont bonnes. Mais cela ne change rien sur le fond. 






Toussaint L'Ouverture











Le fait que quelques acteurs ou intermittents noirs vont toucher un cachet pour y 'jouer' pendant quelques jours (ils ont comme consigne de ne pas bouger et ne rien dire), non plus. (Le TGP dit que ils le font "de leur plein gré" - ce qui est bien la moindre de choses dans le 'pays des Droits de l'Homme' !) Ni le fait que certaines associations ou mouvements antiracistes ou de sans-papiers ont cru bon de le valider. 

Le fait est que la conception même de ce spectacle est dangereuse et crée chez moi un sentiment de dégoût. Le message subliminal, le 'sous-texte', il me semble, est que les Noirs sont et ont toujours été des 'figurants', des victimes passives, et non des acteurs de l'histoire. 


A qui, d'ailleurs, est destiné ce spectacle ? Ceux qui savent ce que c'est le racisme parce qu'ils le vivent tous les jours n'en ont certainement pas besoin. Certains le trouveraient offensant, et on peut les comprendre (il suffit de se demander si un jour il sera produit à Pointe-à-Pitre ou à Fort-de-France). 


Si c'est aux Blancs, quel est le message ? Que 'Nous' devons nous sentir coupables, alors que c'est tout un système socio-économique qu'il faut incriminer ? 


Libérez Nelson Mandela

Certes, comme dit la présentation du spectacle sur le site du TGP, l'idée est de "mieux dénoncer" cette histoire atroce. 

Mais avions-nous besoin de cela ? Cette réduction des Noirs à des objets passifs est un aspect seulement d'une réalité historique complexe. Ne fallait-il pas mettre en scène la résistance des Noirs qui a eu lieu avant, pendant et après leur enlèvement ? Une résistance qui, faut-il le rappeler, a fini dans bien de cas par réduire en silence les bourreaux, au prix certes de sacrifices inouïs. 


Les révoltes des esclaves, le mouvement pour les droits civiques, les Panthères noires et Malcolm X, la résistance armée de l'ANC et les grèves des travailleurs noirs sud-africains ont été déterminants dans l'abolition de l'esclavage, la déségrégation du Sud et la chute du régime de l'apartheid. (Je n'oublie pas, non plus, que beaucoup de Blancs y ont participé, parfois maladroitement, en pensant mieux savoir conduire la lutte que les Noirs eux-mêmes, mais souvent courageusement.) C'est sur cela qu'il faut insister. 


Mulatresse Solitude, héroïne guadeloupéenne

De ce point de vue, quelques soient les intentions, et quelque soit le mérite 'artistique' du spectacle (mais je m'en fous un peu des deux), Exhibit B est un pas en arrière pour le mouvement antiraciste. 

Je ne sais pas, donc, s'il faut déprogrammer ce spectacle, comme en Angleterre (où les associations noires et le mouvement antiraciste ont mieux intégré ies idées de la conscience et de l'auto-détermination noire), ou le boycotter, ou essayer de s'en servir pour faire passer un message plus positif. 



Mais je sais que c'est une erreur monumentale de le présenter tel quel, sans prendre en compte le fait que nous sommes nombreux à trouver l'idée, disons, de très mauvais goût. Et non, si j'ai bien lu les déclarations de l'auteur et de certains de ses partisans (notammant en Angleterre où le mouvement de protestation les a obligés de se défendre), je ne l'ai pas vu. Et je n'irai pas le voir. J'ai mieux à faire que cela.

Voir d'autres articles sur ce sujet sur le blog de John Mullen

Pétition en ligne contre la programmation de ce spectacle

Le théâtre africain, afro-caraïbéen et afro-américain existe:

Monsieur Toussaint, du grand écrivain martiniquais Edouard Glissant

La Tragédie du roi Christophe, d'Aimé Césaire (qu'on ne présente pas)

Césaire a également écrit Une saison au Congo, une pièce dont le personnage principal est le dirigeant congolais assassiné Patrice Lumumba.

Un impressionnant catalogue de pièces de théâtre écrites par des dramaturges africains en langue française

Un petit article sur le 'Théâtre africain' sur Wikipédia qui contient de la matière à réfléchir

Court entretien de Sylvie Chalaye de l'Université d Paris III, sur le nouveau théâtre africain

Le théâtre en Afrique noire, itinéraires et tendances, d'Ahmed Cheniki de l'Université d'Annaba (Algérie)

Théâtre antillais, de Jean-Marc Corbin.

La romancière guadeloupéenne Maryse Condé a écrit plusieurs pièces de théâtre.

uMabatha - the Zulu Macbeth, de Welcome Msomi. Cette version de Macbeth de William Shakespeare a fait le tour du monde dans les années suivant sa première en 1970.

Orson Welles a présenté Macbeth en 1936 avec une distribution composée uniquement d'acteurs noirs. L'action a lieu en Haïti, au lieu de l'Ecosse. Cette production est connue sous le nom du "Voodoo Macbeth".

L'auteur afro-américain Langston Hughes a écrit plus d'une dizaine de pièces de théâtre entre 1931 et 1964, dont une appeléé 'The Emperor of Haiti'.

Le géant intellectuel trinidadien C.L.R. James, auteur notamment d'un livre célébrissime sur la révolte des esclaves de Saint-Domingue, Les Jacobins Noirs, a écrit une pièce de théâtre, Toussaint Louverture,  Elle fut écrite en 1934 et produite en 1936 à Londres, avec le non moins exceptionnel Paul Robeson (acteur, chanteur, athlète et militant) dans le rôle de Toussaint.

10 octobre 2014

Montée de la droite xénophobe en Grande-Bretagne



En Grande-Bretagne, à Clacton (sud-est de l'Angleterre), l'UKIP, un parti raciste et xénophobe, a remporté un siège au parlement lors d'une élection partielle, avec une avance de 12 400 voix sur le candidat de droite et 60% des suffrages exprimés (la participation était de 51%). 

Le vote combiné des trois principaux partis représentés au parlement (conservateur, travailliste et libéral-démocrate) s'est effondré, passant de 9 votants sur 10 à moins de 4. Le cas est un peu particulier, car le candidat victorieux était le député sortant, un transfuge du parti de David Cameron. Mais le symbole est fort, car l'UKIP gagne ici son premier député national, après sa première place aux élections européennes (33% des voix, 24 sièges; la participation était de 34%). 


En même temps, son candidat dans une autre partielle a manqué d'être élu de seulement 600 voix, juste derrière le candidat travailliste, grâce à un transfert massif des voix de droite et du centre-droit.


Il existe des analyses différentes de ce phénomène. Certains tendent à minimiser le caractère raciste de l'électorat de l'UKIP, considérant que son vote exprime plutôt un ras-le-bol de la politique (l'"anti-politique") et/ou son impact sur la base électorale ouvrière du Parti travailliste.


A mon avis ce serait une grave erreur de sous-estimer le danger, même si une distinction doit être faite entre le parti de Nigel Farage et l'extrême-droite classique et souvent violente, comme le British National Party et l'English Defence League - notamment dans la manière de le combattre.


Communiqué du Socialist Workers Party

5 octobre 2014

Non au racisme, à l’islamophobie et à la guerre ! Communiqué du Front de Gauche thématique "antiracismes"


Le Front de gauche thématique « antiracismes » appelle à se mobiliser partout contre la poussée d’islamophobie constatée depuis l’assassinat, par un groupe terroriste en Algérie, du guide montagne français Hervé Gourdel, suite au lancement de la nouvelle intervention militaire, activement soutenue par la France, des Etats-Unis en IrakCe terrible évènement a aussitôt été instrumentalisé à des fins racistes. De toute part, les Français-e-s de confession musulmane ont été accusé-e-s de ne pas condamner suffisamment les actes terroristes et sommé-e-s de s’en désolidariser, comme si elles et ils en étaient a priori solidaires. Dans Le Figaro du 26 septembre, Ivan Roufiol, s’est même pris de critiquer le premier ministre Manuel Valls, non pour son soutien à la nouvelle aventure guerrière décidée par François Hollande, mais parce qu’il n’oserait pas dire clairement que ce qui est en cause c’est l’islam lui-même en tant que religion…

Dans un tel climat délétère, nous refusons d’autant plus « l’union sacrée » à laquelle nous exhorte François Hollande afin d’aller, de nouveau, bombarder la population irakienne. Comme toutes les entreprises guerrières des grandes puissances impérialistes dans la région depuis plus d’une décennie, ces bombardements, loin de mettre un terme aux exactions des groupes terroristes ou d’apporter la « paix » et la « démocratie » aux populations visées, ne font que déstabiliser encore plus ces pays, alimenter l’islamophobie et rendre le monde plus dangereux.


Nous appelons à l’unité de toutes celles et de tous ceux qui s’opposent à ces politiques bellicistes, qui font le lit de la xénophobie et du racisme et s’accompagnent de lois liberticides, pour défendre le droit de tou-te-s et de chacun-e de vivre dans l’égalité et le respect de ce qui forge nos identités, nos convictions ou nos croyances.

28 septembre 2014

Rassembler les forces progressistes pour censurer Valls et construire une alternative


Tract national d'Ensemble!
La politique de Hollande et de Valls, c’est la soumission sans fin à l’appétit sans bornes de la finance et des grands patrons.
La prime misérable de 40 euros aux retraité-e-s les plus pauvres n’y change rien. Après des dizaines de milliards déjà offerts aux patrons, c’est l’heure du « pacte de responsabilité » : 35 milliards d’euros d’allègement des cotisations sociales pour les patrons, 50 milliards de coupes budgétaires pour nous.
Le gouvernement décrète la fin de la prévention dentaire en milieu scolaire, des coupes sombres dans le budget de la CAF, le gel des aides sociales, la fermeture de services hospitaliers, la baisse des dotations pour les collectivités, des suppressions de postes dans les services publics…
Les cadeaux répétés aux patrons ne créent pas d’emplois. Les riches n’ont jamais été aussi riches, le chômage ne cesse d’augmenter.
D’élection en élection, de sondage en sondage, cette politique est désavouée par la population. Europe Ecologie a quitté le gouvernement. Désormais, avec les députés EELV ce sont 32 députés socialistes « frondeurs » qui n’ont pas accordé leur confiance à ce gouvernement. Hollande n’a plus aucune légitimité. S’appuyant sur un système politique d’un autre âge, tel un monarque, il entend pourtant poursuivre sa politique de droite et désarmer la gauche.

è Faire converger les résistances, construire l’alternative de gauche

Alors que la misère explose, et que le racisme et l’extrême droite prospèrent sur le désespoir, il faut mettre un coup d’arrêt à la politique austéritaire de Hollande et Valls.
Des mobilisations sociales et écologistes se développent : à Air France contre la création de filiales permettant d’embaucher des salarié-e-s payé-e-s au rabais, dans les hôpitaux contre les coupes budgétaires, chez les retraité-e-s, pour la santé et la protection sociale, contre les projets productivistes comme la ferme des « mille vaches » ou Europa City.
Faisons converger les résistances sociales et écologistes, les associations, syndicats, partis, les citoyen-ne-s qui, à gauche, s’opposent au gouvernement.
Avec le Collectif national « Alternative À l’Austérité » apparu lors de la manifestation contre l’austérité « Maintenant ça suffit ! » le 12 avril, censurons l’austérité dans la rue.

è Face à la crise, un pacte de solidarité, vite !

Engageons un processus de débats et d’initiative avec toutes les forces qui veulent une alternative démocratique, sociale et écologique à la politique austéritaire du gouvernement, qu’elles soient dans les mouvements sociaux, au Front de gauche, à la gauche du PS, au sein d’EELV, au NPA, et tou-te-s les citoyen-ne-s qui le souhaitent. Construisons une coalition sociale et politique qui porte une alternative politique globale et rende possible une autre majorité sociale et politique, un autre gouvernement :
8 Gagnons une augmentation du SMIC à 1700€, le droit au travail, à un logement pour tou-te-s.
8 Suspendons le pacte de responsabilité, arrêtons les coupes dans les dépenses publiques.
8 Réduisons le temps de travail, créons des emplois dans les services publics, en particulier dans la santé et la protection sociale.
8 Refusons de payer la dette publique aux banquiers et mettons en œuvre une réforme fiscale d’ampleur qui contribue à une redistribution de la richesse, produite par les salarié-e-s, au bénéfice de la population.
8 Initions un processus constituant pour rompre avec le système antidémocratique de la Ve
République.
8 Engageons la transition écologique et énergétique à partir des besoins sociaux (développement de transports collectifs gratuits, construction et rénovation de logements sociaux).

contact@ensemble-fdg.org l 20 rue Chaudron 75010 Paris l www.ensemble-fdg.org