5 septembre 2009

Angleterre : Fascistes hors de nos villes !

***
Des militants d'extrême-droite agitent le drapeau israélien pour provoquer la minorité musulmane (Birmingham, R-U, 5 sept. 2009)
Manifestation de l'English Defence League (EDL) et contre-manifestation des anti-fascistes, dont de nombreux résidents d'origine indo-pakistanaise, samedi 5 septembre 2009, dans le centre de ma ville natale de Birmingham (Angleterre) pour la deuxième fois en quelques semaines.
Répondant partiellement au souhait de nombreuses personnalités et associations locales qui avaient demandé l'interdiction de cette provocation, la police a refusé aux racistes la permission d'organiser leur rassemblement dans les lieux les plus sensibles du centre-ville. Mais des heurts ont néanmoins eu lieu dans plusieurs rues commerçantes très fréquentées. Il y a eu une vingtaine d'arrestations.
La manifestation de l'English Defence League a été appelée pour protester contre ce qu'ils appellent l'"extrémisme islamique", mais ce sont tous les musulmans sont visés (voir la pancarte "No more mosques" = "Plus de mosquées"). Ils se posent en "patriotes" qui soutiennent les troupes britanniques en Irak et en Afghanistan, et nient être des fascistes. Mais derrière cette façade se cachent (mal) une idéologie identitaire et islamophobe. Ils sont proches - même s'ils nient avoir des liens formels - du British National Party (extrême droite).
L'activisme de ce groupe, qui a déjà organisé plusieurs manifestations "anti-extrémistes" et de soutien à l'armée britannique dans différentes villes du pays et projettent d'en organiser d'autres dans les semaines à venir, démontre le rôle central que joue l'islamophobie dans la stratégie de l'extrême droite. A la différence de la gauche française, la gauche britannique en est généralement consciente, mais il reste beaucoup à faire. Même chez ceux qui sont visés par cette offensive la bataille n'est pas gagnée, car dans la communauté musulmane de Birmingham dans les semaines précédant cette manifestation des voix se sont élevées pour dire qu'il ne fallait pas participer à la contre-manifestation, qu'il fallait prouver à la majorité non-musulmane qu'ils étaient des citoyens non-violents, que les contre-manifestants étaient également des "voyous" etc.
Enfin, il faut noter un aspect intéressant de la stratégie de l'EDL. S'opposant à ce qu'ils appellent l"islamisation" du pays, certains de leurs militants brandissent ... le drapeau israélien. D'ailleurs, le nom même de leur organisation - la Ligue de défense anglaise - rappellent celle de l'organisation sioniste d'extrême-droite, la Ligue de défense juive.
Pour d'autres photos et le reportage d'un grand quotidien, voir ici ...
Lire le communiqué de Unite Against Fascism
Press cuttings in English on the blog of a French social anthropology lecturer at Saint-Denis University, Anthropologie du présent

Aucun commentaire: