27 septembre 2009

Bon score pour Die Linke aux élections législatives allemandes

***
Die Linke, l'autre vainqueur du scrutin

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 27.09.09

Pour sa première participation aux élections législatives, le nouveau parti La Gauche (Die Linke) réalise une percée impressionnante : avec plus de 12 % des voix, il réalise un excellent score au niveau fédéral, qui devrait lui permettre d'obtenir près de 80 sièges sur les 600 que compte le parlement allemand.

Co-dirigé par l'ancien chef de file des sociaux-démocrates Oskar Lafontaine, le parti rassemble une alliance parfois hétéroclites de communistes de l'ex-RDA, de militants associatifs ou syndicaux, et de transfuges du SPD. Situé "à la gauche de la gauche", Die Linke a fait campagne sur des revendications sociales fortes : salaire horaire minimum de 10 euros, baisse d'impôts pour les revenus les plus faibles, création d'un impôt pour les grosses fortunes et nationalisation des banques.

Le parti mobilise siège dans 11 des 16 Länder (Etats régionaux), et bénéficie de la désaffection des électeurs traditionnels du SPD. Chez les chômeurs, qui votaient traditionellement pour les sociaux-démocrates, Die Linke est devenu le premier parti, avec 26 % des voix, d'après une étude de l'institut de sondage Infratest dimap.

Pour partie héritier de l'ancien parti communiste de RDA, le parti est très fortement implanté dans la partie orientale de l'Allemagne, mais a progressé peu à peu sur le territoire de l'ex-RFA, où il reste cependant bien moins puissant. En témoignent les résultats des deux élections régionales qui se sont déroulées en même temps que les législatives : dans le Schleswig-Holstein (Ouest), Die Linke a obtenu 6,5 % des voix. Dans le Brandenburg (Est), il récolte 27,7 % des suffrages, juste derrière le SPD, avec lequel il partagera le pouvoir régional.

Commentaire

L'excellent score de Die Linke, surtout chez les premières victimes de la crise, les chômeurs, est encourageant. Mais comment vont-ils gérer leur succès ? Seront-ils le parti des luttes, de l'opposition ouverte aux politiques de la droite au pouvoir ou préfèreront-ils co-gérer localement le système avec les sociaux-démocrates ? N'oublions pas que ceux-ci vienent d'être sanctionnés au niveau national pour leur collaboration avec la chancelière Angela Merkel.

En anglais sur Spiegel Online : Left party celebrates while Greens quarrel

Aucun commentaire: