10 novembre 2009

Trois étudiants musulmans poignardés à Londres et quelques réflexions sur les bienfaits du modèle républicain français

***
Jeudi dernier, le 5 novembre, trois étudiants musulmans ont été poignardés lors d'une agression raciste devant la City University à Londres [ils ont 'seulement' été blessés, NDLR].

Toute la semaine, un groupe de racistes s'était rassemblé près de la salle de prière pour lancer des insultes racistes en direction des musulmans qui s'y rendaient.

Jeudi soir, ce groupe a agressé des musulmans en lançant des briques, et la situation s'est dégradée au point où les trois étudiants ont été poignardés.

L'incident s'est produit deux semaines après le passage du leader du British National Party [parti raciste et particulièrement islamophobe], Nick Griffin, à l'émission politique phare de la BBC, Question Time - une invitation qui devait justement, selon les associations antifascistes, conduire à une augmentation du nombre d'agressions racistes.

En anglais : Anti-Muslim attacks on students

Commentaire

L'islamophobie, comme tout le monde sait, n'est qu'une invention des "islamofascistes" et des "islamogauchistes". De tels incidents ne pourraient jamais se produire en France, seulement dans des pays "communautaristes" comme l'Angleterre. Si une musulmane a été tuée en plein tribunal en Allemagne par celui qui était poursuivi pour des insultes racistes à son égard, c'est un problème uniquement allemand (c'est bien connu, les Allemands sont des gens intolérants, pas comme nous qui avons accueilli de façon si généreuse les immigrés qui doivent en retour bien se tenir et surtout pas afficher leur foi, chose que les catholiques ne font jamais). Il n'y a pas non plus de discrimination à l'embauche contre les filles voilées, et l'Etat français n'a pas bafoué le droit à une éducation pour tou-te-s en interdisant le port du foulard à l'école. Il est aussi facile à trouver un travail et à faire carrière en France en s'appelant Mohammed ou Yasmina qu'en s'appelant Jean-Pierre ou Marie-France. Il n'y a jamais de profanations de tombes musulmanes ou de mosquées dans l'hexagone - c'est une pure invention de quelques imams extrémistes (oui, je sais que c'est un pléonasme) et c'est pour cela qu'on n'en parle jamais dans les médias, ni même dans la presse militante de gauche. D'ailleurs, les musulmans bénéficient d'équipements aussi confortables pour pratiquer leur foi que les catholiques, qui eux ne reçoivent aucune aide publique pour leurs écoles privées. C'est comme la police qui contrôle nos papiers d'identité de façon neutre et les boîtes du nuit qui sont ouvertes à tou-te-s sans distinction. Sans parler des députés, des juges et des décideurs dans tous les domaines qui sont le reflet exact de la diversité de notre population. Tout cela est bien connu, car nous vivons dans le pays des droits de l'homme où chaque citoyen possède les mêmes droits et chaque étrangère vivant sur le territoire a droit à une vie normale. Et grâce à la "laïcité" aucun conflit - même pas la guerre menée par notre armée en Afghanistan - ne peut menacer notre "contrat républicain". Il n'y a même pas eu des émeutes en 2005. Circulez, donc, il n'y a rien à voir.

Aucun commentaire: