15 décembre 2009

Nadine Morano en lice pour le prix Berlusconi de la sottise

"Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c'est qu'il aime son pays, c'est qu'il trouve un travail, c'est qu'il ne parle pas le verlan, qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers".







Non, ce ne sont pas les propos d'un cafetier membre du Front National (avec mes excuses aux nombreux cafetiers qui ne sont pas racistes). Ce n'est pas non plus une caricature d'un jeune de l'UMP faite par Stéphane Guillon. Il s'agit bien d'une remarque faite par un membre du gouvernement devant 400 personnes venues assister à un de ces fameux débats sur l'"identité nationale" (c'est drôle comment on peut dépenser autant d'énergie à débattre quelque chose qui n'existe pas). Certes, elle est loin d'être la plus intelligente, mais la stupidité n'est pas une excuse.

Dans la foulée, Frédéric Lefebvre, porte-parole du gouvernement, a aggravé son cas (déjà désespéré) en justifiant les propos de sa collègue. Apparemment ce serait normal qu'elle s'exprime de la façon car elle-même a grandi dans un "quartier". Si c'est le cas, le moins qu'on puisse dire c'est que la promotion sociale ne lui a pas trop réussi.

Il faut souligner qu'il ne s'agit pas seulement de clichés sur les jeunes des quartiers populaires. Car Morano ne se contente pas d'accuser les jeunes en général - elle dit bien le "jeune musulman". Preuve que ce sont les musulmans (et les musulmanes voilées) qui sont visées par le nouveau racisme.

Morano doit démissionner et être traduit devant un tribunal populaire ! Et si quelqu'un a l'idée de lui lancer à la figure une statuette de la Grande Mosquée de Paris je comprendrai (sans approuver, bien sûr). Car son niveau est bien celui d'un Berlusconi.

Sur le site du Collectif contre l'islamophobie en France : Une ministre demande aux musulmans de travailler et de bien parler

Aucun commentaire: