20 janvier 2010

Haïti nous appelle à la solidarité et au respect de la souveraineté populaire

***
Appel international

mardi 19 janvier 2010

Nous invitons à diffuser largement cet appel et invitons toutes les organisations intéressées à apporter leur soutien et à partager les informations concernant leurs actions de solidarité en envoyant un message à haiti@jubileesouth.org ou au Secrétariat de Jubilé Sud/Amériques à jubileosur@wamani.apc.org. Des informations supplémentaires de nos collègues de Jubilé Sud PAPDA, SOF et d’autres organisations en Haïti seront bientôt disponibles, de même que des informations et des suggestions pour canaliser l’aide tant financière que matérielle.

Haïti nous appelle à la solidarité et au respect de la souveraineté populaire Nous soutenons le peuple d’Haïti dans ces moments de souffrances et de détresse infinies, et faisons nôtre son cri, en appelant le monde entier à y répondre d’urgence par une solidarité sans faille. Nous appelons les peuples et les gouvernements du monde entier à se secouer avec la même force avec laquelle la terre a ébranlé jusqu’aux fondements de la vie de ce peuple digne et courageux, touchant directement un tiers de la population – trois millions de personnes – et ajoutant une destruction aux proportions inimaginables à ce qui était, pour l’immense majorité de la population, une situation d’extrême précarité et de violation quotidienne de ses droits humains les plus élémentaires.

Cette tragédie dépasse les frontières d’Haïti. Il est de la responsabilité de la communauté internationale de porter un secours immédiat aux victimes, de fournir les ressources et de prendre les mesures nécessaires, à court et moyen termes, pour aider le peuple haïtien à reconstruire son pays et son futur, libéré des dominations et des dépendances qui ont tant marqué sa vie. Il ne fait aucun doute que le peuple haïtien dispose de la force et de la créativité nécessaires, et ensemble, nous ne pouvons permettre que ceux qui ont toujours cherché à étouffer cette volonté populaire n’utilisent cette tragédie pour imposer un modèle de reconstruction taillé pour leurs intérêts mesquins. Au cours des dernières années et aux côtés de nombreuses organisations haïtiennes, nous avons dénoncé l’occupation du pays par les troupes de l’ONU et les impacts de la domination imposée par les mécanismes de la dette, du libre-échange, du pillage des ressources naturelles et de l’invasion par des intérêts transnationaux. La vulnérabilité du pays aux catastrophes naturelles – due en grande partie aux ravages causés à la nature, à l’inexistence d’infrastructures de base, et à l’affaiblissement de la capacité d’action de l’Etat – ne devrait pas être considérée comme étant sans lien avec ces politiques qui ont historiquement sapé la souveraineté du peuple.

Il est maintenant temps que les gouvernements qui font partie de la MINUSTAH, des Nations unies et en particulier la France et les Etats-Unis, les gouvernements latino-américains, revoient ces politiques qui s’opposent aux besoins élémentaires de la population haïtienne. Nous exigeons de ces gouvernements et organisations internationales qu’ils substituent à l’occupation militaire une véritable mission de solidarité, et qu’ils agissent pour l’annulation immédiate de la dette qu’Haïti continue de leur rembourser. Nous exigeons que les fonds destinés à l’aide d’urgence et à la reconstruction ne donnent pas lieu à un nouvel endettement, et qu’ils ne soient pas non plus utilisés pour imposer des conditionnalités ou toute autre forme de contrainte extérieure qui les détournent de leur objectif déclaré, comme cela est habituellement d’usage dans les Institutions Financières Internationales telles que la Banque mondiale, la Banque Interaméricaine de Développement et le FMI, les pays dits « donateurs » et les entreprises qui en bénéficient.

Il est temps que la communauté internationale, et en particulier les pays et intérêts qui se sont ainsi enrichis, reconnaissent et remplissent leur obligation de verser des réparations pour les dettes écologique, sociale, historique et climatique qu’ils ont accumulées à l’égard du peuple haïtien. C’est aussi le moment de rappeler que ce sont généralement les femmes qui non seulement paient le plus lourd tribut de ces tragédies, mais aussi qui peuvent et qui devraient être les principales actrices du processus de reconstruction. Nous appelons également les mouvements sociaux, organisations et personnes du monde entier, en particulier celles et ceux qui travaillent sur les questions de santé et d’habitat populaire, de culture et de communication, à se mobiliser, à lancer et à se joindre à des campagnes de soutien, à organiser des comités locaux de soutien et des brigades volontaires pour venir en aide aux Haïtiens dans ces moments difficiles. Nous partageons avec le résistant et héroïque peuple haïtien le deuil et la solidarité, avec la certitude que le pays sortira de cette tragédie libre et souverain.

Premiers signataires : Jubilé Sud/ Amériques Jubilé Sud Réseau CADTM International CADTM Belgique

15 janvier 2010

Aucun commentaire: