28 janvier 2010

Religion, burqa, NPA et islamophobie

***
L'offensive islamophobe en cours a eu un effet salutaire, au moins. Des militants et des responsables des partis de gauche et d'extrême gauche acceptent enfin - avec quelques années de retard - de parler d' "islamophobie". C'est le cas d'Olivier Besancenot interviewé dernièrement sur France Inter. Au moment du vote de la Loi de 2004 interdisant les signes religieux à l'école et qui en réalité visait le port du foulard par une petite minorité de filles musulmanes le sujet était encore tabou.

Il reste cependant beaucoup de travail à faire pour "éduquer" nos camarades attardés. Quand on lit par exemple l'éditorial dans l'hebdomadaire du NPA de Josette Trat, universitaire (dans une ville multiculturelle), militante féministe connue et trotskiste, il y a de quoi être découragé. Le NPA a-t-il progressé sur cette question depuis 2004 par rapport aux tergiversations et ambiguïtés (pour être charitable) de la LCR en 2004 ? Rappelons qu'à l'époque, la LCR a réussi la prouesse de ne rien publier dans sa presse sur le sujet pendant 6 semaines, puis d'adopter une position peu courageuse ("ni loi ni voile") alors que quelques uns de ces militants, dont Pierre-François Grond, l'actuel 'numéro 2 du NPA', participaient en tant qu'enseignants à l'exclusion de filles voilées de leur établissement.

La position adoptée par Trat qui consiste à s'opposer à une loi interdisant la burqa en mélangeant des arguments valables avec d'autres franchement pitoyables (une interdiction serait "inefficace" et ferait de ces femmes croyantes des "martyres" - stéréotype islamophobe s'il y en a) exprime en fait l'extrême confusion des camarades sur cette question et une grande ignorance de l'analyse marxiste de la religion.

L'impression de confusion est renforcée quand on lit chez Trat qu'une loi interdisant le voile intégral serait à la fois "inapplicable" et "liberticide". Mais comment peut-on critiquer une loi "liberticide" parce qu'elle est "inapplicable" ? Josette Trat est-elle donc pour une loi qui serait "applicable" et "non-liberticide" ? C'est complètement risible venant d'une "intellectuelle" marxiste.

Mais quand la camarade - "féministe" de surcroît - se permet d'utiliser un terme aussi chargé de connotations négatives que celui d'"oiseaux de mort" au sujet d'autres femmes il y a plutôt de quoi être révolté. C'est un langage digne d'un Georges Frèche ou d'une Nadine Morano.

Olivier Besancenot, quand à lui, tout en condamnant fermement l'utilisation de l'islamophobie, a défendu à peu près la même position que Trat, avec un autre genre de "dérapage" quand il a comparé le port de la burqa à une "maladie" devant être "soignée" (interview sur France Inter).

Il y a de fortes chances que dans les milieux laïcs et républicains de gauche on reproche au NPA son opposition à une interdiction. L'ex-LCR a encore dans ces milieux très fanatisés la réputation d'avoir combattu la Loi de 2004, alors qu'en réalité elle a tout fait pour éluder la question et n'a jamais participé à la moindre manifestation contre elle. Quant à moi, j'ai plutôt envie de demander aux camarades de reprendre leurs études sur cette question à la base, et surtout de soutenir concrètement toutes les initiatives qui sont prises contre cette campagne ignoble, comme celle du collectif 'Unis face à l'islamophobie' qui vient de se créer.

Ici, le point de vue intéressant d'un militant du NPA, Raoul-Marc Jennar ...

2 commentaires:

marie a dit…

excellent article !
Ce week-end il y a une réunion CPN du NPA sur la question de l'islamophobie, suite aux réactions d'un camarade qui a condamné l'islamophobie de l'Edito dont tu parles, sur la liste de la commission Quartiers Populaires. We will see ...
(en parlant du collectif UFI, ta présence aurait été la bienvenue au rassemblement d'hier : un copain anglais a fait des interviews, et j'ai du exprimer dans un british pathétique les motifs de notre engagement contre l'islamophobie ! honte ... )

Colin Falconer a dit…

C'était qui le rosbif ?