15 mars 2010

1er TOUR DES ELECTIONS REGIONALES DU 14 MARS 2010

***
RESULTATS POUR SAINT-DENIS (93)

Inscrits 37 170
Abstentions 63.9 %
Votants 13 432 36.1 %
Exprimés 12 973 34.9 %

Presque deux électeurs sur trois sont donc restés chez eux.

Voix (% exprimés)

Olivier BESANCENOT (Nouveau Parti Anticapitaliste) 1 040 (8.0)
Jean-Pierre MERCIER (Lutte Ouvrière) 212 (1.6)

Total extrême-gauche 1 252 (9.6)

Les deux formations d'extrême-gauche augmentent leur score légèrement par rapport aux régionales de 2004 (liste Laguiller 8.18 %) et aux européennes de 2009 (listes séparées 8.81 %).

Résultats des listes soutenues par le NPA

Déclaration du NPA

Pierre LAURENT (Front de Gauche) 1 942 (15.0)

Net recul du PCF (allié au Parti de Gauche) par rapport aux régionales de 2004 (liste Buffet 23.95 %) et aux européennes de 2009 (17.66 %).

Total gauche radicale 3 194 (24.6)

Globalement la gauche radicale est en recul de 7.53 % depuis 2004 et de 1.87 % depuis les européennes de 2009, mais il y a eu un rééquilibrage certain en faveur de son aile gauche. Nous devons cependant nous garder de tout triomphalisme et surtout n'utilisons pas l'argument que "les jeunes et les couches sociales les plus proches de nous se sont massivement abstenus" - sans se demander pourquoi, si nous avions les bons arguments, ils ne se sont pas déplacés pour mettre un bulletin dans l'urne. Si les travailleurs sont majoritairement à gauche de leurs partis traditionnels, l'abstention ouvrière est rarement signe de radicalité - au contraire, elle exprime principalement la résignation. Certes, la mobilisation syndicale du 23 mars et les luttes à venir pourront démentir en partie cette analyse, mais tant que cette combativité s'exprime uniquement par des journées d'action et des grèves isolées et ne retrouve pas une expression politique, nous ne sortirons pas de l'affaire.

Cécile DUFLOT (Verts-Europe Ecologie) 2 029 (15.6)

Le vote écologiste explose depuis les régionales de 2004, quand les Verts n'ont totalisé que 2.28 % des voix. Mais ils ont perdu en pourcentage par rapport aux européennes de 2009 (18.47 %).

Jean-Paul HUCHON (Parti Socialiste) 3 700 (28.5)

(2004 : 29.6 % ; 2009 16.3 %). La renaissance de la gauche réformiste et social-libérale dément les thèses les plus optimistes sur "la mort de la social-démocratie". Celle-ci reste un refuge en temps de crise. Pour devenir une alternative crédible au socialisme 'gestionnaire' , qui en réalité gère essentiellement la misère, la gauche radicale devrait commencer par s'unir.

Alain DOLIUM (Modem) 445 (3.4)

Le temps où le Modem faisait illusion, y compris chez les gens qui se sentent exclus du système, est fini.

Valérie PECRESSE (UMP) 1 547 (11.9)

La candidate-ministre de Sarkozy fait un score pitoyable (19.33 % en 2004 pour les listes Copé et Santini), et perd 1.4 % depuis juin 2009 (liste Barnier 13.28 %). Enfin, il reste quand même un plus d'un électeur sur dix à Saint-Denis qui approuve la politique de Sarkozy.

Nicolas DUPONT-AIGNAN (Divers Droite) 238 (1.8)

Debout la République - plutôt à genoux à Saint-Denis.

Marie-Christine ARNAUTU (FN) 1 344 (10.4)

La liste fasciste double son score ou presque depuis les européennes de 2009 (5.82 %), mais reste en-dessous de son niveau de 2004 (15.8 %)

Almamy KANOUTE (Emergence) 157 (1.2)

Axel de BOER (Liste chrétienne) 138 (1.1)

La présence d'une liste ouvertement confessionnelle et anti-avortement, qui proclame fièrement que "La France est une terre chrétienne" n'a pas ému les éditorialistes et intellectuels qui dénoncent la moindre manifestation des musulmans comme "une atteinte aux valeurs de la laïcité". Cherchez donc l'erreur.

Jean-Marc GOVERNATORI (Alliance Ecologiste Indépendante) 181 (1.4)

Aucun commentaire: