7 mars 2010

Le 8 mars : Journée internationale des femmes ...



Femme de droite, raciste et islamophobe



Femmes en lutte contre la précarité et le racisme, Paris








... et non de LA femme. En effet, cette journée a été créée pour permettre aux femmes de se mobiliser collectivement, en tant que femmes et travailleuses, et non pour célébrer une quelconque "identité feminine" comme veulent nous faire croire médias et commentateurs bourgeois.

Lire cet article du journal Tout est à nous !

Marche mondiale des femmes : 3ème action internationale (6 mars - 13 mars 2010)

Class is the key to women's liberation (Socialist Worker) (en anglais)

Sur le blog Féministes Partout

PAS EN NOTRE NOM !

La république n'est pas la liberté pour touTEs ni l'égalité entre touTEs et la fraternité ne profite qu'à certaiNEs.
La république française est raciste
Le débat sur l’ « identité nationale » nous a martelé que l’égalité hommes-femmes et le féminisme sont des valeurs nationales. Nous dénonçons cette imposture. Nous sommes féministes et nous refusons toute instrumentalisation de nos luttes à des fins racistes, islamophobes, électoralistes et nationalistes.
Penser que le sexisme et l'homophobie n’existent que dans les banlieues, qu’ils ne tuent que chez les raciséEs et dans les « Autres » cultures : chez les pauvres, les pas-catholiques, les pas-blancHEs… est une stratégie idéologique relevant du colonialisme.
Nous refusons que le féminisme soit exhibé pour discriminer et exclure - par exemple les femmes voilées ou portant la burqa de l’espace public - ou pour justifier le refus de cartes de séjour et de naturalisations.
La république est raciste parce que les étrangerEs vivant, travaillant et cotisant en France n'ont toujours pas le droit de vote. Sous prétexte de racolage, les prostituéEs sans-papierEs sont expulséEs. Nous observons et condamnons une police et une justice à deux vitesses, notamment vis-à-vis des descendantEs des anciennes colonies.
Nous refusons que le féminisme soit brandi comme un « label de civilisation » et de modernité.

Pas en notre nom !

Lire la suite ...

Un article de Stéphane Lanchon, 1917 : les femmes dans la révolution russe

De Sharon Smith, Les origines de l'oppression des femmes

Alexandra Kollantai, Conférences sur la libération des femmes (1921)

Aucun commentaire: