15 avril 2010

Inauguration à Paris d'une esplanade à la mémoire d'un terroriste, fondateur d'un Etat criminel, par un maire 'socialiste'

***
COMMUNIQUE

L'hommage parisien à Ben Gourion mis à mal

Plusieurs manifestants gardés à vue

Des jeunes militants solidaires du peuple palestinien, dont des membres du NPA, de la CNT, d'Europalestine, de Génération Palestine, de la GUPS et de la coordination interfacs Palestine, ont réussi aujourd'hui à fortement perturber les festivités officielles de l'inauguration de la promenade Ben Gourion.

Malgré un dispositif policier important, un groupe embarqué sur un bateau-mouche a atteint le lieu de la cérémonie qui se déroulait ce jeudi à 10h45 en présence du Maire de Paris Bertrand Delanoë, de Rachida Dati, Maire du 7ème, et de Shimon Pérès, le président israélien. Plus de 40 militants, munis de drapeaux palestiniens, de fumigènes et de cornes de brume, ont déroulé une banderole « Ben Gourion, Pérès, criminels, Delanoë collabo ». Semant le trouble parmi le gratin de la collaboration avec Israël, leur protestation non-violente faisait écho aux centaines de manifestants rassemblés au Pont de l'Alma.

Au même moment, l'Arc de Triomphe a été recouvert d'un drapeau palestinien géant.

Les militants de ces deux actions ont été interpellés par les forces de l'ordre. Cinq d'entre eux ont été placés en garde à vue suite aux accusations fallacieuses de la responsable du bateau. Nous exigeons leur libération immédiate et appellons tous les sympathisants à nous rejoindre devant le commissariat du 11ème arrondissement.

http://www.urgence-gaza.net pour signer la pétition.


Drapeau palestinien sur l'Arc de Triomphe à Paris, jeudi 15 avril 2010

Triste journée en effet pour la Ville de Paris ! Ce n'est évidemment pas une "erreur" de la part de Bertrand Delanoë, qui dit lui-même "assumer" cette horreur.

En s'associant ostensiblement depuis belle lurette avec l'Etat sioniste, le maire de Paris revendique fièrement son mépris pour les Droits de l'Homme, dès lors qu'il s'agit des Palestiniens. Il salit par la même occasion la mémoire des victimes des camps de concentration - Juifs, communistes, homosexuel(le)s, gitan(e)s, handicapé(e)s - dont la mort aux mains des idéologues d'un Etat raciste est instrumentalisée honteusement par les défenseurs d'un autre Etat raciste, celui d'Israël.

Les forces armées israéliennes expulsent les Palestiniens de leurs terres et bombardent les camps de réfugiés provoquant des milliers de morts, étranglent l'économie palestinienne, empêchent l'aide internationale d'entrer et font subir des humiliations quotidiennes aux habitants des 'territoires' qui n'ont pas encore été colonisée par les fanatiques fascisants des partisans du 'Grand Israël'.

Le gouvernement israélien continue à autoriser la construction de nouvelles colonies malgré tous les accords passés et toutes les résolutions de l'ONU.

Ses 'services' traquent leurs opposants et les assassinent en Palestine comme à l'étranger en toute illégalité, ne provoquant que des protestations molles et de forme de la part de la 'communauté internationale'. Ils n'hésitent pas à armer et à conseiller les régimes les plus dictatoriaux en Afrique et en Amérique latine, afin d'affaiblir les Etats et les mouvements qui ont pris position contre eux.

Et leur seule réponse à toutes les critiques argumentées et fondées sur le simple respect des valeurs démocratiques ? "Vous êtes des antisémites" ! Alors que nous savons que le sionisme est non seulement une tragédie pour les masses palestiniennes mais une impasse pour tous les habitants de Palestine-Israël, qu'ils soient juifs, chrétiens, musulmans ou autres.

Delanoë n'est pas naïf. Tout cela a été documenté et expliqué des milliers de fois et le monde entier a été le témoin. Des mouvements de protestation se développent partout, auxquels s'associent de nombreux réseaux juifs. De grandes manifestations pupulaires ont eu lieu à Paris même au moment du bombardement et de l'occupation de Gaza il y a un peu plus d'un an, où sont cotoyés des habitants des quartiers populaires, des militants de gauche, des collectifs pro-palestiniens, des défenseurs des Droits de l'Homme, des mouvements antiracistes, des jeunes ainsi que des moins jeunes qui se souviennent de l'occupation nazie, dont bien sûr des camarades et de simples citoyens juifs et juives.

Delanoë sait ce qui se passe, et il "assume". On ne peut que se demander si Martine Aubry va protester et demander son exlusion du Parti socialiste comme elle l'a fait après les dérapages racistes de Georges Frèche en Languedoc-Roussillon ?

***
CAPJPO-EuroPalestine et Droits Devant ! viennent de transmettre à la préfecture de Paris une déclaration d’appel à rassemblement jeudi matin au Quai Branly, pour dire NON à la double provocation que représente l’inauguration par Shimon Peres d’une "Promenade Ben Gourion"

"Monsieur Delanoë, Maire de Paris, et Madame Rachida Dati, députée européenne, vous invitent, en présence de Son Excellence Shimon Peres, à l’inauguration de la "Promenade Ben Gourion", le jeudi 15 avril à 10 H 15 sur le Quai Branly"

Double provocation car, avec l’argent du contribuable, seront honorés en même temps deux criminels de guerre, l’un mort et l’autre vivant ;

Rendre honneur à Ben Gourion, le plus grand artisan du nettoyage ethnique palestinien, celui qui a expulsé plus de 700 000 hommes, femmes et enfants, entre 1948 et 1949, après en avoir fait massacré 10 000, dont le seul tort était d’être nés sur une terre convoitée par d’autres, et fait raser plus de 500 villages palestiniens par la même occasion. Quelle honte !

Dérouler le tapis rouge au président de l’Etat d’Israël, chef des criminels de guerre ! C’est intolérable !

Rappelons que Shimon Peres, membre de l’appareil dirigeant du sionisme depuis des décennies, a une longue carrière de criminel d’Etat derrière lui. Ce disciple de Ben Gourion a été de tous les mauvais coups de la politique israélienne, qu’il s’agisse du développement de la bombe atomique, de la colonisation des terres palestiniennes, ou encore des agressions répétées contre le peuple libanais : c’est lui qui porte la responsabilité directe du massacre délibéré de plus de 100 réfugiés dans le village libanais de Cana en 1996.

Et c’est lui, ne l’oublions pas, qui a nommé un gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahou et le fasciste Avigdor Lieberman.

A l’heure où il se propose de prendre l’avion pour venir parader à Paris, l’armée israélienne vient d’annoncer l’entrée en vigueur d’un nouveau décret, à rendre jaloux les champions de l’ex-apartheid sud-africain, puisqu’il autorise désormais la déportation de plusieurs dizaines de milliers de Palestiniens de Cisjordanie, pour les envoyer dans le camp de concentration à ciel ouvert qu’est la bande de Gaza.

STOP A LA COLLABORATION AVEC LE TERRORISME ISRAELIEN !

Le gouvernement français accumule les gestes en faveur du terrorisme d’Etat israélien et ne cesse de bafouer le droit international, ainsi que la législation française, avec les résultats que l’on connait.

Nicolas Sarkozy a demandé en 2008 le rehaussement du statut d’Israël au sein de l’Europe : quelques mois plus tard, Israël rassuré par une telle impunité, massacrait à Gaza.

En mars 2008, il recevait en fanfare le même Shimon Peres qui venait déclarer publiquement que Jérusalem est la "capitale éternelle d’Israël", tandis que son gouvernement annoncait l’extension de la colonisation, et promettait aux députés arabes israéliens à la Knesset de "s’occuper d’eux". On connait la suite... Mais avant de se lancer dans le massacre de Gaza, Shimon Peres narguait les Palestiniens dont les oliviers sont déracinés quotidiennement, en offrant à Sarkozy... une oliveraie de 3.600 pieds.

Aujourd’hui, Peres est le président d’un Etat qui ne se reconnait toujours pas de frontières, qui affame la population de Gaza, après l’avoir massacrée, qui intenisfie la colonisation à Jérusalem Est et en Cisjordanie.

Mais qu’à cela ne tienne, la France a certaines traditions en matière de collaboration. Israël peut continuer à piller les terres palestiniennes, à bafouer la décision de la Cour Pénale Internationale sur le Mur de l’annexion, et poursuivre le nettoyage ethnique des Palestiniens, la France lui offre des récompenses.

Combien de temps allons-nous permettre au gouvernement français de bafouer ainsi la morale et le droit ?

- en fournissant des armes à des criminels de guerre.

- en se gardant bien d’appliquer l’article premier des Conventions de Genève,qui fait obligation à toute partie contractante de rechercher et poursuivre en justice toutes les personnes suspectées de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité.

- en n’exigeant aucune traçabilité sur les marchandises exportées par Israël, et en fermant les yeux sur l’ensemble des produits illégaux en provenance des territoires occupés palestiniens, que la puissance occupante a interdiction d’exploiter à son profit.

Cela n’a que trop duré. Toutes les organisations, partis et syndicats qui sont indignés par cette manière de salir la capitale et de bafouer le droit doivent se joindre à cet appel à manifester massivement :

JEUDI 15 AVRIL 2010, A 10 HEURES DU MATIN, QUAI BRANLY

PREMIERS SIGNATAIRES : Droits Devant ! CAPJPO-EuroPalestine

Aucun commentaire: