17 avril 2010

La gauche radicale dans les elections législatives britanniques du 6 mai 2010
















Trois candidats de la TUSC (voir ci-dessous) à Manchester

En Grande-Bretagne, pour des raisons qu'il serait trop long à développer ici, il n'existe pas de force électorale sérieuse à la gauche du Labour Party à l'échelle du pays. Des partis groupusculaires ou sectaires présentent quelques candidats par ci et par là, qui récolteront au mieux quelques centaines de voix dans des circonscriptions qui comptent quelques dizaines de milliers d'électeurs. (Le scrutin étant uninominal et à un seul tour, la pression du 'vote utile' est énorme et il est extrêment rare qu'un parti ou un candidat indépendant arrive à déboulonner les trois grands partis de la 'droite', la 'gauche' et le 'centre'.)

Après plusieurs tentatives ratées de former des coalitions électorales de la gauche radicale (Socialist Alliance, puis Respect avant sa scission), il existe aujourd'hui un quasi consensus sur l'idée que le regroupement nécessaire prendra du temps et passera par des expériences partielles et locales. Une condition nécessaire sera l'adhésion d'une fraction importante du mouvement syndical, mais il ne faudra pas renier tout ce qui a été accompli par le mouvement contre la guerre et l'importance croissante de l'activisme contre le réchauffement de la planète. Enfin, une vraie force de gauche ne pourra se développer sans la participation massive de ceux et de celles qui se révoltent contre le racisme et la stigmatisation - ce qui signifie en grande partie mais pas exclusivement, de la communauté musulmane.

La toute nouvelle Trade Unionist and Socialist Coalition (TUSC) représente une tentative de modifier la donne qui correspnd partiellement à quelques uns de ces critères et notamment à celle de la participation d'une partie du mouvement syndical. Elle est soutenue par les deux plus importantes organisations de l'extrême gauche, le Socialist Workers Party et le Socialist Party.

La TUSC soutient une cinquantaine de candidats en tout, dont certains ont une notoriété suffisante pour avoir un impact et poser les bases d'une alternative à l'avenir. Mais elle n'aura pas d'élus et sa campagne ne sera pas suffisamment relayée par les médias pour modifier le rapport de forces à gauche cette fois-ci. Son avenir dépendra évidemment des résultats obtenus et de la dynamique militante de sa campagne.

D'autres candidats, y compris quelques députés sortants travaillistes de ce qui reste de l'aile gauche du Labour - notamment ceux et celles qui se sont opposés à la guerre en Irak - et quelques Verts peuvent être soutenus, tout comme des personnalités comme le député George Galloway et Salma Yaqoob, tous deux dirigeants de Respect - un petit parti de la gauche radicale qui n'a pas rejoint la TUSC.

En Ecosse, le Scottish Socialist Party présente une dizaine de candidats sous sa propre étiquette, alors que des représentants de Solidarity se présentent sous la bannière de la TUSC.

Voici quelques liens pour s'informer sur la campagne :

Eamonn McCann (People Before Profit, Foyle, Irlande du Nord)

Salma Yaqoob (Respect Party, Birmingham Hall Green)

Jenny Sutton (TUSC, Tottenham)

Dave Nellist (TUSC, Coventry)

David Henry (TUSC, Salford) and Maxine Bowler (TUSC, Sheffield Brightside and Hillsborough)

Martin Booth (TUSC, Cambridge)

Un article de Michael Bradley sur le mouvement ouvrier britannique, ses forces et ses faiblesses actuelles et les principaux défis pour la gauche : Brown's Britain - the faultlines deepen

2 commentaires:

Anonyme a dit…

si j'en crois la photo de cet article, la gauche radicale anglaise est plus avancée et plus intelligente que la notre en France qui en est encore à polémiquer sur la candidature d'Ilham du NPA à cause de son foulard, soi-disant incompatible avec l'anticapitalisme !!!!
bravo à nos amis anglais, j'aimais bien la coalition RESPECT...Un rêve pour nous ici...
DAN pour le site : danactu-resistance

Colin Falconer a dit…

Salut
La camarade en question est Nahella Ashraf, membre du SWP et candidate de la TUSC à Manchester. Quant à la coalition Respect, elle continue sous la direction de Galloway et Yaqoob (une autre camarade voilée) mais sans le SWP. A noter que Socialist Resistance, la section anglaise de la IVè Internationale à laquelle était affiliée l'ex-LCR, participe à la fois à la TU and Socialist Coalition et Respect, et n'a aucun problème avec des candidates voilées.
Fraternellement,