20 mai 2010

Le NPA contre une loi interdisant le voile intégral

***
Que le NPA s'oppose clairement à une loi interdisant le voile intégral, et plus généralement à toutes les manifestations de l'islamophobie, est une très bonne nouvelle - et un progrès considérable. Ce qui rend encore plus incompréhensible son refus de s'engager concrètement, comme lors de la Marche contre l'islamophobie et tous les racismes qui a eu lieu de Bobigny à Paris dimanche 16 mai (quelques militants du parti étaient présents à titre individuel).

Ici, un article de Fred Borras : Voile intégral : Une loi démagogique et inefficace qui reprend bon nombre de thèmes que nous avons développés longuement ici. Bien sûr le texte est encore imparfait mais les camarades reviennent de loin.

Fred Borras :
.../ Le « tout sécuritaire » pour masquer l’injustice sociale, le racisme pour diviser les classes populaires confrontées à la crise, voilà la recette de la droite.
Le procédé est aussi grossier que vieux comme le monde. Chaque fois que la crise menace de souder la masse des victimes contre la poignée de responsables, la figure du bouc émissaire ressurgit. Derrière cette politique se dissimule par amalgames successifs une stigmatisation de tous les musulmans, assimilés à des intégristes. C’est une des formes du racisme. Elle s’ajoute à l’oppression et à la précarité pour des millions de jeunes, de travailleurs et de chômeurs.

Il faut cependant aller plus loin que la simple dénonciation de la tactique de diversion mise en place par la droite. Comment se fait-il par exemple qu'une bonne partie des militants de gauche y compris ceux qui sont très impliqués dans le mouvement social nie l'existence ou minimise l'importance de l'islamophobie ?

Lire cet article écrit par moi-même : Islamophobie : un défi pour la gauche (2009)

/.../ L’islamophobie est un outil aux mains de la classe dirigeante qui permet de recréer un « ennemi de l’intérieur » allié à une « menace étrangère » - et qui légitime les bons vieux préjugés sur les ‘bougnoles’ ou les ‘barbares’. Elle permet d’être raciste ... sans être raciste au sens communément accepté du terme.

Même des anti-racistes sincères peuvent être « un peu » islamophobes, comme ces militants qui s’opposent courageusement à l’exclusion des enfants des sans-papiers de l’école mais ne trouvent rien à dire quand on exclut des filles de l’école pour cause de port du voile. Ils pensent qu’imposer le ‘modèle républicain français’ hérité du combat de la bourgeoisie contre l’Eglise catholique sert à lutter contre le ‘communautarisme’, alors que son principal effet est de renforcer le racisme. Que dire aussi de ses enseignants qui voient une menace intégriste aux portes de l’école mais qui ne voient pas la discrimination et le racisme à l’intérieur ?

S’opposer à l’islamophobie ne signifie pas que d’autres formes de racisme sont moins importantes. Il est cependant urgent pour la gauche d’admettre qu’il y a un problème. Or, la cécité de la gauche française est assez stupéfiante, y compris pour une partie de la gauche radicale.

L’islamophobie est un faisceau d’idées fausses, de préjugés et de fantasmes, mais aussi de discriminations et de violences, envers les musulmans. Elle s’appuie, comme tout préjugé, sur des faits parfois réels, le plus souvent imaginés, en faisant des amalgames et des généralisations abusives.

et le 4-pages publié par Marxistes Unitaires et diffusé à des centaines d'exemplaires. (Pour s'en procurer, laissez un message sur ce blog. Ou bien cliquez sur le lien pour l'avoir en format PDF et imprimez-en vous-mêmes - il est libre de droits.)

/.../ En tant que militants de gauche nous nous opposons à toute discrimination basée sur le genre, l'orientation sexuelle, l'appartenance ethnique ou la religion. Nous considérons l'islamophobie comme une fome particulièrement dangereuse du racisme parce qu'elle n'est pas toujours reconnue pour ce qu'elle est.

Dans le cas de l'islamophobie, les facteurs de la 'race' et de la religion ou de la culture se confondent. Le racisme anti-arabe s'est mû subtilement en un racisme anti-musulman. C'est du racisme culturel et non biologique. /.../ Comme toute forme du racisme, l'islamophobie affaiblit le mouvement ouvrier en divisant les travailleurs entre eux. Rien n'est plus tentant pour les classes dominantes quze de détourner l'attention des problèmes liés à la crise de l'économie capitaliste en agitant le spectre de la 'menace islamiste'. /.../


Lire aussi John Mullen : Combattre l'islamophobie : l'oubli catastrophique de la gauche radicale (2008)

En janvier 2004 nous avons publié un dossier spécial dans la revue Socialisme International (n° 9) sur l'islam, la religion et la gauche.

Aucun commentaire: