1 juin 2010

Communiqué du Réseau International Juif Antisioniste (IJAN) - 31/05/2010

***
COMMUNIQUE D'IJAN INTERNATIONAL - INTERNATIONAL JEWISH ANTI-ZIONIST NETWORK (traduit de l'anglais), suivi par un commentaire d'Ijan France

Libérez Gaza! Laissez passer les bâteaux!

Le Réseau International Juif Antisioniste (IJAN) condamne fermement Israël pour le raid barbare,réalisé ce matin à l'aube dans les eaux internationales, sur un convoi maritime humanitaire, au cours duquel les soldats israéliens ont attaqué avec des balles réelles des civils pacifiques à bord, dont quinze morts selon l'armée israélienne, peut-être plus, et avec de nombreux blessés.

L'engagement et le sacrifice des passagers à bord de ces navires nous rend humbles et nous inspire . L'un des bateaux du convoi porte le nom de Rachel Corrie, assassinée par un chauffeur de bulldozer israélien alors qu'elle essayait de s'interposer à la démolition d'une maison palestinienne à Rafah il y a sept ans. Ce bâteau nous rappelle à tous que le courage et la persévérance des navires pour Gaza s'inscrit dans une tradition internationale d'engagement civique et moral qui fait écho et répond à la persévérance et le courage d'un siècle de résistance palestinienne à l'épuration ethnique et au colonialisme.

Cette attaque sur des navires transportant 10.000 tonnes d'aide humanitaire, y compris des fournitures scolaires, des fournitures médicales et des matériaux de construction, est un acte de piraterie international en haute mer.
Nous appelons tous les gouvernements à mettre fin à l'impunité d'Israël, à respecter le droit international et à tenir Israël responsable de ses violations récurrentes. En outre, cet acte de piraterie a été effectué pour poursuivre le siège de Gaza, imposé par Israël avec la participation du gouvernement égyptien et le soutien des États-Unis, un siège qui est lui-même un crime contre l'humanité.

Ce siège criminel signifie l'approfondissement d'une terrible crise humanitaire, avec un chômage de masse, une pauvreté extrême et l'insécurité alimentaire qui affecte plus d'un million et demi de personnes, dont la plupart sont des réfugiés de l'épuration ethnique de la Palestine en 1948 et qui sont aujourd'hui enfermés dans le plus grand camp de concentration du monde.

Les Palestiniens de Gaza sont empêchés de reconstruire leurs maisons détruites par Israël dans le massacre de 2009, et ne peuvent importer des objets tels que les jouets et le chocolat, une punition pour avoir élu démocratiquement un gouvernement qui a refusé de collaborer avec l'occupation. En tant que puissance occupante, Israël doit être tenu responsable de ses violations flagrantes des droits de l'homme des palestiniens à Gaza.

Tous les États ont l'obligation de faire tout leur possible pour respecter le droit international et sanctionner ces violations flagrantes et récurrentes, ainsi qu'elles sont détaillées dans le rapport Goldstone, et rapportées par de nombreuses organisations des droits de l'homme et les organismes internationaux.

Comme les autorités israéliennes présentent des rapports contradictoires concernant le nombre de victimes du raid, nous demandons à Israël d'autoriser immédiatement l'accès international et indépendant aux blessés et aux corps des martyrs, libérer les personnes enlevées et de laisser les bâteaux naviguer sans encombre à Gaza.

Nous appelons l'attention sur la représentation des médias islamophobes de cet engagement civil comme un conflit entre Israël et l'Islam. Il s'agit d'un conflit entre Israël et le monde entier, et le mouvement de solidarité uni et divers incluant des personnes de toutes confessions, tous ensemble pacifiquement contre la répression violente. Il y avait à bord 750 personnes de conscience de 40 pays différents, dont 35 responsables politiques.

Nous appelons les États dont les navires ont été attaqués, et en particulier la Turquie, de réagir d'une manière qui tienne compte de la gravité des actes d'Israël, allant au-delà de la réprimande verbale distribuée à l'occasion des attentats précédents. En dépit d'une rhétorique surchauffée, le commerce entre Israël et la Turquie a augmenté de 27% sur un an au premier trimestre de 2010. Nous demandons à la Turquie de rompre les relations diplomatiques, de suspendre tous les échanges et de couper totalement les liens militaires avec l'Etat d'apartheid d'Israël.

Nous demandons à la Suisse de convoquer, c'est son obligation, les parties ayant signé la Quatrième Convention de Genève pour discuter des violations récurrentes d'Israël du droit international et de le tenir responsable. Que le monde ne soit pas muet encore une fois devant un peuple abandonné.

Plus important encore, nous appelons la société civile partout, et nous-mêmes, à redoubler d'efforts pour briser le siège de Gaza, d'intensifier nos campagnes BDS, en solidarité à la persévérance de la résistance palestinienne, tenir Israël pour responsable de ses fautes récurrentes, et à la fin de l'occupation, la colonisation et l'apartheid en Palestine.

Nous appelons également les juifs à reconnaître dans ce raid violent et meurtrier une partie d'un ensemble plus large et sans équivoque de la violence débridée, la répression punitive et la bassesse gratuite, l'auto-isolement et la haine qui révèlent le sens de l'histoire du sionisme. Limité par les conséquences inéluctables de sa logique coloniale, le sionisme n'est pas un renouveau de la vie juive, mais une prophétie auto-réalisatrice de l'auto-destruction. Comme les responsables israéliens préfèrent aujourd'hui empêcher les handicapés de la bande de Gaza d'avoir des fauteuils roulants que d'assurer le bien-être de leurs propres citoyens, nous vous exhortons à voir qu'il n'y a pas d'avenir au sionisme, mais une descente progressive dans une brutalité de plus en plus absurde et la violence.

Traduit de l'anglais par Alice et Béatrice Roux
source: http://www.ijsn.net/536/
IJAN France:

Cette opération d'envergure semble avoir énervé l'État d'Israël qui a prévu d'intercepter les navires, de les amener dans un port israélien et d'emprisonner les personnes sur les navires. Énervement d'autant plus fort que parmi ces navires certains sont turcs. On sait que la Turquie est un allié d'Israël même si les relations entre les deux pays se sont récemment détériorées.

Autre fait important, Catherine Ashton, représentante de l'UE pour les affaires étrangères, a demandé dans une lettre la levée du blocus de Gaza. Dans le même temps les autorités chypriotes ont voulu interdire aux députés européens qui se trouvaient à Chypre de rejoindre la flottille, apportant ainsi un soutien tacite à Israël, ce qui a conduit certains de ses députés à passer par la ville de Famagouste dans le Nord de Chypre actuellement occupée par la Turquie, occupation non reconnue par l'Union Européenne. Un bel imbroglio en perspective.

On comprend que dans ces conditions le gouvernement israélien s'énerve.

- Soit il laisse passer les navires et reconnaît son impuissance ce qui permettra de nouvelles initiatives et à terme à la levée de fait du blocus.

- Soit il intercepte la flottille avec tous les risques de dégénérescence que cela comporte (il y a plusieurs navires) s'attirant remontrances et condamnations, et prenant le risque d'une rupture avec la Turquie.

Dans ces conditions, et quelle que soit la suite des opérations, Israël est perdant.

On peut ainsi considérer l'organisation de cette flottille comme un fait important dans le soutien aux Palestiniens et IJAN France salue le courage et la détermination des organisateurs de la flottille. Cette action constitue une brique de plus vers la chute du sionisme.

IJAN France

Aucun commentaire: