13 juillet 2010

Interdiction de la burqa : une mesure anti-démocratique et un gage aux racistes

***
Par Colin Falconer, pour Marxistes Unitaires

Le 13 juillet 2010, les députés ont massivement voté le texte d’une loi interdisant le port du voile intégral en public. Seul un villepiniste courageux a voté contre, l'ensemble de la gauche s'étant abstenu ou pour une petite partie dont le 'communiste' André Gérin et les 'socialistes' Manuel Valls et Aurélie Filipetti ayant voté pour. La 'féministe' Roudy regrette même le "manque de courage" de la gauche en ne pas approuvant le texte. Elle pense que voter pour exclure de la vie publique une petite minorité de femmes discriminées, pour la plupart issue de l'immigration des ex-colonies, est, dans un pays impérialiste comme la France, un acte de courage. Triste journée.

La Loi, si elle est adoptée par le Sénat en septembre, impose une interdiction totale, soumise à une amende de 150 euros et /ou à l'obligation d'assister à « un stage de citoyenneté ». Les réfractaires pourront être mises en garde à vue pendant quatre heures, sous prétexte que la police doit vérifier leur identité. En outre, un délit de « dissimulation forcée du visage », faisant encourir une année d'emprisonnement et une amende de 30 000 euros vise les maris, compagnons et famille de ces femmes.

Conçue initialement comme s’appliquant uniquement dans des lieux publics « sensibles » comme les transports ou les services publics, cette loi identitaire et raciste est le produit d’une surenchère implacable. Le but est de renforcer le sentiment de la population d’appartenir à une Nation dont les valeurs communes seraient bafouées par des gens venus d’ailleurs.

Elle s’inscrit dans la droite ligne de la politique de l’immigration « choisie », de la chasse aux sans-papiers, de la Loi du 15 mars 2004 interdisant le foulard à l’école, du débat sur l’ « identité nationale », des déclarations de Morano ou de Hortefeux sur les jeunes musulmans, voire celle de Bachelot sur les « caïds immatures » de l’équipe de France de football.

Son caractère répressif avait été renforcé par des amendements soumis par le Parti socialiste. Face à la manipulation raciste, la gauche (PS, PCF, Verts) a finalement décidé de s’abstenir, faisant ainsi preuve, comme sur d’autres questions, d’une grande lâcheté. A l’aile droite du parti, certains ont décidé de prendre le train islamophobe en marche et de voter la Loi.

La loi est présentée, à des fins de communication, comme une mesure de sécurité publique. Elle est cependant comprise par tous, y compris ses concepteurs, comme une mesure visant la minorité musulmane. Mais elle a aussi l’avantage pour le pouvoir de permettre à la police de mieux réprimer des manifestants ou d’autres se dissimulant le visage en public. Elle est par nature et intention une loi liberticide à laquelle nous devons tous résister.

Sa signification est bien plus profonde qu’une simple manœuvre tacticienne en direction des électeurs d’extrême-droite. L’islamophobie est le nouvel antisémitisme, créatrice d’un bouc émissaire qui sert à diviser les travailleurs afin de mieux faire passer les attaques du gouvernement contre les droits sociaux et le niveau de vie.

L’hypocrisie est totale. Des stages de citoyenneté n’ont jamais été proposés pour des fraudeurs du fisc, des licencieurs, des traders fous ou pour ceux qui empochent des enveloppes au bénéfice de leur parti politique, mais pour une poignée de femmes dont la tenue vestimentaire ne nuit aucunement aux droits de l’autrui les députés sortent un arsenal juridique inédit.

Marxistes Unitaires n’a jamais varié dans son opposition à une telle loi, tout comme nous nous sommes opposés activement à l’exclusion des filles voilées de l’école publique. « Nous défendons un principe simple : la liberté de choix, avons-nous écrit en 2009. Ce n’est pas aux hommes de dicter comment les femmes doivent s’habiller. Ce n’est pas aux médias, aux partis, aux députés, aux institutions de le faire, non plus. » (Extrait de notre 4-pages sur l'islamophobie)

Le NPA a condamné le projet de loi, mais nous regrettons certains de ses arguments – et surtout l’infâme emploi du terme « oiseaux de mort » par une féministe connue faisant partie des « historiques » de l’ex-LCR. Le défi est de construire l’unité de notre classe face au racisme, en tissant des liens entre autres avec des associations et des individus de confession musulmane qui sont les premiers en ligne.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

la gauche radicale pro religieuse... on aura tout vu

Colin Falconer a dit…

'Anonyme' (pas très courageux l'anonymité), vous auriez pu commencer par vous adresser aux arguments dans mon article. Ils ne contiennent bien sûr rien de 'pro-religieux' (je suis moi-même athée), simplement l'idée que l'interdiction d'une manifestation religieuse ou culturelle est stupide et, dans le climat d'islamophobie hystérique qui règne aujourd'hui, parfois raciste. Celle de la burqa ou du foulard (loi du 15 mars 2004) est en plus antiféministe, car elle prive effectivement les femmes du droit de s'habiller comme elles veulent. Si la gauche radicale n'est pas pour la liberté de croyance et d'expression religieuse, c'est un recul même par rapport à la démocratie bourgeoise.