15 juillet 2010

Taguage de la Mosquée de Hérouville : un acte inspiré par les députés islamophobes qui ont voté l'interdiction de la burqa

***
NOUVEAU : Le MRAP condamne un acte raciste à connotation islamophobe ...
***
France votes against freedom of choice (Amnesty International)
***
Le 13 juillet, l'Assemblée Nationale a voté en première lecture la loi interdisant aux femmes de s'habiller comme elles veulent (loi contre la burqa). Cette loi est d'inspiration clairement islamophobe, et s'inscrit dans la droite ligne de la chasse aux sans papiers, de la Loi du 15 mars 2004 interdisant le hijab à l'école, des déclarations racistes de Hortefeux, de Morano et de divers 'intellectuels' obsédés par la défense de l'"Occident" (souvent issus de la gauche), du débat initié par Sarkozy sur l'identité nationale (débat qui a permis à libérer et à rendre banale la parole islamophobe).

Le lendemain, le 14 juillet, une mosquée en construction est taguée à Hérouville, près de Caen. Elle a été recouverte de slogans infâmes du genre 'Islam hors d'Europe' et 'Ni islam ni burqa'.

Qui de sensé pourrait y voir une simple coïncidence ? Ce sont les 335 députés - dont un certain nombre appartenant théoriquement à la gauche (Manuel Valls et André Gérin en tête) - qui ont voté le texte qui en sont directement responsable. Mais aussi - dans une moindre mesure bien sûr - les députés de gauche qui se sont abstenus. Lors du débat à l'Assemblée nationale, le porte-parole du PS, Jean Glavany, a bien précisé sa pensée : la seule différence entre les socialistes et la droite sur cette question est la méthode. (M Glavany a fait appel à la notion de "consensus républicain". Quelqu'un devrait lui expliquer, patiemment, que dans un Etat bourgeois, divisé en classes, le "consensus républicain" n'existe pas. Ou bien il existe une convergence entre les partis de droite et la gauche réformiste, comme lors de la Première Guerre Mondiale, et cela s'appelle l'"Union sacrée".)

Valls, ce député-maire socialiste d'Evry adoré des médias bourgeois qui se voit déjà candidat de la gauche aux élections présidentielles de 2012, continue dans la surenchère islamophobe, en empêchant des assistantes-maternelles voilées de travailler (chez elles !) pour la ville. Pour le partisan d'une gauche "populaire et moderne", les femmes voilées n'ont apparemment pas leur place en France.

Valls n'est pas plus à gauche qu'Eric Besson, qui, lui, s'est empressé de condamner le taguage de la mosquée de Caen comme un acte "imbécile". Non, M Besson, il ne s'agit pas d'"imbéciles" mais probablement d'activistes néo-nazis qui ont une stratégie politique très réfléchie - ou qui sont au moins guidés par des idéologues nazis.

Et quelle hypocrisie venant du ministre qui est chargé par Sarkozy pour faire la chasse aux sans-papiers. Le ministre de l'"identité nationale". Un ministre qui défend et a voté la loi contre la burqa.

Le 13 septembre (probablement) le texte de la loi passera devant le Sénat. Nous devons nous préparer à manifester ce jour-là, si possible avec les organisations de gauche, les associations antiracistes et bien sûr les associations musulmanes. J'ose espèrer qu'au moins le NPA se joindra à nous.

Aucun commentaire: