15 septembre 2010

Non à la visite de Gollnisch à Saint-Denis

***
Communiqué de presse

Venue de M. Gollnisch à Saint-Denis

Une provocation injurieuse

La municipalité de Saint-Denis proteste vigoureusement contre la provocation que constitue la décision de M. Gollnisch de venir à Saint-Denis, pour lancer sa campagne interne pour la direction du Front National.

Saint-Denis est une ville multiculturelle où vivent et travaillent des personnes de 130 nationalités différentes. Elle cultive des valeurs de solidarité, d’égalité des droits, de tolérance et de respect aux antipodes des préjugés d’exclusion, de racisme et de haine véhiculés par le Front national. M. Gollnisch et son idéologie sont indésirables à Saint-Denis.

Le choix de M. Gollnisch relève de la politique spectacle, d’un bien triste spectacle révélateur d’un profond mépris pour les préoccupations réelles des citoyens. Il signifie aussi une nostalgie antirépublicaine qui injurie les principes de liberté, d’égalité et de fraternité.

Déclarartion unitaire

Le fascisme ne passera pas !

Contre la venue du FN à St-Denis, résistance !

Bruno Gollnisch, vice-président du Front National organise un rassemblement à St-Denis ce jeudi 16 septembre 2010 en début d’après-midi.

C’est une véritable provocation.

Ne restons pas sans réagir face au développement des idées racistes et autoritaires de l’extrême droite !

Pour dénoncer le rassemblement du FN, regroupons-nous ce jeudi 16 septembre à 13h30 devant la basilique de St-Denis !

Ce même jour à 18h devant la basilique de St-Denis, un large rassemblement unitaire sera organisé avec toutes les forces déterminées à ne pas laisser le fascisme s’implanter dans nos quartiers.

Comme le 1er mai 2002 contre Le Pen, crions de toutes nos forces : "Pas de fachos dans nos quartiers !"

Signataires : Alternative Libertaire, Collectif des Musulmans de France, MRAP, NPA, PS, PC, PG, Ras l'front, Respaix et Conscience Musulman, RESF, Réseau Intervention Reflexion Quartier Populaires, UL Solidaire, FASE, Parti des Indigènes de la République.

Aucun commentaire: