22 octobre 2010

Le régime Sarkozy/Hortefeux se bunkérise

***
Communiqué du NPA: Sarkozy veut casser la droit de grève et de mobilisation

Intervention policière à la raffinerie de Grandpuits : un scandale !, par Gauche Unitaire

Gauche Unitaire condamne avec la plus vive énergie l’évacuation par les forces de l’ordre de la raffinerie de Grandpuits.
Réquisitions, interventions policières, agressions… Sarkozy croit qu’il va ainsi reprendre en mains une situation qui lui échappe de plus en plus.
Les salariés, les jeunes, la majorité des citoyens attendent autre chose que la promesse de l’essence dans les stations services à la veille des vacances de Toussaint. Ils sont mobilisés pour défendre leurs retraites. Et ils refusent le mépris à leur égard qu’affiche la politique du pouvoir.
A de légitimes exigences, celui-ci ne sait répondre que par la brutalité : débat parlementaire écourté, provocations à l’égard des manifestations, et à présent agressions contre les salariés des raffineries en grève. Obliger par des réquisitions des salariés sous droit privé à reprendre la production, le tout imposé par la force policière, signifie une grave atteinte au droit de grève. C’est un état de guerre que Sarkozy prétend décréter.
A la mobilisation populaire de se poursuivre et de s’amplifier pour répondre à ce défi.
Imposer par le « tous ensemble », la grève, les manifestations, les blocages le retrait du projet gouvernemental sur les retraites !
Pour en finir avec cette majorité de droite illégitime et mettre un coup d’arrêt à tous ses mauvais coups, il faut permettre que la volonté populaire s’exprime démocratiquement par des élections générales.
Le 22 octobre 2010
Non à la répression du mouvement syndical et de la jeunesse ! par Eric Cocquerel, Parti de Gauche

Attention, répression ! par Myriam Martin, Nouveau Parti Anticapitaliste

Le forcené de l'Elysée prétend que ce sont les grèvistes qui prennent la France en ôtage, par Gérard Filoche, Parti Socialiste

Le gouvernement réquisitionne la raffinerie de Grandpuits au nom de la "défense nationale", mais un "cordon citoyen" résiste

3 travailleurs blessés par les forces du désordre à Grandpuits

La réquisition porte atteinte aux droits des grèvistes, le point de vue d'une juriste dans Le Monde:

/.../ Plusieurs préfets ont réquisitionné des salariés afin d'éviter les blocages. Quelles sont les conditions nécessaires pour qu'un préfet puisse réquisitionner du personnel gréviste ?

L 'article L. 2215-1 4° du Code général des collectivités locales est invoqué. Il stipule qu'"en cas d'urgence, lorsque l'atteinte constatée ou prévisible au bon ordre, à la salubrité, à la tranquillité et à la sécurité publique l'exige et que les moyens dont dispose le préfet ne permettent plus de poursuivre les objectifs pour lesquels il détient des pouvoirs de police, celui-ci peut, par arrêt motivé (…) réquisitionner tout bien ou service, requérir toute personne nécessaire (…) jusqu'à ce que l'atteinte à l'ordre public ait pris fin ou que les conditions de son maintien soient assurées". Cette disposition légale est extraite de la loi sur la sécurité intérieure du 18 mars 2003 que Nicolas Sarkozy a fait voter par le Parlement en sa qualité, à l'époque, de ministre de l'intérieur.
La police fait monter la répression ...

Aucun commentaire: