29 novembre 2010

Toutes et tous des moutons noirs criminels étrangers !..

*********HONTE********* x1

Dimanche 29 novembre 2009 est resté dans les mémoires collectives comme le jour de honte nationale, le jour où la Suisse a ouvert la porte à l'extrémisme et à l'islamophobie : 57,5% du peuple suisse acceptait l'initiative populaire de l’UDC, ancrant dans la constitution l'interdiction des minarets. La Suisse était le premier pays au monde a interdire les minarets.

*********HONTE********* x2

La Suisse est, une année quasi jour pour jour, une nouvelle fois la Suisse de la honte ce 28 novembre 2010.

**********HONTE********* 2x STOP !

En effet, le 28 novembre 2010, le peuple suisse n'a pas retenu la leçon et s'est prononcé à 52.9% pour une énième initiative raciste de l’UDC sur le renvoi des étrangers criminels. Le même système est mis en place, on désigne un ennemi intérieur et on inscrit dans la loi une discrimination envers tout un pan de la société, à savoir ici les personnes d'origine étrangère.

Une fois de plus le vivre ensemble est en danger avec une loi qui instaure un régime spécial selon la provenance des un-e-s et des autres.

La Suisse c’est 7,9 millions de personnes qui vivent ensemble (6,2 millions de suisses et 1,7 millions de résidents non suisses), pour le meilleur et parfois, pour le pire. Est-ce pour autant qu'il faut prévoir une loi spéciale pour les 1,7 millions de personnes résidentes en Suisse mais n'ayant pas ce si sacré passeport helvétique ?!

L’initiative UDC, avec l’automaticité de l’expulsion, ne tient pas compte de la gravité de l’infraction commise, les antécédents de la personne condamnée, les circonstances entourant l’infraction ou liées à son auteur, ses liens sociaux et familiaux en Suisse, son âge, les liens avec le pays d’origine, etc. (violation des principes de proportionnalité et de d’individualisation de la peine).

Avec un tel texte, la Suisse renie donc les traités qu'elle a ratifiés, comme la Convention Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) : elle devient ainsi, avec la Biélorussie, le seul pays de la zone Europe à rompre avec cette Convention.

Qui parmi nous n’a pas un membre de la famille, un ami, un partenaire amoureux, un collègue de travail, un voisin, voir un employeur de nationalité non suisse ? Imaginez qu’une de ces personnes pourra tout bientôt être expulsée de manière automatique en cas condamnation pénale ! Imaginez la quantité de drames individuels, familiaux et sociaux auxquels nous serons toutes et tous confronté-e-s !

Opposons-nous dès aujourd'hui à cette haine, à ce rejet, et à ce racisme instauré par la machine de guère et de fric de l'UDC à coup de propagande mensongère (manipulation des chiffres) et populiste (utilisation de slogans et sujets simplistes) qui instaure la peur et trompe la majorité du peuple suisse !

Aucun commentaire: