18 décembre 2010

18 décembre 2010, une coalition d'extrême droite dont Riposte Laïque et le Bloc Identitaire tenait des 'Assises contre l'islamisation de nos pays' avec des invités étrangers (English Defence League, UDC suisse ...). La gauche française, à quelques petits groupes près, n'avait jusque là pratiquement jamais manifesté sur ce thème. Certains refusent encore le terme d''islamophobie' ou se perdent dans des débats sur 'laïcité, féminisme et religion', en oubliant parfois l'urgence du problème du racisme. Pourtant l'heure est à l'action. A l'appel de plusieurs partis et associations, un rassemblement a eu lieu à proximité de la salle pour protester contre cette initiative des islamophobes. Et pour une fois - peut-être même la première - certaines organisations de la gauche 'républicaine' était présentes. Même Caroline Fourest, qui a beaucoup fait pour rendre l'islamophobie 'respectable', était présente. Intéressant.




Construire des actions de masse contre l'islamophobie, les plus dynamiques mais aussi les plus unitaires possibles, est indispensable, malgré les divergences importantes qui existent entre le courant 'républicain' représenté notamment par le Parti de Gauche, et d'autres organisations comme le Parti des Indigènes de la République et Europalestine, mais cela ne vas pas être facile.
Le NPA se situe entre ces deux tendances, et est divisé sur la question, mais là il paie ses années de refus de prendre la question au sérieux.
Le PG est en cas particulier d'un parti issu de l'aile gauche du PS, avec des militants venus de l'extrême gauche, avec qui nous avons beaucoup de points en commun, mais qui a sur cette question une position extrêment dangereuse.
Pour cette fraction du mouvement ouvrier qui a une conception étroite voire répugnante de la laïcité et des 'valeurs républicaines' (soutenir les lois de 2004 et 2010, demander que la prière dans la rue "cesse", applaudir le licenciement d'une salairée d'une crèche pour port du hijab, refuser des slogans en arabe dans une manifestation propalestinienne, quitter une autre manifestation à cause de la présence de groupes religieux ...), le fait de participer à ce type de rassemblement signifie-t-il une évolution dans le bon sens?
Rien n'est moins sûr, mais je pense qu'il faut être prêt à travailler avec elle dans la mesure du possible. 
Mais tant que le PG et des militants socialistes qui ont des idées proches n'auront pas remis en cause leur propre idéologie, ils ne seront jamais des alliés très sûrs. (A ce propos, un commentaire de Patrick Lozès, Qu'y a-t-il d"inacceptable" dans la prière de rue ? - une réponse à Benoît Hamon du Parti socialiste)

Selon Libération, les islamophobes étaient jusqu'à cinq fois plus nombreux que les antifascistes ... Ce qui concorde avec les sondages donnant 27% de côte de sympathie à Marine Le Pen après sa sortie sur les musulmans qui font la prière dans la rue. S'il y a encore des militants de gauche qui pensent que l'islamophobie n'est pas un problème, car "il faut défendre le droit de critiquer les religions", il est grand temps qu'ils se ressaissent.

Non aux fascistes dans nos quartiers ! Solidarité avec les musulmans et toutes les victimes du racisme ! Non à l'islamophobie ! Abrogation des Lois islamophobes de 2004 et 2010 !

Aucun commentaire: