10 février 2011

Omar Suleiman, tortionnaire en chef, formé en Union Soviétique, homme de la CIA, proche des Israéliens

***
Omar Suleiman : nouvel homme fort du régime

Dans l'hebomadaire du NPA, Tout est à nous!, Alain Pojolat jette un regard lucide sur la situation précaire en Egypte, entre révolution et contre-révolution:

Mubarak dégage! Le pouvoir est dans la rue (écrit le mercredi 9 février, avant la journée chaotique de jeudi) :
(...) les différentes rumeurs savamment entretenues de départ imminent du dictateur, de solutions transitoires pacifiques et démocratiques, de formation d’un gouvernement provisoire partiellement épuré des ex-ministres PND, ne sauraient masquer la tentative contre-­révolutionnaire en cours. Au moment même où sur les chaînes de télévision pro-gouvernementales, des annonces démagogiques sont faites par Moubarak lui-même (augmentation de 15 % des salaires et des retraites), la terreur des bandes armées du pouvoir s’organise. Composées le plus souvent de policiers en civil et d’hommes de main recrutés à bas prix, elles attaquent les habitants des quartiers populaires, détruisent les biens, infiltrent les comités de quartier, et s’en prennent aux manifestations. Les arrestations de militants des droits de l’homme et du mouvement ouvrier se multiplient. L’état de siège en vigueur pourrait permettre à la dictature de traduire tous ces militants devant des tribunaux militaires. Sur fond d’une xénophobie affichée, des journalistes étrangers sont tabassés, emprisonnés, voire disparaissent ! Alors que les manifestations continuent à rassembler des millions de personnes, le gouvernement joue la carte du pourrissement, la désolidarisation d’une partie du peuple calmé par les promesses du pouvoir, utilise l’épouvantail des Frères musulmans, compte sur l’épuisement, la peur et l’intimidation pour sauver sa peau.
Déclaration des Revolutionary Socialists, un groupe de révolutionnaires égyptiens, qui termine avec cet appel à la classe ouvrière :
(...) Call to Egyptian workers to join the ranks of the revolution

The demonstrations and protests have played a key role in igniting and continuing our revolution. Now we need the workers. They can seal the fate of the regime. Not only by participating in the demonstrations, but by organising a general strike in all the vital industries and large corporations. The regime can afford to wait out the sit-ins and demonstrations for days and weeks, but it cannot last beyond a few hours if workers use strikes as a weapon. Strike on the railways, on public transport, the airports and large industrial companies! Egyptian Workers! On behalf of the rebellious youth, and on behalf of the blood of our martyrs, join the ranks of the revolution, use your power and victory will be ours!

Glory to the martyrs!

Down with the system!

All power to the people!

Victory to the revolution!

Aucun commentaire: