24 juin 2011

Saint-Denis s'organise contre le Front National

Organisations, habitant/e/s et salarié/e/s de Saint-Denis (93)
Nous constituons et faisons vivre un Collectif dionysien contre le Front National et l’extrême-droite

sd.anti-fn@numericable.fr

Dans le contexte d’une société capitaliste qui va mal, où la précarité et le mal-vivre s’étendent avec plus d’inégalités et d’accumulation de richesses financières et matérielles par une minorité, le Front national et l’extrême-droite lancent en France une vaste et dangereuse offensive. La-même qu’aux niveaux européen et mondial…

Le FN est lié aux intérêts des classes dominantes : ce n'est pas un opposant au système capitaliste, bien au contraire.

Face au chômage et à l’exclusion, à la baisse du pouvoir d’achat, au démantèlement des services publics, au grave recul de l’accès aux droits à l’éducation, à la santé, au logement,… le FN et l’extrême-droite répondent par un discours sur la « préférence nationale » fondé sur le rejet de l’étranger. Ils s’attaquent en même temps à toutes les valeurs et tous les acquis résultats des victoires des mobilisations populaires des travailleurs français et immigrés, des « colonies » et de métropole.

Ils tentent de détourner les colères et les exigences des victimes des injustices sociales que produit le système capitaliste en crise, en désignant des boucs-émissaires : l’étranger, l’immigré, le musulman,… en attendant tous les «autres» qui, s’ils arrivaient au pouvoir, seraient ajoutés à leur liste de groupes de citoyens à exclure, traquer, enfermer, criminaliser ou pénaliser.

Ce projet est de nature fasciste et raciste ; à chaque période de crise, des forces prônant l’inégalité entre salariés et entre habitants, au service des grands possédants, commencent par promettre pour ensuite brimer le peuple.

Devant l’ampleur des dégâts sociaux provoqués par leur politique économique libérale, Nicolas Sarkozy et l’UMP n’hésitent pas à s’inspirer des thèmes ségrégationnistes de l’extrême-droite, prenant la responsabilité de faciliter leur propagation et imprégnation dans des secteurs de plus en plus larges de la société française.

La banalisation de l’extrême-droite est un poison sournois et dangereux que l’Histoire conduit à ne pas sous-estimer et qui se nourrit de la résignation. C’est pourquoi des organisations de Saint-Denis, syndicats, associations, partis, collectifs et réseaux, des habitant/e/s et salarié/e/s de la ville ont décidé de faire barrage, ensemble, par l’action collective, à l’offensive de l’extrême-droite, du FN, de la fille à Le Pen.

Ils décident de constituer en commun un collectif respectueux de leur diversité, contre le FN et l’extrême-droite. Ils appellent les citoyens et organisations à le rejoindre largement et à partager ses actions.

Il s’agit, à Saint-Denis, populaire, diverse, créatrice, territoire de mobilisations et de luttes, confrontée à une crise sociale majeure, d’informer sur la démagogie et la tromperie du FN et de Marine Le Pen.

Il s’agit aussi de combattre toutes les tentatives de l’extrême-droite d’investir le territoire, les syndicats, tous les domaines de la vie des habitants et salariés en développant son discours raciste, islamophobe, tout en ayant un contenu prétendument social.

Plus globalement, nous refusons de laisser se développer le projet de l’extrême-droite dans notre ville. Nous voulons montrer sa vraie nature anti-démocratique et conservatrice mais aussi faire prendre conscience qu’il n’est en rien social mais qu’il vise, au contraire, à conforter toujours plus le pouvoir de l’argent, les inégalités et l’exclusion dans notre pays.

Au-delà de nos différences - chacun/e conservant, bien sûr, son autonomie - nous voulons contribuer à l’émergence d’un projet progressiste capable de répondre aux attentes des français. Il s’agit de créer une dynamique citoyenne, qui, à travers un objectif clair de réductions des inégalités sociales, de réaffirmation des valeurs de solidarité, d’égalité et de dignité, du refus du rejet de l’autre, de développement des services publics, de la promotion de la santé pour tous, de justice et de paix, mobilisera l’ensemble des couches de la population, salariés, chômeurs, précaires, jeunes, retraités. En alliant perspectives politiques et mouvement social indispensable, le combat contre le Front National et les idées d’extrême droite sera facilité.

Premières signatures au 21/06/11 : AL, APEIS, CGA, CGT Plaine-Commune, Collectif Antiraciste, Coordination 93 de lutte pour les Sans-Papiers, FASE, MRAP, Mouvement de la Paix, NPA, PCF, PS, Ras l’Front, SNUIPP ...

Aucun commentaire: