12 août 2011

Contre la répression en Grande-Bretagne

***
Le gouvernement de David Cameron, lui-même issu de la section la plus privilégiée de la classe dirigeante britannique, soutenu par l'opposition travailliste, les juges et la plupart des médias, a déclaré la chasse ouverte à tous ceux qui ont participé, de près ou de loin, aux émeutes d'aôut 2011. Dans certaines villes, de grands écrans montrent le visage d'émeutiers surpris par les caméras de surveillance qui pullulent partout dans le pays. Il va sans dire que certains organes de presse - à commencer par ceux du voyou-en-chef Rupert Murdoch - incitent également à la délation. Cameron veut aussi rendre possible le blocage des réseaux sociaux et interdire des vêtements qui couvrent le visage (pense-t-il aussi interdire le niqab ?).

Pour Cameron et ses amis, il s'agit de prendre leur revanche - une revanche de classe - et pas question de se poser des questions sur les véritables causes de ces événements. Entre autres, il veut que les familles de jeunes condamnés pour pillage ou actes de violence - souvent de façon arbitraire et expéditive - soient expulsées de leur logement social. Un jeune de 23 ans sans antécédent judiciaire a été condamné à six mois de prison ferme pour avoir volé une bouteille d'eau d'une valeur de 3 livres 50. Pendant ce temps, le gouvernement poursuit et intensifie sa politique de coupes budgétaires qui touche particulièrement les familles les plus pauvres et les quartiers les plus défavorisés.

En même temps, malgré le caractère multiracial des émeutiers, une vague de racisme déferle sur le pays, encouragé par les fascistes du British National party et de l'English Defence League. La BBC, notamment, semble avoir une politique de portes-ouvertes aux racistes.

Dans ce contexte, la gauche extraparlementaire - seule une petite poignée de députés de l'opposition, dont les travaillistes John McDonnell et Jeremy Corbyn et Caroline Lucas des Verts, s'est opposée ouvertement à ce torrent de haine - s'organise, avec des associations de quartier et des personnalités du mouvement social, pour inverser la courant. Voici quelques initiatives, qui se veulent toutes le unitaires possibles:

Réunion publique organisée par le SWP à Tottenham

Déclaration d'un section syndicale, la Section N° 1 de Stratford [Est de Londres] du Rail, Transport and Maritime Union (RMT).

(...) We resolve to support the Hackney-to-Tottenham unity march this Saturday, and similar events. We also resolve that RMT will work with other trade unions and community groups - including through trades councils and anti-cuts groups - to:

- campaign against cuts, for police accountability, for jobs, and for the rebuilding of working-class communities in the interests of their residents

- organise in local communities and provide constructive, effective forms of resistance

- oppose attacks on civil liberties that may come in the wake of the riots

- organise the unemployed, young workers, and those in insecure, low-paid employment.

Manifestation pour l'unité ce samedi 13 aôut, à Hackney (Nord de Londres)

(...) Simply labelling rioters as opportunistic criminals does little to relieve tensions and provides a poor explanation for the worst riots in decades. While the shooting of Mark Duggan provided the trigger, against a background of oppressive policing, especially towards ethnic minorities, the root causes are deeper.

Our communities have been blighted by high levels of deprivation, poverty and lack of opportunity for decades. Inequality is growing and recent funding cuts to local services, particularly youth facilities, along with rising unemployment, and cuts to EMA and benefits have exacerbated the conditions in which sections of frustrated young people turned to rioting, which unfortunately has resulted in people losing their homes and small/family businesses losing their livelihoods.

Réunion publique à Tottenham, lundi 15 aôut: After the riots: defend our young people, give them a future

Telford: Unity march against the racist EDL, samedi 13 aôut

Public meeting Brixton, Thursday 18th August


















Réunion publique à Birmingham, jeudi 18 août

Aucun commentaire: