7 août 2011

Emeute à Tottenham (Londres)

***
Des résidents de Tottenham, une banlieue populaire du nord de Londres, sont descendus dans la rue, samedi 7 aôut, après la mort par balles jeudi d'un suspect interpellé par une unité d'intervention armée de la police londinienne. La manifestation, pacifique au départ, a vite tourné en émeute.

Pour mémoire, même s'il n'y a pas de lien exact, le numéro un de la Metropolitan Police ainsi que son adjoint viennent d'être contraints à démissionner pour leur rôle dans le scandale qui a touché le groupe de presse de Rupert Murdoch, News International. Une des responsables qui a été promue à la suite de ces démissions est Cressida Dick, l'officier responsable de l'opération anti-'terroriste' qui a coûté la vie à un jeune électricien brésilien, Jean-Charles de Menezes, tué par erreur dans le métro de Londres en 2005.
La police britannique, dont huit de ses membres ont été blessés, tentait de reprendre dimanche 7 août tôt dans la matinée le contrôle de la situation à Tottenham, un quartier pluriethnique de la banlieue nord de Londres qui a été samedi le théâtre de violentes émeutes.

Ces dernières ont été marquées par des pillages et l'incendie d'un autobus, de deux voitures de police ainsi que de camionnettes.

Cette explosion de violence, samedi juste avant le coucher du soleil, a éclaté après une marche de protestation dénonçant la mort jeudi d'un homme par des policiers armés.

Elle est la pire constatée depuis des années dans la banlieue de la capitale britannique, même si celle-ci avait connu dans son centre ces derniers mois des manifestations à l'appel d'étudiants et de syndicats.

Le contrôle de la rue principale de Tottenham a été repris difficilement dans la soirée par les forces de police qui avaient été assaillies à coups de projectiles et de cocktails molotov par des centaines de personnes en colère.

Les vitres de plusieurs magasins ont volé en éclats, où on a assisté à des scènes de pillage.

C'est à l'issue d'une marche pacifique samedi en hommage à la mort d'un homme de 29 ans et père de quatre enfants que la situation a dégénéré.

Peu avant l'aube dimanche, la police a indiqué que le calme revenait progressivement dans la rue principale, mais qu'il y avait encore des poches de résistance ailleurs dans Tottenham.

Il n'a y pas eu d'arrestations, la police indiquant que sa première priorité était de restaurer l'ordre public.

Huit policiers ont été blessés et hospitalisés.

David Lammy, député de Tottenham au parlement, a lancé dimanche un appel au calme.

Enfin un porte-parole du maire de Londres Boris Johnson a déclaré que "la violence et la destruction de biens ne faciliteraient en aucun cas l'enquête" sur la mort de cet homme de 29 ans.

Le Nouvel Observateur – avec AFP
Tottenham in flames as riot follows protest (The Guardian)

Aucun commentaire: