29 septembre 2011

Incendie à Pantin (93): Le crime de la désinvolture et de la spéculation

***
Communiqué de la FASE

Jusqu’à quand des morts dans des incendies de squats témoigneront dramatiquement et scandaleusement que des femmes et des hommes « survivent » dans des conditions inadmissibles dans des logements indignes et en grand nombre en Seine-Saint-Denis ?

Jusqu’à quand des villes se défausseront de leurs obligations pour construire du logement social à hauteur au moins de 20% ? Pantin est au-dessus - 34%, mais d’autres en ont plus de 50% - mais la municipalité livre actuellement la ville aux promoteurs privés.

Jusqu’à quand un gouvernement de droite réduira les subventions pour la construction tout en mentant sur des objectifs de rattrapage ?

Jusqu’à quand des précaires, des travailleurs pauvres, des immigrés avec ou sans papiers seront privés du « droit à un toit » au nom de la spéculation et de la mise à l’écart des plus fragiles et des plus déshérités ?

Le préfet, le maire de Pantin, les promoteurs immobiliers savaient, ont été témoins d’incendies à proximité de celui d’aujourd’hui mais ont laissé se dégrader une situation propice au crime de désinvolture et de spéculation. Résultats : 6 morts, tunisiens, égyptiens et libyens… Ceux des pays en révolutions célébrées par ceux-là mêmes qui n’ont pas fait le moindre effort de solidarité pour un accueil digne et respectueux de leurs enfants.

Décidément, cette société, il faut la changer et, tout de suite, se rassembler, lutter, agir et transformer pour faire face aux urgences, notamment de logement.

RASSEMBLEMENT A PANTIN DEMAIN VENDREDI 30 SEPTEMBRE 2011 A 18 HEURES

PASSAGE Roche -MÉTRO HOCHE - PANTIN

DEVANT LE SQUAT INCENDIE

CONTRE LA POLITIQUE ANTI-IMMIGRES DU GOUVERNEMENT RESPONSABLE DE LA MORT DE Six migrants

POUR HÉBERGEMENT D'URGENCE POUR LES JEUNES MIGRANTS DES RÉVOLUTIONS DU PRINTEMPS ARABE

Six migrants d'Égypte et de Tunisie sont morts, mercredi 28 septembre, dans l’incendie du squat qu’ils occupaient à Pantin, ville de la banlieue parisienne.

Il s'agit de l'un des incendies les plus meurtriers depuis celui de l'hôtel Paris-Opéra du 15 avril 2005 où 25 personnes d'origine africaine, dont 10 enfants, sont mortes.

L’État refuse d'accorder des places d’urgence, particulièrement en Ile-de-France pour héberger les jeunes migrants, qui sont obligés de s'abriter dans des squats dangereux.

Des dizaines de jeunes Tunisiens arrivés en France dans la foulée de la chute du régime de Ben Ali, au mois de janvier, se sont retrouvés à dormir dans la rue.

Nous rendons le gouvernement de M Sarkozy porte une lourde responsabilité dans ce drame inhumain, et lui demandons d'accueillir sans délais touts les migrants en situation de détresse dans des centres d'hébergement en Ile-de-France, à Marseille et ailleurs.

Nous renouvelons notre appel à régulariser les enfants des révolutions du printemps arabe venus en France.

Paris le 29 septembre 2011

Premiers signataires : FTCR – UNI*T –UTIT idf – MRAP – LDH – GISTI – ATTAC – PCF – FASE – ATMF - ADTF....

Aucun commentaire: