27 mai 2012

L'Association Paris Jazz Club cautionne une opération de communication de l'ambassade d'Israël

***
Je poste ce message en tant qu'amateur de jazz et militant antiraciste qui fréquente régulièrement les salles en question.
***
Association Paris Jazz Club
39, Rue des Lombards
75001 Paris

Paris, le 15 Mai 2012

Nous avons appris que Le Duc des Lombards, le Baiser Salé et le Sunside souhaitent accueillir le festival “100% Tel Aviv Jazz”.
Musique incomparable, mère des musiques actuelles, le Jazz et la liberté ont une histoire commune. Combien de musiciens ont inclus cette thématique, cette revendication au sein de leur composition, d’ailleurs ne serait-ce pas plus juste de dire que le jazz tirant ses racines des chants des esclaves est un appel à la liberté, à l’émancipation. Des champs de coton à James Brown, on ne compte plus les musiciens qui se sont engagés contre la ségrégation aux USA ou l'apartheid en Afrique du Sud.
Alors, en quoi tout cela intéresse-t-il la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre l’État d’Israël jusqu’à ce qu’il se conforme au droit international) ?
La réponse est simple : Lors du festival  "100% Tel Aviv Jazz" prévue le 5, 6 et 7 juin, l’organisateur annoncé n’est autre que le service culturel de l’ambassade d’Israël lui même, en « partenariat » avec l’association « Paris Jazz Club ».
L’association Paris Jazz Club ainsi que les trois directions de salles qui accueillent cet événement ignorent-elles que l’État d’Israël revendique le fait de se servir de toute opportunité culturelle pour améliorer son image tristement ternie par sa politique de persécution  du peuple palestinien ? Ce n’est pas le cas de l’immense Cassandra Wilson qui annulait son voyage en Israël en février dernier en déclarant: "En tant que militante des droits de l'homme, je m'identifie avec le boycott culturel d'Israël".
Israël, qui se rend quotidiennement  responsable de crimes de guerre répétés contre la population palestinienne, qui pratique l’apartheid et l’épuration ethnique, qui continue chaque jour de coloniser des terres palestiniennes et d’exproprier ses habitants en violation la plus totale du droit international, qui emprisonne des milliers de prisonniers sans le moindre jugement, qui  tente par tous les moyens d'imposer au reste du monde l'image d'un pays " normal " où l'on pourrait danser à Tel Aviv et oublier qu'à moins de 60 km de là l'armée impose un blocus aux habitants de la bande de Gaza depuis plus de 6 ans...
La phrase publicitaire de cet événement "En un siècle, Tel Aviv, petite ville de la banlieue de Jaffa, est devenue ce que beaucoup s’accordent à dire « Un petit New York » tellement la vie culturelle y est intense " dissimule 2 crimes : la disparition des 7 villages palestiniens qui existaient avant Tel Aviv et l'expulsion massive des habitants palestiniens de Jaffa lors de la création de l’État d'Israël ; la ville de Jaffa qui dépassait les 80 000 habitants, ne comptait plus que 4000 âmes lors de la proclamation de cet État.
C’est pourquoi nous nous adressons à l’association Paris Jazz Club , à la direction des salles du Duc des Lombards , du Baiser Salé et de Sunside  et leur disons : vos clubs n’auraient jamais accepté que se produisent des artistes d’Afrique du Sud financés par le gouvernement de l’apartheid, vos clubs doivent entendre l’appel de la société civile palestinienne et de leurs partenaires israéliens et internationaux à rejoindre le camp de la justice, en refusant l’argent qui ferait de vous les complices des crimes de ceux qui vous sponsorisent…
Alors restez fidèles aux principes éthiques, ne vous laissez pas manipuler, refusez d'être complices d'une propagande visant sous couvert d' "ouverture culturelle" à masquer les réalités de l’État colonial et d’apartheid qu’est l’État d’Israël.
Nous souhaiterions vous rencontrer pour vous communiquer des informations complémentaires.
Dans l'attente de votre réponse,
Cordialement,

La Campagne BDS france
Campagne BDS France
CICP -21 ter rue Voltaire - 75011 Paris

Aucun commentaire: