19 septembre 2012

Communiqué de la GA. Le niveau de vie des retraités à la moulinette de l'austérité ?

***
La question est posée après le rapport de la Cour des comptes en date du 13 septembre. A l'index, les divers "avantages fiscaux" dont bénéficient les retraitéEs, couplet repris par M. Sapin, ministre du Travail, à propos de la tranche à 75% et des retraités riches.
Ce n'est que la conséquence de la politique de F. Hollande pour tenter de ramener le déficit public à 3% dans un contexte de crise économique maintenue et de croissance proche de 0%.
Faute de taxer plus lourdement les entreprises, les profits et les capitalistes comme Bernard Arnault qui s'expatrie en Belgique pour mettre à l'abri des droits de succession, il faut bien trouver l'argent ailleurs.
La Cour des comptes a donc trouvé des privilégiés : les retraités. Elle a même chiffré à 5 milliards d'euros le montant des exonérations à récupérer pour les finances publiques.
En même temps, des experts se font l'écho que les retraités en France auraient une situation plus favorable : ils toucheraient 68% du salaire moyen contre 52% pour le reste de l'Europe. En filigrane, c'est le nivellement par le bas qui est suggéré.
La réalité est nettement plus complexe.
La pauvreté touche aussi les retraités, notamment les femmes (au nombre de 7,8 millions) et les veuves.
Sur les 16 millions de retraités près d'un million vivent sous le seuil de pauvreté ( moins de 964 euros par mois) et un retraité sur deux touche une pension équivalant au Smic soit 1118 euros net tous les mois. Selon l'IGAS, 500 000 retraitéEs ont dû reprendre un travail faute d'une pension suffisante.
Selon Henri Sterdyniak, les avantages fiscaux des retraités sont moindre que ceux des actifs : ils se montent à 12 milliards d'euros pour les premiers contre 27,5 milliards pour les seconds. De plus, la facture que les retraités doivent acquitter pour leur santé est nettement plus élevée, leurs complémentaires santé atteignant des coûts prohibitifs.
270 milliards d'euros reviennent aux retaitéEs : cette "manne financière" suscite des convoitises.
Pour la Gauche anticapitaliste, membre du Front de gauche, il est hors de question que les retraitéEs servent de vache à lait pour une politique austéritaire.
Le 30 septembre, ils pourront manifester massivement contre le pacte budgétaire européen, véritable traité austéritaire.
Le 11 octobre, ils auront l'occasion de descendre dans la rue pour défendre leur niveau de vie et exiger une augmentation de leur pension. La Gauche anticapitaliste soutient cette mobilisation

Le 18 septembre 2012.

Aucun commentaire: