24 septembre 2012

Gauche Anticapitaliste: Lutter contre la crise écologique, le développement du racisme et le Front National

***
La 2ème partie de la résolution de la Réunion Nationale de la GA (les intertitres sont du Nouveau Poireau Rouge):

(...) Ces deux axes [favoriser la résistance aux plans de licenciement et se battre conte la TSCG] ne sont pas exhaustifs et peuvent se décliner localement. En effet, la politique d’austérité peut prendre des formes diverses, fermeture de service de pôle emploi dans les quartiers, de gare ou de maternités de proximité. Autant d’exemples qui permettent au Front de gauche l’organisation de l’action sur le terrain, au plus près des préoccupations de la population, en contribuant à l’impulsion de cadres unitaires chaque fois que possible.

ECOSOCIALISTES

A la crise économique et démocratique s’ajoute la crise écologique dont les effets continuent de se faire sentir, avec l’annonce de nouvelles vagues de canicule, la montée des eaux, la crise énergétique, la crise alimentaire. Dans le sillage de la campagne du Front de gauche qui a permis de donner une forte identité écologique au mouvement que nous construisons, il s’agit de continuer à populariser les réponses écosocialistes. Il s’agit aussi, aux côtés du plus grand nombre possible de militant-es du Front de gauche, de s’investir dans le mouvement associatif écologiste.

La relance, par le gouvernement PS/EELV, des débats sur l’exploitation des gaz et huiles de schiste, sur l’avenir de la filière nucléaire, et le lancement avant la fin de l’année d’un grand débat national sur l’énergie, nous donne des opportunités d’intervention qui doivent nous permettre, dans le cadre du Front de Gauche, de mettre en avant nos réponses écosocialistes : grand service public de l’énergie, sous contrôle des salarié-es et de la population, planifiant sortie rapide du nucléaire, réduction drastique de l’utilisation des énergies fossiles conventionnelles et non-exploitation des huiles et gaz de schiste. Sur ces sujets, notre crédibilité et notre audience dépendront également de notre capacité à allier ces revendications avec des réponses concrètes aux plans sociaux en cours chez PSA ou chez Air France.

La Conférence Environnementale, sorte de Grenelle bis, et les suites de Rio+20 doivent également nous permettre de défendre, auprès du mouvement associatif, notre projet de société

NON AU RACISME ET AU FN

Enfin le développement inquiétant du racisme, à nouveau favorisé de fait par la politique du gouvernement sous la conduite d’un Manuel Valls dont les méthodes de choc vis-à-vis des Roms n’ont rien à envier à celles de ses prédécesseurs, exige une vigoureuse campagne politique. Il s’agit à la fois de s’opposer aux mesures stigmatisantes et d’assumer haut et fort un antiracisme viscéral qui cherche à faire reculer l’idée que l’ennemi serait l’étranger, « l’autre » et pas l’élite bourgeoise. 
Dans ce cadre il est urgent de reconstruire une tradition d’opposition unitaire et radicale au FN et à d’autres groupes fascistes ou fascisants – une opposition qui doit s’exprimer sur le plan idéologique et politique. Nous refusons toute banalisation ou légitimation de l’extrême-droite. Le FN n’est pas un « parti comme les autres ».

Aucun commentaire: