1 décembre 2012

Arcelor Mittal : communiqué du Front de Gauche Lorraine

***
Un communiqué daté le 29 novembre - et assez prémonitoire ! 

Arcelor Mittal : communiqué du Front de Gauche

Le géant de l'acier, Lakshmi Mittal, 80 milliards de chiffre d'affaires et 6ème fortune du monde en 2011, a confirmé début octobre l'arrêt définitif des deux haut-fourneaux de Florange. Spécialiste du rachat des complexes sidérurgiques de par le monde, L. Mittal avait acquis Arcelor en 2006 avec la promesse de maintenir les emplois. Depuis, c'est opération fermeture : Gandrange en 2009 (600 salariés privés d'emploi) et maintenant Florange. En Europe, 16 des 25 hauts-fourneaux de L. Mittal sont fermés. C'est un nouveau drame humain, en Lorraine, pour les 629 salariés concernés qui vont se retrouver au chômage.

C'est la loi impitoyable du système capitaliste que Mittal applique : se débarrasser des hauts-fourneaux mais garder les activités actuellement rentables, c'est-à-dire la filière à froid que sont le traitement et la finition de l'acier pour l'industrie automobile par exemple.

Le rapport commandé par le gouvernement en juillet dernier précisait que « ce patrimoine de
compétences est aujourd'hui menacé » par la fuite en avant financière et spéculative de M. Lakshmi Mittal.

La solidarité et le soutien du Front de Gauche en Lorraine vont aux salariés qui se battent depuis des mois et des mois pour garder leur emploi et sont actuellement mobilisés sur le site de Florange.

Le gouvernement tient un double langage sur la question : quand Montebourg parle de nationaliser, Sapin rétorque que l’époque des nationalisations est révolue. Le gouvernement est actuellement en négociation et en marchandage avec Mittal, mais quelle que soit l’option qu’il choisira, il est hors de question pour nous d’accepter que de nouveaux fonds publics soient engagés pour faciliter les choses à ce pilleur de richesses …

L’État a les moyens d’intervenir et doit réunir tous les partenaires concernés pour agir avant le 30
novembre 2012, date à laquelle prend fin le délai de 2 mois que Mittal a chichement concédé.

Ce qui est à l’ordre du jour, tout de suite, c’est :
- le redémarrage des hauts-fourneaux de Florange, sous le contrôle des salariés et des pouvoirs
  publics
- le maintien de tous les emplois sur l’ensemble du site
- la prise en compte de procédés plus écologiques pour produire de l’acier (Mittal les connaît)
- et la mise sous contrôle public de l’ensemble du site, avec expropriation du milliardaire
  menteur et pilleur de richesse, sans aucune indemnité ni rachat.

Aucun commentaire: