24 mars 2013

Un programme d'urgence à la gauche du possible, base de la transition vers l'écosocialisme

***

Un document de travail, non abouti : une liste de revendications qui ne constituent pas en tant que telles un plan d’urgence mais participent de son élaboration. 

Ce programme est constitué des principales mesures qui partent des besoins et aspirations de l'heure. Elles sont autant d'objectifs pour les luttes écologistes, féministes, antiracistes, démocratiques et sociales. Mises bout à bout, elles tracent les contours d'une politique crédible de rupture avec l'austérité et le capitalisme prétendument vert, une politique pour un gouvernement 100 % à gauche, un gouvernement de transformation sociale et écologique :

1. Refus des politiques d'austérité, refus du paiement des intérêts de la dette, moratoire et audit de la dette dans l'objectif d'annuler la dette illégitime.


2. Mise sous contrôle public du secteur bancaire, des assurances et du crédit. Prise de contrôle de la BCE pour qu'elle puisse assurer le financement direct des États à taux zéro. Retour sous contrôle public des services essentiels : l’éducation, l’eau, la santé, l’énergie, les transports...
 

3. Refus du « pacte budgétaire européen », pour un référendum. Sortie des traités européens imposant des politiques économiques de libre-échange et d'austérité budgétaire. Élections à la proportionnelle d'une nouvelle Assemblée constituante européenne démocratique. Réforme fiscale radicale dans le sens de la justice sociale et harmonisation des droits sociaux à l'échelle de toute l'Europe.
 

4. Blocage des prix des produits de consommation courante. Retour à l’indexation des salaires sur les prix comme base minimum de négociation. Smic à 1 700 euros. Hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux à hauteur de 300 euros net mensuels. Établissement d'un revenu maximum. Établissement d'une dotation gratuite en eau, en énergie, à chaque unité d'habitation et forte taxation des surconsommations. Fixation d'un prix du loyer maximum au m². Établissement d’un droit à l’autonomie pour les jeunes, sous la forme d’une allocation.
 

5. Réduction du temps hebdomadaire de travail sans perte de salaire. Plan d'embauches massives dans les services publics. Interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des profits ou qui délocalisent. Arrêt des subventions publiques aux grands groupes privés.
 

6. Abrogation de toutes les franchises et forfaits, interdiction des dépassements d’honoraires pour la médecine libérale, suspension immédiate de tous les projets de restructurations hospitalières, augmentation du budget de la sécurité sociale, abrogation des exonérations et exemptions  de cotisations sociales accordées au patronat
 

7. Égalité totale entre les hommes et les femmes au travail et dans la société. Maintien et extension du droit à l'avortement et à la contraception libres et gratuits pour toutes. Défense de l'égalité totale des droits (mariage, parentalité, séjour...) entre homosexuel-les et hétérosexuel-les et du droit au changement d'état civil pour les transexuel-les .
 

8. Refus de toutes les formes de racisme. Égalité des droits entre citoyen-nes français-es et résident-es étranger-es avec notamment le droit de vote et d'éligibilité à toutes les élections. Régularisation des sans-papiers
 

9. Abrogation des réformes successives sur les retraites. Retrait de la TVA sociale.
 

10. Sortie du nucléaire et des énergies fossiles pour organiser la transition énergétique. Politique de rénovation urbaine pour favoriser l'habitat à basse consommation énergétique. Politique de développement massif des transports publics de proximité gratuits.
 

11. Au niveau municipal, le Front de gauche doit être le défenseur et le constructeur de services publics sous le contrôle des usagers. Dans les municipalités qu’il contrôle, il doit développer mises en régies et municipalisations des services abandonnés au aujourd’hui au secteur privé, à commencer par l’eau, la restauration scolaire, le ramassage des déchets et le nettoyage des voies publiques.
 

12. Abrogation des institutions antidémocratiques de la Ve République. Constituante pour une nouvelle République. Instauration de la proportionnelle.
 

13. Réduction drastique du budget militaire. Abandon de l'arme nucléaire française. Fermeture des bases militaires hors de l'hexagone. Sortie de l'OTAN.

Aucun commentaire: