18 avril 2013

Venezuela: Tract de Marea Socialista

***
DES MESURES CONTRE LES FASCISTES ASSASSINS ET LES PATRONS CONSPIRATEURS
Un peu avant minuit le dimanche 14 avril, les recteurs du Conseil National Electoral (CNE) ont donné les résultats de l’élection présidentielle qui donnait Maduro vainqueur de 270 000 voix face à Capriles (à peine 1,93 % de différence).
Que la droite ne se trompe pas, Maduro a gagné l’élection
C’est une victoire du peuple Bolivarien qui a accompli la volonté de Chavez et appuyé la continuité du processus révolutionnaire, indépendamment de ses graves erreurs. Il n’y pas de manipulation. C’est le même CNE, avec les mêmes machines et le même registre électoral qui a certifié la victoire de Capriles comme gouverneur de Miranda [Etat proche de Caracas et un des plus riches] avec moins de 45000 voix d’écart (3%), le même qui a certifié la défaite de la réforme constitutionnelle par moins de 100 000 voix et le même qui a donné vainqueur Maduro. Les résultats de dimanche sont les résultats et nous devons tous les défendre jusqu’au bout.
Nous condamnons fermement les actions violentes de l’opposition qui ont fait 8 morts et 46 blessés chavistes qui célébraient la victoire ou défendaient des territoires, les incendies de locaux du PSUV (Tachira, Anzoategui et Barinas) et la destruction des Centres de Diagnostics Intégraux [dispensaires de santé] construits pendant la révolution.
Prison pour les coupables
Les masques de la direction de l’opposition tombent et découvrent leurs visages fascistes. Nous exigeons la justice pour nos morts. Il ne suffit pas de capturer les exécutants ; nous exigeons la prison pour Henrique Capriles Radonski et les autres auteurs intellectuels. Avec ces faits, Capriles est devenu un assassin. C’est l’ensemble de la direction de l’opposition qui est responsable de ces faits et des morts du coup d’Etat de 2002.
Assez d’impunité !
Justice pour les victimes des 11 avril 2002 et 15 avril 2013.
Le peuple bolivarien dans la rue pour défendre ses conquêtes.
La seule façon de combattre ces secteurs est de prendre la rue.
Il faut donner réalité au slogan « tout 11 appelle un 13 » [après le coup d’Etat du 11 avril 2002, le peuple a repris le pouvoir le 13 avril 2002]. La patience du peuple bolivarien a une limite. Ya Basta ! Ca suffit ! Nous devons nous mobiliser pour transcender et dépasser ce moment difficile comme nous l’avons fait en 1998 [élection de Chavez], contre le coup d’Etat d’avril [2002], contre le lock-out pétrolier [décembre 2002 – février 2003], au moment du référendum révocatoire [2004], pour la nationalisation de SIDOR et même le 7 octobre [2012, date de la dernière élection de Chavez]. Nous devons sortir et défendre nos espaces et nos conquêtes. En ce moment, la droite cherche des morts ou des raisons de se poser en victime. Nous devons donc penser froidement et agir de façon unitaire. Pas de manière isolée.
Que la droite ne se trompe pas, ce peuple est patient mais pas stupide. Tous à la manif du 19 avril pour défendre notre processus.
Des mesures contre le capital et les patrons conspirateurs.
Au moment de connaître les résultats, plus que de la joie, c’est la surprise qui fut le sentiment dominant  dans le peuple bolivarien. Nous espérions une plus grande différence de suffrages. Pour le processus révolutionnaire que vit le Venezuela, c’est une victoire à la Pyrrhus. Le Commandant Hugo Chavez méritait une victoire écrasante.
En plus de commencer à nettoyer la révolution les bureaucrates, ceux qui maltraitent et détiennent les privilèges au sein de l’Etat, nous devons prendre des mesures urgentes qui bénéficient au peuple et arrêtent l’offensive de la droite.
* Pouvoir populaire contre les pénuries.
* Pouvoir d’enquête pour la population pour obliger les spéculateurs à respecter les prix fixés par le gouvernement
* Augmentation salariale d’urgence à tous les niveaux
* Suppression de la TVA pour les produits de consommation populaire.
* Impôt d’urgence sur les bénéfices des entreprises
* Plus un dollar pour la bourgeoisie
* Monopole du commerce extérieur
* Tout le crédit entre les mains de l’Etat.
* PRISON POUR LES ACCAPAREURS ET LES SPÉCULATEURS
Traduction : Sébastien Ville pour la Gauche Anticapitaliste, courant unitaire pour l'écosocialisme

Lire aussi: Venezuela: les défis après la victoire sur le fil du candidat chaviste

Aucun commentaire: