30 mai 2013

La droite se cherche

***
Où va l'UMP ? Va-t-on vers un 'Tea Party' à la française ?

Un article de Samy Johsua (Gauche Anticapitaliste)

(...) la mobilisation contre le mariage pour tous a montré l’enracinement des problématiques réactionnaires dans une partie de l’opinion. Toutes les institutions religieuses sont montées au créneau, révélant au passage que leur reconnaissance de la laïcité des institutions avait de sérieuses limites à leurs yeux, en plus de leur homophobie constitutive en tant qu’institution. Mais celle qui avait les moyens d’assurer la mobilisation visible est essentiellement de nature catholique. Malgré l’effondrement de la pratique religieuse et celle des vocations à la prêtrise, on a pu constater, avec au moins trois mobilisations à hauteur de 300000, l’ampleur de cette implantation. Laquelle, c’est une certitude, fera surgir une génération nouvelle de militants de droite, très ancrée à droite, et pour laquelle les frontières avec l’extrême droite ont été abolies dans la proximité de la mobilisation. C’est à la fois la possibilité d’un ressourcement  mais aussi source de problèmes massifs à venir. Parce qu’en définitive cette radicalisation reste marquée socialement dans les catégories favorisées et qu’elle est en décalage à la fois avec la majorité de la population (en particulier dans la jeunesse) et avec ses préoccupations majeures. Il n’est alors pas impossible que l’UMP ait trouvé là son « tea party » à la française. Un vrai mouvement social, assuré sur ses valeurs, mais les forçant à des positions extrêmes et à l’échec au final. D’autant que, et c’est paradoxal, si Marine Le Pen s’est tenue à l’écart des manifestations (son électorat étant très partagé), il est bien possible que ce soit vers elle que, finalement, ces secteurs se tournent. Une des spécificités du FN étant justement sa capacité à agglomérer des rejets qui peuvent être totalement contradictoires entre eux.

Aucun commentaire: