8 octobre 2013

Brignoles : le FN surfe sur le désarroi populaire

Pour la GA, déclaration de Myriam Martin, porte-parole.

Sur fond de très forte abstention, 67% des inscrits ne se sont pas déplacés, le candidat du Front national arrive largement en tête, avec 40% des exprimés, et peut postuler à la victoire dans un canton détenu par un communiste. 
Ce résultat amplifie un phénomène déjà perceptible dans les élections partielles antérieures.
Il ne fait que souligner un peu plus le danger mortifère de la politique gouvernementale qui ne se différencie pas de celle menée par N. Sarkozy. 
La réforme des retraites, par exemple, poursuit sur la voie tracée par la droite au pouvoir : augmentation de la durée de cotisations qui, de fait, recule l'âge de départ en retraite sous peine de voir le montant de sa pension dramatiquement diminuer.
Concernant la fiscalité, alors que les augmentations d'impôts, directs et indirects comme la TVA, frappent les couches populaires, le gouvernement ne cesse de reculer devant les soi-disant « pigeons » et le Medef quand ils haussent la voix. 
Danger mortel pour la démocratie, les libertés démocratiques, l'égalité entre les citoyens quel que soient leurs origines, le FN se nourrit des dégâts et des souffrances causés par les politiques d'austérité. 
Dans ces conditions le Front républicain est inopérant pour empêcher le Front national de capter les voix car il n'offre pas d'alternative à la politique actuelle.
Il y a urgence à faire vivre dans les mobilisations, au quotidien et dans toutes les élections, un Front de gauche uni, ouvert, en rupture avec les politiques d'austérité, les mesures antisociales, les discriminations et qui offre une vraie alternative à gauche. 
Le 7 octobre 2013.

Aucun commentaire: