8 janvier 2014

Communiqué du Collectif des Féministes pour l'Egalité

Préoccupé avant tout de l’égalité entre les femmes et les hommes, mais aussi de l’égalité des droits entre toutes les femmes, ainsi que de leur égale dignité,  le Collectif des Féministes pour l’Égalité constate le manque de clarté, de fermeté et de courage du rapport émis par le Conseil d’Etat le 23 décembre 2013.  
L'avis du Conseil d’Etat confirme, et c’est heureux, que l'accompagnement scolaire des enfants par des mamans portant le foulard ne relève aucunement  de l’exigence de neutralité  qui s’impose aux agents du service public ; et que donc sur ce plan la circulaire Chatel est nulle et non avenue.  
Pourtant, cet avis ne modifiera rien à la situation des mères voilées puisque ces femmes restent assujetties à l’arbitraire de « l’autorité compétente », en particulier de celle des chefs d’établissement. 
 Elles demeurent donc la cible et les victimes de mesures discriminatoires et stigmatisantes  et, à la différence des autres mères, continueront à être empêchées d’accompagner leurs enfants lors des sorties scolaires. 
La législation d’exception en œuvre depuis la loi du 15 mars 2004 dite sur les signes religieux dans les écoles publiques, qui vise au premier chef les femmes musulmanes et qui est dirigée contre le seul « voile »,  continue donc à s’exercer au mépris des valeurs d’égalité et de respect de l’autre pourtant mises en avant par l’institution scolaire. 
Le Collectif des Féministes pour l’Egalité demande l’égalité de traitement pour toutes les femmes et exige à nouveau le retrait de la circulaire Chatel ainsi que l’abrogation de la loi du 15 mars 2004. Il va de soi qu’il refuse et s’opposera avec la plus grande fermeté à toute nouvelle loi d’exception prétendant clarifier la situation. 
Paris, le 30  décembre 2013

Aucun commentaire: