26 mai 2014

Après les élections européennes du 25 mai 2014

COMMUNIQUE DU COLLECTIF DIONYSIEN CONTRE LE FRONT NATIONAL ET L’EXTREME DROITE
Le résultat des élections européennes, avec le Front National en tête dans le pays, est une catastrophe et un danger extrême. Les difficultés que subit la population, et qui nourrissent de telles dérives, ne se sont pas résorbées depuis 2012, au contraire. Mais la réponse qu’apporte le Front National ne mène à rien, sauf à diviser notre peuple en mettant en avant le racisme et la xénophobie. Il le montre dans les villes qu’il dirige depuis mars dernier. Dans notre ville, sur fond d’une abstention énorme, le FN est distancé à la 3ème place, preuve que sa progression n’est pas fatale et que la résistance est possible.
Le Collectif anti FN de Saint –Denis appelle à se rassembler encore plus largement contre cette extrême droite. Elle ne sera efficacement combattue que si une autre politique, vraiment sociale, permet d’améliorer la situation de la majorité de la population. Il y a urgence. Et que nous réaffirmions et faisions partager nos valeurs humanistes et progressistes…
Pour agir ensemble contre le FN et l’extrême droite, le Collectif organise une réunion mercredi 28 mai à 19h à la bourse du travail.
Saint-Denis, le 26 mai 2014

Les conditions de cette campagne électorale européenne, éclair et sous-médiatisée, ont contribué au triste résultat majeur de ce soir : une victoire du Front National et une forte abstention qui amplifie la crise démocratique. Le rejet des politiques en place, à l'échelle européenne et nationale, s'est largement exprimé. Le PS, seul aujourd'hui à gouverner, avec moins de 15%, subit une défaite cinglante qui contribue à délégitimer l'orientation de François Hollande et Manuel Valls.
La droite ne profite pas pour autant de cette situation (sans gommer en quoi que ce soit les différences entre droite et gauche, le cumul des scores du centre, de l’UMP, du PS et du PRG, les partis de l’alternance qui gouvernent le pays depuis la création de la Vème République, est de 45%). C’est un désaveu massif des politiques menées depuis des années tant par la droite que par la gauche et c’est le signe de la crise de la crise politique française qui va s’accélérer et le signe de la crise majeure des institutions de la Vème République qui, derrière une impression de stabilité, réduisent d’années en années la légitimité des gouvernements en place.
La très forte poussée du Front National exprime la désespérance produite par l'austérité, le surchômage, la perte de perspective commune. La progression de l'extrême droite, dangereuse et mortifėre, appelle à redoubler d'efforts pour que les voies de l'alternative de gauche triomphent sur le repli, la xénophobie, l'autoritarisme.
Le Front de Gauche, malgré un résultat décevant, peut œuvrer à la refondation d'une force de transformation sociale et écologiste, seule à même d'améliorer les conditions de vie du plus grand nombre et de reprendre le chemin de l'émancipation humaine. A l'échelle européenne, les partis de la Gauche européenne progressent et en Grèce, Syriza, avec Alexis Tsipras, est le 1er parti avec 28%.
Nous nous félicitons de l'élection des députés du FDG et de la GUE ainsi que du résultat de notre candidate Myriam Martin, porte-parole d'Ensemble, qui a obtenu 5,5% en menant une belle bataille dans le grand Ouest dans un esprit fédérateur.
La dynamique autour du "Non de gauche" en 2005 contre le Traité Constitutionnel Européen comme celle autour du Front de gauche lors de la présidentielle de 2012 avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon ne sont pas au rendez-vous. Notre espace politique reste en-deçà de ses possibilités et de ce qui est nécessaire face à un gouvernement qui met la gauche à droite et la menace d'une droite extrême en embuscade. Nous appelons solennellement ce soir l'ensemble des composantes du Front de Gauche à prendre la mesure des efforts de réorganisation interne et d'ouverture à produire pour favoriser l'implication citoyenne, le respect de la diversité des sensibilités politiques, l'unité la plus large et la démocratie. Il en va de sa relance et de son attractivité. Il faut dans le même temps tendre la main à toutes celles et ceux qui, dans les mouvements sociaux, à EE-LV, au PS, au NPA, à Nouvelle Donne, chez les féministes présentes de façon autonome dans cette élection, ne se reconnaissent pas dans l'orientation gouvernementale et veulent construire une alternative sociale et écologiste. L'heure est venue d'impulser un nouveau front large à gauche porteur de majorités alternatives.
Paris, le 25 mai, 23 heures.

Aucun commentaire: