10 août 2014

Elections irlandaises de mai 2014: un tremblement de terre politique

Des élections locales en Irlande ont eu lieu le 23 mai 2014, en même temps que celles pour le parlement européen et deux élections partielles pour le Dail, le parlement irlandais.
Aux européennes, les grands gagnants ont été Sinn Fein (+3 sièges) et des candidats indépendants, le grand perdant Fianna Fail (parti d’opposition de droite au parlement irlandais). Le parti au pouvoir, Fine Gael, a réussi à conserver ses 4 sièges, malgré une forte chute en pourcentage des voix (-8%). La gauche radicale, divisée, a perdu son seul siège. Un des deux sièges au Dail en jeu a été gagné par une candidate du Socialist Party (extrême gauche).
Pour mémoire, le gouvernement irlandais issu des élections législatives de 2011 est une coalition entre Fine Gael (droite) et Labour, aucun parti n’ayant obtenu une majorité absolue. Ces élections avaient témoigné de l’état d’instabilité du système politique après trois années de crise – une situation qui est confirmée par les élections de 2014.

L’article de Kieran Allen décrit bien la situation politique, complexe et fluctuante, dans ce pays dont on peut dire qu’il a été à la pointe de la ‘révolution néolibérale’ en Europe pendant les années du Tigre celte, puis une des premières victimes, avec d’autres pays comme la Grèce, l’Espagne et le Portugal, de la crise économique et financière des années 2008 et suivantes. Il a paru dans le numéro 371 de Socialist Worker (Irlande) (juin-juillet 2014).
Un article de Kieran Allen (traduit en français)

(...) La politique irlandaise est essentiellement clientéliste, et des élus qui pensent que le changement peut venir de l’intérieur de cette structure fondamentalement anti-démocratique se trompent. Ils finissent par voter des budgets austéritaires en échange de quelques ‘faveurs’ des gestionnaires professionnels.
Mais la nouvelle donne électorale aura des conséquences plus profondes et plus durables parce qu’elle sonne le glas du système irlandais bi-partisan et demi (2 ½-party system).
Entre 1932 et 2002, Fianna Fail obtenait en moyenne 45% des suffrages, et Fine Gael 30%. Les deux partis totalisaient donc les trois-quarts des suffrages. Le Labour Party (le ‘demi’) avait les faveurs de 11% des électeurs, et servait de temps en temps de force d’appoint à un des partis de droite.
En 2014 le contraste est énorme. FF et FG ont obtenu ensemble 49% des suffrages aux municipales, et 44% aux européennes. A Dublin, en faisant la moyenne des municipales et des européennes, ils ont atteint seulement 28%. (...)
Lire l'article ...
Site de l'alliance People Before Profit

Aucun commentaire: