3 juillet 2015

Le référendum en Grèce : déclaration du SEK

Votons NON à l’accord. Le gouvernement devrait revenir sur toutes les concessions.

Nous avons besoin de créer un front uni pour annuler la dette - nationaliser les banques – sortir de l’euro et l’UE Le gouvernement a annoncé un référendum. La résistance massive aux compromis avec les maîtres-chanteurs du FMI et de l’UE a forcé le gouvernement à ne pas signer d’accord. Ce développement est un pas en avant pour tous ceux qui ont lutté contre les anciens et les nouveaux mémorandums. Les dockers en grève contre le bradage du port de Pirée, les travailleurs des hôpitaux qui ont fait grève pour demander plus d’argent et du personnel pour la santé, les milliers de personnes qui se sont prononcées contre l’accord – c’est là la force qui a dit non au chantage – non au compromis.
Maintenant, nous devons écraser ceux qui restent fidèles à la Troïka et aux mémorandums. Dimanche prochain nous votons massivement « non » à l’accord. Mais nous ne nous arrêtons pas là !
Nous exigeons que le gouvernement de gauche passe directement à la mise en œuvre des promesses qu’il avait fait au mouvement ouvrier afin de se faire élire.
L’annulation des anciens et des nouveaux mémorandums, des emplois pour les chômeurs, augmentations des salaires et des pensions, de l’argent pour les écoles, les hôpitaux, les municipalités, les retraites.

Nous pouvons trouver l’argent :
• En annulant la dette – Tout de suite et sans exceptions.
• En nationalisant toutes les banques
• En quittant l’euro et l’EU et en se lançant dans la lutte pour le contrôle ouvrier.
Dans cette bataille, nous avons le soutien de la classe ouvrière dans toute l’Europe. Ils et elles l’ont montré avec leurs rassemblements contre l’UE et leFMI dans toutes les grandes villes. Ce qui est nécessaire maintenant est le renforcement de la gauche révolutionnaire. Pour lutter ensemble, pour renverser l’accord mais aussi afin d’ouvrir la voie vers une nouvelle société sans les fardeaux d’un système capitaliste qui est en faillite. N’arrêtez pas la lutte contre les usuriers et les compromis.

IST statement on Greece: No to the agreement !

Aucun commentaire: