2 novembre 2015

POUR QUE LA REGION ILE-DE-FRANCE SOIT UN BOUCLIER FACE A LA CRISE !

Tract d'Ensemble! pour les élections régionales en Île-de-France

Les 6 et 13 décembre 2015 auront lieu les élections régionales. Ce scrutin se tiendra alors que les inégalités n’ont jamais été aussi fortes en Ile-de-France. Pour remédier à cela, les salarié-e-s, les chômeuses et les chômeurs, les jeunes ne peuvent pas compter sur un gouvernement prétendument de gauche qui poursuit la même politique que ses prédécesseurs.

Le gouvernement Hollande-Valls a pour unique horizon les banques et le Medef, il est synonyme de chômage, de destruction des droits, de précarité, de bas salaires, de casse des hôpitaux, de grands projets imposés et inutiles, de fermeture de classes, de répression …

En Île-de-France, le budget régional 2015 prévoit une diminution de 200 millions d’euros des dotations de l’État. En effet, le gouvernement veut être le bon élève des marchés financiers alors que les urgences sociales sont partout : précarité, chômage, mal-logement, exclusions...

Nous refusons que la région se comporte en sous-traitant de la politique d’austérité du gouvernement ! Au contraire, ses moyens doivent servir à lutter contre cette logique mortifère qui ouvre la voie à l’extrême-droite.

Cela passe par des politiques qui doivent bénéficier aux catégories populaires à travers des prestations sociales ou l’aménagement du territoire. Mais cela passe également par le soutien aux mobilisations de celles et ceux qui sont confronté-e-s à l’exploitation et aux discriminations.

En somme, l’enjeu est de faire de l’Ile-de-France un bouclier social, écologique et démocratique dont tou-te-s pourraient se saisir contre le matraquage du Medef et du gouvernement. 


UN BOUCLIER SOCIAL FACE AU CHOMAGE DE MASSE ET AUX RECULS DES PRESTATIONS SOCIALES
  
En donnant la priorité aux besoins sociaux fondamentaux : la région doit se donner tous les moyens pour qu’aucun particulier ne subisse de coupure d’électricité ou de gaz, initier la réquisition des locaux vides pour répondre aux urgences et soutenir l’accroissement du logement social. Cet effort doit porter en particulier sur les droits des femmes qui sont toujours les premières touchées par la crise et les coupes budgétaires. La région doit assurer la multiplication des lieux d'accueil pour les femmes victimes de violence et s’opposer à la fermeture des centres d'IVG.


En étant aux côtés des luttes sociales, antiracistes et écologiques. Les initiatives du monde du travail et associatif sont multiples pour résister aux logiques destructrices du capitalisme productiviste et du racisme. Les positions dans les institutions doivent être mises au service des salarié-e-s en grève, de toutes celles et tous ceux qui subissent des discriminations, des associations s’opposant aux projets d'exploitation des gaz de schistes…


En mettant en place un plan d’urgence pour l'entretien et la remise en état des lycées vétustes et mal équipés et la construction de nouveaux lycées en particulier dans les quartiers populaires. Cette politique ne doit pas passer par des ruineux partenariats public-privé (PPP) tels que celui désastreux du Centre Hospitalier de Corbeil-Evry. L’argent public doit servir à l’intérêt public, ce qui signifie que la région ne doit financer que l’éducation publique.


En favorisant l’accès à la culture, à travers, par exemple, un « pass-culture » basé sur le quotient familial permettant d'assister à toutes les manifestations culturelles publiques de la région. La richesse culturelle de notre région doit être à la portée de toutes et tous !
  
UN BOUCLIER ECOLOGIQUE FACE A UNE CRISE QUI TOUCHE LES PLUS DEMUNIS

En impulsant des solutions pour ralentir les dérèglements climatiques, pour diminuer la pollution de l'air alors que se tiendra au Bourget la conférence de l’ONU sur le changement climatique (COP 21) en même temps que les élections régionales. La région est un cadre pertinent pour agir en ce sens à travers l’ensemble de ses compétences et sur tout son territoire. La meilleure énergie étant celle qui n'est pas utilisée, nos plans d'actions s'appuieront en matière d'énergie sur la sobriété et l'efficacité.

En stoppant les grands projets inutiles qui sont nombreux en Île-de-France. Il y a urgence contre le Triangle de Gonesse ou l’absurde projet de piste de ski d'Europacity dans la région parisienne. Ces projets sont en déconnexion totale avec les besoins de la majorité de la population et donnent naissance à des infrastructures aberrantes socialement inutiles et écologiquement néfastes.


En développant un système de transport écologique et social pour lequel il faut augmenter le versement transport des employeurs qui bénéficient largement des infrastructures de transport de la région et pour obtenir la gratuité des transports en commun pour les usagers. Une première mesure du mandat à venir doit être la gratuité pour les jeunes de moins de 25 ans, les précaires et les chômeuses et chômeurs. L’avenir d’un transport socialement juste et écologiquement responsable en Ile-de-France passe aussi par le développement du ferroutage public.


En soutenant les alternatives écologiques comme à Ivry où, plutôt que de reconstruire un incinérateur polluant à 2 milliards d'euros, un plan citoyen (plan BOM : Baisse des Ordures Ménagères) propose d'améliorer le tri (42 % des déchets de nos poubelles ne devraient pas s’y trouver) et en réduisant les déchets. L'ambition écologique ce serait aussi 50 % de plus d'emplois que le projet de reconstruction de l'incinérateur.

En favorisant les circuits courts, les exploitations Bio et les Associations de Maintien de l'Agriculture Paysanne. Il y a encore près de 50 % de terres agricoles en Île-de-France, préservons ces terres ! Il est nécessaire de soutenir dès maintenant une initiative telle que le la Coop bio Ile-de-France créée par le Groupement des agriculteurs biologiques  qui ambitionne de mettre des volumes de produits biologiques plus importants, adaptés à la demande, à des prix plus accessibles et qui pourraient être disponibles dans les cantines.

UN BOUCLIER DEMOCRATIQUE ET EGALITAIRE FACE AUX DISCRIMINATIONS ET A L’OPACITE

En étant aux côtés de celles et ceux qui subissent des discriminations avec  la création d’une vice-présidence et la mise en place de Maisons de l’égalité fournissant un soutien matériel face aux cas d’inégalités de traitement à l’emploi, au logement ou de brutalités policières, aidant les victimes à se défendre en justice. La dignité passe également par le droit à l’apprentissage de la langue d’origine qui doit être organisé par la région pour celles et ceux qui le souhaitent. Si la région n’a pas de compétence en matière de police, elle doit servir de tribune contre les contrôles au faciès et pour exiger la dissolution de la BAC 10 ans après la mort de Zyed et Bouna à cause de la police.

En assurant une vie digne pour les citoyen-ne-s roms et les réfugié-e-s : l’accueil  des roms, de réfugié-e-s fuyant la guerre, les massacres et la misère doit aussi être à la hauteur de la richesse de notre région. Il faut ainsi mettre fin au démantèlement des camps de roms et assurer la scolarisation systématique de leurs enfants. Les maires délinquants en la matière doivent être sévèrement punis par la justice.

En défendant le contrôle citoyen, cela est particulièrement urgent pour le projet du Grand Paris qui nécessite un débat démocratique d’envergure et un référendum alors qu’il apparaît comme une construction technocratique qui éloignera encore un peu plus les citoyen-ne-s des centres de décision et favorisera la mise en concurrence des territoires et la spéculation immobilière. Cette démarche est également nécessaire pour la candidature de Paris aux Jeux Olympiques dont les dernières éditions se sont traduites par un gâchis économique et écologique au détriment des catégories populaires. 

En élargissant le champ d’application de la démocratie en mettant en place un Conseil consultatif des étranger-e-s au niveau régional et s'engageant pour le droit de vote des étranger-e-s à toutes les élections. Cet élargissement portera sur les procédures de prise de décision, par exemple avec la création de conseils d'usager-e-s dans la santé permettant d'opposer une politique de santé définie en concertation et organisée par territoire à l'Agence Régionale de Santé (ARS). 

Le beau slogan "Nos vies d'abord" de cette campagne électorale ne doit pas rester sans lendemain.


Au-delà de ce scrutin, Ensemble! propose de construire et transformer le Front de Gauche en un outil militant ouvert aux mouvements sociaux, aux individus mobilisé-e-s, unitaire, engageant au quotidien le combat pour construire une alternative de gauche à la politique du gouvernement.

Aucun commentaire: