19 août 2016

'Burkini' : Plusieurs déclarations et articles sur le nouveau délire islamophobe qui s'empare de la France

Communiqué de Ensemble! Retrait des arrêtés interdisant les burkinis !

Cannes, Villeneuve-Loubet, Sisco puis bientôt Le Touquet et Leucate, les arrêtés municipaux visant
à interdire le port du burkini sur les plages se répandent. Et les provocations racistes se multiplient
pour justifier ces interdictions. Pour le maire de Cannes, David Lisnard il s’agit d’interdire « simplement
un uniforme qui est le symbole de l’extrémisme islamiste. » Manuel Valls quant à lui dit soutenir les
maires qui ont pris ces arrêtés en vient à affirmer que porter un burkini « ne serait pas compatible
avec les valeurs de la France et de la République ». Rien que ça !
Les politiques de droite comme de gauche, qui alimentent ce discours veulent surfer sur la montée
de l’islamophobie et plus généralement du racisme. Cette polémique n’a évidemment rien à voir avec
le respect de la laïcité ou les droits des femmes. Rappelons que la loi de 1905 fait de l’espace public
un espace de liberté où il est possible de manifester ses appartenances qu’elles soient religieuses,
politiques ou autres. Avait été ainsi largement rejeté lors du débat parlementaire en 1905 un
amendement visant à interdire le port de la soutane dans l’espace public. La volonté de réglementer
la manière dont les individus s’habillent dans l’espace public est une grave atteinte aux libertés
démocratiques et aux droits fondamentaux de la personne. 
Non, les musulman-e-s n’ont pas à être discrets comme leur conseille Chevènement pour éviter
d’être victimes d’islamophobie. Ils ont toute leur place en France. De tels discours rappellent les
pratiques d’exclusions qui ont frappés les juifs, les tsiganes, les étrangers aux pires moments de
l’histoire.
Combattre les conservatismes religieux, qu’ils soient chrétiens, musulmans, juifs…, qui renforcent
les rapports de domination des hommes sur les femmes, ne peut se faire en désignant
systématiquement les citoyen-ne-s de confession musulmane comme des étranger-e-s à la société
française.
L’urgence c’est de retirer ces arrêtés racistes et discriminatoires et d'arrêter de faire passer ces
femmes comme des complices de mouvements terroristes. Plus que jamais, il faut combattre les
politiques racistes et la stigmatisation des musulman.e.s.
Le 17 août 2016.
Communiqué de la Ligue des Droits de l'Homme qui vise nommément le premier ministre Manuel Valls.
Et celui de l'Union Juive Française pour la Paix qui dénonce "une débandade raciste ahurissante"

Aucun commentaire: